Nativité de Saint Jean le Précurseur - Jean Baptiste
Sa naissance a eu lieu six mois avant celle de Jésus, et selon le récit évangélique a été prévu par prophétie et annoncée par un ange
Comme celle de Jésus, la naissance de Jean est annoncée à Zacharie par l'archange Gabriel, qui lui dit que son fils à naître, Jean, sera rempli de l'Esprit Saint et aura la puissance d'Élie. Cependant le couple étant stérile, Zacharie douta des propos de l'archange qui le punit en le rendant muet et sourd. Ce n'est qu'à la naissance de l'enfant, après que Zacharie eut écrit sur une tablette « Jean est son nom » qu'il retrouva la parole et l'ouïe.

Jean était un Nazaréen depuis sa naissance. Il a passé ses premières années dans les montagnes de Judée située entre Jérusalem et la mer Morte. Il a mené une vie simple, d'ascèse, "caché dans le désert", vêtu de peau de bête et se nourrissant de "sauterelles et de miel sauvage"
Adulte, il s'installe sur les bords du Jourdain, où il commence à pratiquer le « baptême de repentir pour la rémission des péchés » par immersion dans l'eau et prophétisé par Isaïe. Il réunit autour de lui de nombreux disciples, leur annonçant la venue du Messie

Le glorieux prophète et précurseur Jean le Baptiste, aussi appelé Jean le Précurseur, car il était le précurseur du Christ, le prophète qui a annoncé Sa venue, l'a baptisé sur les bords du Jourdain, après l'avoir désigné comme « l'agneau de Dieu ». C'est l'un des saints les plus vénérés de l'Église orthodoxe. Jean est le cousin du Christ, par sa mère Élisabeth, qui était la fille de Zoia. Zoia est la sœur de la grand-mère du Christ.
Il a été décapité par Hérode au premier siècle, pour satisfaire sa belle-fille Salomé et sa femme Hérodiade.
Parce qu'il baptisa le Christ, il est le saint patron des parrains. Il est quelque fois appelé l'Ange du désert ; du fait de ce titre, il est parfois représenté avec des ailes.
SUITE Saints et Fêtes
.............................................
"PO" Sur le même sujet:
Parents de saint Jean-Baptiste et de la parenté de la Vierge Marie.
Hiéromoine Alexandre Nativité de saint Jean Baptiste
par Xenia Krivocheine "Saint Jean Baptiste"
Martyre de saint Jean-Baptiste

Pèlerinage à Amiens: Décollation du chef du Prophète et Précurseur Saint Jean Baptiste

Nativité de Saint Jean le Précurseur - Jean Baptiste

Rédigé par Parlons d'orthodoxie le 7 Juillet 2018 à 09:16 | 21 commentaires | Permalien


Commentaires

1.Posté par Lévêque Nestor de Chersonèse à Amiens le 09/07/2012 11:06
7 июля, в день праздника Рождества Предтечи и Крестителя Господня Иоанна, епископ Нестор совершил Божественную литургию в кафедральном храме католического диоцеза Пикардии в г. Амьен, где хранится часть главы святого Крестителя Господня Иоанна.

Его Преосвященству сослужили настоятель Трехсвятительского храма в Париже иеромонах Марк (Святогоров), настоятель храма в честь Воскресения Христова в г. Медон протоиерей Михаил Гудков (РПЦЗ), иерей Николай Никишин, духовенство православных приходов Франции, Германии и России.

Православная Литургия была совершена на центральном престоле собора Амьенской Богоматери.
За Литургией, на которой молилось более трехсот паломников, пел сводный хор православных приходов Парижа.
По окончании богослужения епископ Нестор обратился к многочисленным верующим, прибывшим к святыне из разных стран Западной Европы, с архипастырским словом.После чего был совершен чин славления Иоанну Предтече и поклонение его святым мощам.

2.Posté par Une liturgie orthodoxe devant la Sainte Tête de Saint Jean Baptiste le 07/07/2014 09:24
Une liturgie orthodoxe devant la Sainte Tête de Saint Jean Baptiste

Le 5 juillet 2014 Monseigneur Nestor, évêque de Chersonèse, présidera la divine liturgie qui sera officiée à l'autel principal de la cathédrale d'Amiens. De vénération du la Sainte relique de Saint Jean-Baptiste et un office d'action de grâce sera dit après la liturgie.

Pour tout renseignement s'adresser au père Zinovy Gombessa, recteur de la communauté orthodoxe d'Amiens : tel. 06 59 24 38 30 mail p.zinovi@gmail.com Lien en russe

3.Posté par В преддверии праздника Рождества Иоанна Крестителя у главы Предтечи Господня в Амьене совершена Божественная литургия le 07/07/2014 09:26
5 июля 2014 года, в преддверии праздника Рождества Иоанна Крестителя, община Корсунской епархии в Амьене торжественно отметила день своего небесного покровителя - Пророка и Предтечи Господня, лицевая часть главы которого более восьми столетий (с 1206 года) хранится в столице Пикардии.

По этому случаю в Амьен прибыл правящий архиерей Корсунской епархии епископ Нестор, а также делегация Херсонской епархии во главе с архиепископом Херсонским и Таврическим Иоанном.

В этот день на центральный престол собора Амьенской Божией Матери - кафедрального храма католического диоцеза Пикардии - было изнесено позолоченное блюдо с честной главой Иоанна Предтечи, у которой архипастыри совершили праздничную Божественную литургию.

Преосвященным владыкам сослужили настоятель православной общины в Амьене священник Зиновий Гомбесса, насельник московского Данилова монастыря игумен Гермоген (Ананьев), руководитель Паломнического центра епархии иерей Николай Никишин, священник Александр Прокопчук, клирик московского храма Трех Святителей на Кулишках, протодиакон Николай Ребиндер, диакон Антоний Ивашин, духовенство Херсонской епархии.

На богослужении молилось более 200 паломников, прибывших из Парижа и других городов Франции, Германии, России, Украины, Беларуси и Казахстана.

По сугубой ектении архипастыри и духовенство помолились об упокоении души отошедшего в этот день ко Господу Блаженнейшего митрополита Киевского Владимира.

После Божественной литургии Предстоятелю Украинской Православной Церкви была провозглашена "Вечная память".

Затем епископ Нестор обратился к собравшимся с архипастырским словом, в котором тепло приветствовал высокого гостя - архиепископа Херсонского Иоанна, гостей и паломников, прибывших для поклонения великой святыни всего христианского мира, а также выразил в лице архиепископа Иоанна соболезнования всей полноте Украинской Православной Церкви в связи с кончиной ее Предстоятеля и великого пастыря украинского народа.

После чего был совершен чин славления, в ходе которого владыки, духовенство и паломники поклонились главе Иоанна Крестителя.

Затем все собравшиеся разделили братскую трапезу, на которой настоятель православной общины в Амьене поблагодарил епископа Нестора за прибытие на торжества, которое уже стало доброй традицией и событием, которого искренне ожидают чада Русской Православной Церкви, проживающие в Пикардии.

За праздничной трапезой епископ Нестор имел общение с представителями местной общины, а также с многочисленными паломниками, после чего, по приглашению местного католического епископа монс. Оливье Леборнь, владыка посетил епархиальное управление католического диоцеза города Амьен.

В ходе встречи с католическим прелатом, на которой также присутствовал иерей Зиновий Гомбесса, епископ Нестор рассказал о динамике развития и особенностям окормления приходов Русской Православной Церкви во Франции, Испании и других странах Западной Европы, а также о планах и вызовах, перед которыми сегодня стоит молодая православная община Амьена. Владыка поблагодарил монс. Леборнь за внимание и поддержку, оказанную местным католическим диоцезом православным Пикардии. Священник Зиновий Гомбесса рассказал о деятельности общины, ее активном участии в проведении совместно с католическими приходами Амьена религиозно-культурных и просветительских мероприятий.

Со своей стороны епископ Оливье Леборнь поблагодарил владыку за посещение Амьена, а также выразил благодарность за то, что присутствие православной общины в столице Пикардии значительно увеличило внимание и интерес местных жителей к главной реликвии города - честной главе Иоанна Крестителя. Монс. Леборнь особо отметил хорошую организацию православных паломничеств в собор Амьенской Богоматери, что стало возможным благодаря трудам настоятеля местной общины Корсунской епархии иерея Зиновия Гомбесса. Среди прочего, католический епископ пообещал оказать всестороннюю поддержку в деле развития и становления молодой православной общины Амьена.

4.Posté par Magnifique Liturgie. Vladimir.G le 07/07/2014 11:07
Il faut aller regarder cette photo de la Liturgie orthodoxe dans le magnifique choeur gothique de la cathédrale d'Amiens.

Soulignons qu'un tel évènement aurait été impensable il n'y a pas si longtemps, avant Vatican II. C'est une belle démonstration de l'Unité fondamentale de l'Eglise divino-humaine du Christ, par delà les déchirures de ces structures trop humaines que sont nos organisation ecclésiales.

5.Posté par Daniel le 07/07/2014 17:45
Et voilà notre émotif Vladimir qui nous prêche à nouveau qu'il y a unité entre orthodoxes et catholiques et que les séparations ne sont qu'humaines... Décidément, on a du mal avec une ecclésiologie orthodoxe...

6.Posté par John le 08/07/2014 23:56
L'Eglise n'est-elle pas guidée par le Christ et le Saint Esprit?

7.Posté par Daniel le 09/07/2014 08:59
Tout ce que font les hommes d'église n'est pas forcément le fruit de l'Esprit Saint : sinon il n'y aurait jamais eu d'hérésies...

8.Posté par justine le 09/07/2014 12:28
Il y en a qui trouvent ca beau. A moi, cela fait l'impression d'un poing dans l'oeil.

9.Posté par Pelagie le 09/07/2014 14:52
@Justine 8)
excusez-moi, mais je ne peux m'en n'empêcher :
j'espère que ce ne sera qu'une impression et que cela ne vous rendra
pas aveugle.

10.Posté par Clovis le 09/07/2014 15:25
Autant parfois vos écrits peuvent me convaincre chère Justine, autant vous me faites souvent tomber de mon fauteuil.
En quoi cela vous blesse-t-il qu'un évêque orthodoxe glorifie le Chef du plus grand des hommes que la terre ait portée dixit Jésus Christ, par la divine liturgie, qui plus est dans le lieu qu'il a choisi pour reposer, cette cathédrale miraculeusement protégée durant les deux guerres mondiales ? Un cathédrale agrandie pour pouvoir accueillir les foules de pèlerins venus vénérés le Précurseur ?!
Les précédentes liturgies auxquelles j'ai pu assister à Amiens étaient dans une chapelle attenante, pas même dans le choeur de la cathédrale. Je ne trouve pas cela digne d'un tel Saint.
Il faut au contraire bien plus honorer et vénérer les Saintes reliques de France et de Navarre, car les catholiques ne le font plus. Au moins une ou plusieurs fois par an, ces saintes reliques nous ont permis la grâce de faire résonner la véritable liturgie dans ces églises qui hélas n'y sont plus habituées.
Je préfère de loin Amiens au Saint Sauveur de Moscou, pâle copie d'une époque révolue.
Avez-vous remarquez le monde qui sépare les fragments de la fresque originale et les copies qui en ont été faites récemment ?

11.Posté par Daniel le 09/07/2014 17:07
Entre Justine qui se prend des coups de poings et Clovis qui tombe de son fauteuil, les éclopés sont légion...

Je ne pense pas que Saint Jean Baptiste ait choisi de reposer à Amiens... les circonstances historiques l'y ont conduit... La vénération des reliques est positive, possible d'ailleurs en temps normal car elles sont accessibles assez facilement. Ce qui est problématique est quand cela donne lieu à des shows oecuménistes justifiant un certain laxisme ecclésiologique:

- la célébration d'offices orthodoxes dans des lieux non orthodoxe est condamnée par les canons; ces lieux n'étant pas des églises à proprement parler

- je n'ai pas entendu les discours tenus... j'imagine leur teneur (2 poumons etc)

Une question: il me semble bizarre de célébrer la liturgie avec les reliques sur l'autel. En général les reliques sont dans l'église sur un support approprié mais pas sur l'autel durant la liturgie.

12.Posté par Clovis le 09/07/2014 17:33
@ Pélagie, non borgne à la limite, les rois du royaume des aveugles...
;-)

13.Posté par Pelagie le 09/07/2014 22:39
@11- Daniel : connaissez vous le nombre de paroisses qui célèbrent les offices dans des églises
catholiques non utilisées par eux ? nous sommes bien heureux de pouvoir les utiliser
La relique d'Amiens n'est pas exposée sur un support mais dans un mur derrière un grillage -
où fallait-il la poser ?
@12 - Clovis : vous avez raison !

14.Posté par Clovis le 10/07/2014 00:20
@ Daniel

Que Saint Jean Baptiste ait choisi librement où non de venir à Amiens, est difficilement discutable en effet, le fait ait que son "arrivée" ait été le déclencheur pour y construire la plus grande cathédrale gothique de France en est une autre.
A Byzance il aura pu tomber sous le coup des ottomans, j'y vois quelques signes que les Francs après le saccage aient pu faire revenir ces reliques que Saint Louis avait en général acheté à prix d'or, le cas de la tête subtilisée étant assez peu fréquent.
Même à l'époque hétérodoxe, la France était quand même la fille aînée de l'Eglise et sous le règne de Saint Louis elle s'est couverte d'un manteau d'église , mais vous connaissez l'histoire, et pas des châteaux, ce n'est tout de même pas rien.

Vous parlez de show un peu hâtivement, je trouve, les photos ne laissent rien supposer de tel en tout cas.

Mais cela dit vous mettez le doigt sur le problème, l'église orthodoxe est "invitée" à faire des liturgie, elle n'en a hélas pas le loisir, et cela implique certains impondérables politiques et religieux, que voulez-vous, nous sommes en France, pas Russie, on fait ce que l'on peut avec les moyens du bord. Et de tels événements car c'est bien de cela qu'il faut parler ne sont pas simples à mettre en oeuvre.
Comme pour la Sainte Tunique d'Argenteuil, et peut-être un jour Sainte Marie Madeleine...
Charbonnier est maître chez soi.

J'ai vu des iconostases de tissu faites pour les campagnes militaires afin de célébrer en plein air. Je ne crois que ce soit des lieux très orthodoxes. Blague à part, je crois que la réponse se tient justement dans le fait que les reliques orthodoxes se trouvent sur l'autel.
A Bari d'où je viens de passer presque un mois, la liturgie est dite sur un autel juste au dessus de la châsse du grand taumaturge. Elle sert aux cathos comme aux orthodoxes, que pouvons-nous y faire ? La pierre où le marbre ne sont que poussière de toute manière, l'important repose dans les reliques, comme jadis le martyrium. Les orthodoxes viennent avec tout ce qu'il faut pour le déroulement de la liturgie, de l'encensoir au Calice, en passant par le vin de messe qui n'est pas le même (sauf à Bari du Pellegrino)




Pour la liturgie avec les reliques sur l'autel, ce n'est pas la première fois que je le vois (je suis servant d'autel). De toute manière il y a toujours un fragment de relique cousu sur le linge recouvrant l'autel (et dont j'ai oublié le nom en français)...

Dieu merci il nous est permis de faire des liturgies dans de tels lieux

15.Posté par Daniel le 10/07/2014 08:23
Pour ma part, je suis malheureux de voir les les orthodoxes se complaire dans des solutions de facilité, occupation gratuite des églises catholiques, qui se fait avec la contrepartie de ne pas être missionanire, de ne pas dire que le catholicisme est une hérésie déjà du temps de Louis IX et même avant, de parle d'église-soeur... C'est le baiser qui vous étouffe... car en priant dans des leiux de cultes catholiques, vous en êtes dépendants et donc un rien esclaves, ce qui est à dire vrai le dsir de certains orthodoxes qui pensent que l'orthodoxie a vocation à demeurer une religion d'immigrés.

La vénération de reliques dans les églises catholiques ne demande aucune tintouin particulier: en effet, elles sont usuellement accessibles tous... Il n'y a nul besoin de réaliser un "show" pour vénérer les reliques de Saint Geneviève à Paris... Elles sont toujours accessibles...

On estime à 400 le nombre de reliques volés de l'orient vers l'occident au Moyen-Age. Difficile de voir là une volonté des saints de migrer en Occident... Quand on voit les icônes qui disparaissent et réapparaissent, on se dit que les saints sont assez grands pour prendre soin de leurs reliques.

Une anecdote sur Saint Spyridon: ses reliques sont à Corfou, île qui fut longtemps sous domination vénitienne. Elles étaient dans une église orthodoxe que le gouverneur attribua aux catholiques après une invasion frustrée que le saint avait déjoué. Le gouverneur ne fit pas long feu; mis en garde par le saint en rêve, il n'en eut cure; sa maison explosa, ne tuant que lui (le gardien fut miraculeusement transporté ailleurs), son portrait à Venise fut miraculeusement détruit...

Une relique est typiquement dans un reliquaire, lequel est sur une sorte de lutrin dans l'église tout le temps de la liturgie, pas spécifiquement sur l'autel.

16.Posté par Clovis le 10/07/2014 23:56
Je comprends ce que vous voulez dire vis à vis des liturgies dans les églises catholiques, même si je ne suis pas forcément d'accord. Pour l'instant on a pas d'autre choix, il faut prendre cela comme une pénitence, et faire cela avec dignité. L'histoire du show auquel vous faites référence ne me convainc guère. Un évêque orthodoxe qui célèbre dans un cathédrale catholique Saint Jean le Baptiste, c'est un événement, pas un show.

Beaucoup de reliques majeurs ne sont pas accessibles à tous, malheureusement, et beaucoup se trouvent dans des salles du trésor, payantes et guère propices à la vénération. Saint Jean Baptiste dans un mur dans le transept Nord, Sainte Cécile à Albi dans les combles, Sainte Marie Madeleine dans le choeur etc...
Un liturgie c'est autre chose.

Je suis au courant des reliques volées, d'autres ont été achetés. En outre vous faites mouche avec Saint Spyridon que nous vénérons beaucoup chez nous, mais l'on pourrait très bien le prendre comme contre exemple de ce que vous racontez, puisque les reliques auraient très bien pu ne pas être volées, où revenir. Les voies du Seigneur sont impénétrables. Si c'est arrivé c'est que le Seigneur dans son Dessein l'a permis, un point s'est tout.
Saint Nicolas a bien été subtilisé avant que la province ne tombe aux mains des mahométans.

Je sais où ce trouve une relique, je vous raconte mes nombreuses expériences avec des prêtres, des archimandrites et des évêques et archevêques avec les reliques sur l'autel durant la liturgie, les faits sont têtus, mais c'est comme ça, il doit y avoir une raison.
De toute manière je ne vois ce qu'il peut s'opposer à ce que l'on mette les reliques d'un Saint du Seigneur sur l'autel avec les Saints Dons. Ils sont Saint parce que Notre Seigneur s'est incarné et a relevé et transcendé notre chair pour la faire siéger à la droite du Père. C'est l'Alpha et l'Omega de notre vie de chrétien en tant qu'homme qui se trouve par là justifiée.
En outre sur l'antimension (j'ai retrouvé le nom) il doit y avoir une relique cousue :
http://stranitchka.pagesperso-orange.fr/VO11/RELIQUES.html
Rien de plus orthodoxe donc.

Encore une fois je peux comprendre vos réticences, mais je ne crois pas qu'il faille ainsi critiquer ces rares occasions de vénérer les reliques dans un "contexte" orthodoxe. Il faut faire contre mauvaise fortune bon coeur. Oui, nous sommes orthodoxes en terre catholique, oui ce n'est pas facile de vénérer les reliques et d'y célébrer la Divine Liturgie, mais grâce au ciel, nous y arrivons bon an mal an, prions pour que cela aille mieux.

Grâce a ces échanges catho-orthodoxes, le séminaires d'Epniay a reçu une relique de la Vraie Croix, ainsi que de Sainte Geneviève.

17.Posté par Tchetnik le 11/07/2014 08:59
Les antimins Russes contiennent une relique, les Grecs n'en contiennent pas.

Cependant, des reliques sont censées se trouver dans les autels.


18.Posté par Tchetnik le 11/07/2014 09:01
Les réticences de Daniel sont en partie compréhensibles et justifiées, mais on peut très bien célébrer dans une église "catholique" avec beaucoup de bénéfice spirituel si cela permet outre la transmission de la Grace, la réhabilitation du patrimoine de sainteté Chrétien n Occident, et montre l'universalité du Christianisme Orthodoxe. Célébrer ainsi ne signifie pas nécessairement se compromettre. Ce d'autant plus que des intérêts autrefois divergents peuvent très bien converger et inciter à une certaine collaboration.

19.Posté par zeste le 11/07/2014 10:30
… voire même un zeste de syncrétisme, pourquoi pas au point où en est la ronde.

20.Posté par Daniel le 11/07/2014 10:51
Que Dieu ait permis une chose ne signifie pas absolument qu'elle lui soit agréable... un peu de bon sens. Les reliques de Saint Spyridon n'ont jamais été volées, mais transférées de Constantinople à Corfou pour les protéger des Turcs.

Un prélat orthodoxe dans une église catholique, c'est un spectacle oriental qui permet de remplir l'église, d'ordinaire un rien vide, l'occasion de faire la propagande pour la théorie des branches, une violation des canons etc.

21.Posté par Clovis le 11/07/2014 13:13
@ Tchtenik, merci, c'est fort bien dit et concis.

@ Tssss....
Daniel, bien entendu que le reliques De St Spyridon n'ont pas été volées, là n'est pas la question. Mais sous dominations catholiques elles auraient très bien pu l'être.
En outre, je ne parle pas que cela plaise à Dieu ou pas, le fait est qu'Il ait laissé faire cela, me suffit, et doit certainement trouver son explication, il n'y a pas de hasard voyez-vous. Donc il était dans Son dessein que ces reliques soient d'une manière ou d'une autre, légalement ou pas (sic !) enlevées de Constantinople pour l'Occident, grosso modo.
Mais ce débat ne fait guère avancer le schmilblick.

Lorsque l'on voit les photos de la liturgie, que voit on un évêque un protodiacre, et d'autres prêtres dont un de moscou venu en pèlerinage avec ses ouailles. L'assemblée des femmes la tête recouverte d'un fichu.
Pas de catho en vue, encore moins calotte
Juste une liturgie certes sans iconostase, peut-être un détail qui défrise, mais rien que la liturgie pontificale, je trouve cela assez déplacé de parler de show. Connaissant l'évêque Nestor, je puis vous assurer que ce n'est qui plus est pas trop le genre de ce type de discours.

A Bari où en été deux fois par semaine la liturgie orthodoxe est célébrée "sur" les reliques de Saint Nicolas, il n'y a aucun discours de ce genre, et de toute manière, c'est comme c'est le cas à Amiens, la liturgie et le prêche sont en russes, devant un public (puisque vous parlez de show) à 95% russes, bref pas grand chose à se mettre sous la dent pour les adeptes de la langue de molière.

Pas de mièvreries sur les deux poumons, pas même un mot en général sur les catholiques, c'est le cadet des soucis lorsque l'on célèbre devant de telles reliques. Des gens viennent de toute la Russie pour aller à Bari, avec leurs bas de laine, ces gens se fichent que ce soit dans une église (même si à Bari c'est du roman), catholique. L'important c'est le Saint, sa vénération et la glorification de Dieu.

Nouveau commentaire :



Recherche



Derniers commentaires


RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile