Père Alexandre Schmemann - "LES FONDEMENTS DE LA CULTURE RUSSE"
Présentation à Moscou d'un nouveau livre de "causeries" inédites du père Alexandre Schmemann.

Vladimir Golovanow

Le père Alexandre Schmemann (Revel, Estonie,1921, Crestwood, NY, États-Unis, 1983) est l'un des plus importants théologiens orthodoxes du XXe siècle (1). Installé aux États-Unis en 1951, il a travaillé à "Radio Liberté" pendant 30 ans, quasiment dès la création de la station (1953) et jusqu'à sa mort. Ses "causeries" avaient un grand succès en Russie, où ils constituaient pratiquement la seule voix orthodoxe accessible au plus grand nombre.

Une grande partie avait été enregistrée pour les l'émissions et conservée, ce qui a permis leur publication en russe en 2009 par l'Université orthodoxe Saint-Tikhon de Moscou (http://pstgu.ru/en/), mais un nouvel ouvrage du père Alexandre vient d'être publié par l'université sous le titre "Les fondements de la culture russe"; cet opus reprend un cycle de causeries inédites, datées de 1970-71, qui ont été retrouvées récemment sous forme de textes dactylographiés dans les archives d'écrivains émigrés qui collaboraient à "Radio Liberté" à la même époque. "Le père Alexandre est un incroyable théologien", souligne l'auteur du projet, Egor Agafonov, lors de la présentation de cet ouvrage le 11 décembre dernier, "il continue à étonner même après sa mort" il est mort depuis 34 ans mais ses nouveaux livres continuent à être publiés."

Père Alexandre Schmemann - "LES FONDEMENTS DE LA CULTURE RUSSE"
De son côté, le père Vladimir Vorobiev, recteur de l'Université Saint-Tikhon qui publie le livre, a ouvert la présentation de l'ouvrage en soulignant l'importance toute particulière de l'événement et rappelant comment « la liturgie est entrée dans notre vie d'une façon renouvelée» grâce aux textes du père Alexandre publiés dans le "Bulletin de l'ACER" (2).

UN GUIDE IMPORTANT POUR LA RUSSIE D'AUJOURD'HUI

"On peut trouver dans ce livre des réponses à de nombreuses questions sur ce qui se passe actuellement," pense Serge Schmemann, fils du père Alexandre, qui a apporté un témoignage essentiel lors de cette présentation. "Je considère que c'est un guide important pour la Russie d'aujourd'hui, pour la culture actuelle," a-t-il souligné, et il s'est souvenu de la place qu'occupait la culture dans leur famille: "Cela faisait partie de notre vie quotidienne; il y avait des étagères avec des livres, et le père Alexandre en savait beaucoup par cœur.

Il citait Pouchkine sans avoir besoin du texte. Quand Brodsky est venu à la maison en 1972 (ndr: juste après sons expulsion d'URSS (3) et a lu des poèmes, le soir même mon père pouvait les réciter par cœur; il avait une mémoire incroyable.

"Pour ce qui concerne les textes liturgiques, qu'on commençait à traduire en anglais, le père Alexandre disait au traducteur: "Lisez cela comme une poésie." Il n'y avait pas de différence pour lui entre la poésie, la Liturgie, la vie - c'est le royaume de Dieu sur terre", - explique Serge Schmemann, en soulignant que le thème de la religiosité de la littérature russe a été un sujet spécial dans les cours de son père. Il savait trouver cette "sainte créativité", qui beignait ses 'causeries'.

Chaque année il relisait beaucoup de livres. Il lisait beaucoup en russe, en français et il comprenait la poésie anglaise. "S'il n'avait pas été théologien et prêtre, il serait devenu critique littéraire," a dit Serge Schmemann en rapportant les paroles de son père. Et il a également rapporté l'intérêt du père Alexandre pour les films russes devenus accessibles en Occident dans les années soixante ("nous avons par exemple regardé ensemble et discuté «Andrei Roublev» de Tarkovski").

Père Alexandre Schmemann - "LES FONDEMENTS DE LA CULTURE RUSSE"
Le père Alexandre a commandé beaucoup de disques russes dès qu'ils furent en vente: «Il nous semblait que nous avions enfin établi un contact avec la Russie ... Le prêtre éminent n'a jamais pu aller en Russie, "mais il connaissait par cœur, par exemple le plan de Saint-Pétersbourg," - a continué le fils du père Alexandre. Et c'est aussi dans ces années-là qu'il a commencé à recevoir les premiers échos de ses émissions: au paravent "mon père ne savait pas si on l'écoutaient ou non". Ensuite il y a eu des contacts directs avec les gens, des lettres ont commencé à arriver.

Répondant à une question sur le "Journal" du père Alexandre (4), Serge Shmeman a exprimé sa surprise de la résonance qu'a eu ce "Journal" en Russie; "il n'y a pas eu une telle réaction lors de la parution aux États-Unis"... Quand lui-même l'a lu, il a eu l'impression que le p. Alexandre voulait écrire des mémoires sous forme de journal mais n'en a pas eu le temps. "Il aimait lire les Mémoires des écrivains. Peut-être aurait-il voulu une édition plus formelle", se demande Serge Shmemann.

Père Alexandre Schmemann - "LES FONDEMENTS DE LA CULTURE RUSSE"
BIENTÔT UN FILM

Les participants à la présentation de l'ouvrage ont pu visionner les trois premiers chapitres d'un nouveau film documentaire sur le p. Alexandre qui a pour titre "l'Apôtre de la Joie".

L'auteur et réalisateur, Andrei Zheleznyakov (5), a déclaré que l'impulsion pour sa création été le "Journal" du père Alexandre, et le travail sur le film a duré 4 ans. le film est basé sur les témoignages de la famille du père Alexandre et de ses amis, de ses étudiants du séminaire Saint-Vladimir (6). La sortie du film aura lieu le 19 décembre à la Maison du cinéma de Moscou et le 22 décembre au PSTU. Le 18 décembre, le film "Apôtre de la joie" sera présenté à Saint-Pétersbourg.

Les participants à la présentation ont également eu l'occasion d'entendre un enregistrement audio de l'une des "causeries" du père Alexandre - "Le mystère de Pouchkine".

Dans la préface du nouveau livre, la poétesse Olga Sedakova (7) écrit: «Homme à la foi la plus profonde, le prêtre orthodoxe Alexandre Schmemann parle du destin de la culture russe sans la moindre ombre de cléricalisme, sans donne d'évaluations "religieuses". Ceux qui connaissent ses travaux théologiques n'en seront pas surpris: il ne connait rien de plus contraire à la foi que l'idéologie religieuse, ses recettes et ses prescriptions. Il considère que c'est "la fille du capitaine" de Pouchkine qui est l'œuvre la plus chrétienne de la culture russe.

Et le choix "religion ou créativité culturelle" (en parlant du destin de Gogol, Léon Tolstoï et autres) ne lui inspire aucune sympathie: il le voit comme l'un des dangers chroniques de la culture russe. C'est à cette analyse, ainsi qu'à d'autres caractères dangereux de la culture russe que sont consacrées ses 'causeries'. "

Père Alexandre Schmemann - "LES FONDEMENTS DE LA CULTURE RUSSE"
Source: Blagovest

Основы русской культуры. Беседы на Радио Свободы 1970-1971. Протопресвитер Александр Шмеман.

.............................................
Notes du rédacteur

(1) Wikipedia

(2) ACER (Action Chrétienne des Étudiants Russes) fut fondée en 1923 à Paris par des émigrés russes. Le "Bulletin de l'ACER", publié depuis 1925, a publié les œuvres de grands philosophes russes comme Nicolas Berdiaev, Serge Boulgakov, Simon Frank, Vladimir Ilyin, Nikolas Lossky, Lev Shestov. Le père Alexandre Shmemann a souvent collaboré à la revue et, comme de nombreux exemplaire en étaient diffusés clandestinement en URSS, ses textes ont pu ainsi être diffusés et participèrent à sa notoriété parmi les croyants russes.

(3) Joseph Brodsky est un poète russe (Léningrad 1940 - New York 1996). Ne pouvant faire publier ses ouvrages, il est arrêté et condamné pour « parasitisme social») 1964 puis sera expulsé d'URSS en 1972. Lauréat du prix Nobel de littérature en 1987

(4) L'existence de ce journal, que le père Alexandre Schmemann tenait depuis 1973, n'a été connue qu'après sa mort en 1983 Il ne se bornent pas à y enregistrer ses activités quotidiennes, mais y consigne toute son existence - ses idées, ses découvertes, ses rencontres (avec Soljenitsyne notamment), ses combats et ses frustrations. Le père Alexandre y révèle la diversité de ses champs d'intérêt, comme en témoigne le nombre prodigieux de notes sur des ouvrages littéraires russes, français et américains. Il y parle également de la politique et des idées sociales du moment. Ce matériel passionnant a été édité par sa femme en 2000 en anglais ; sa parution en russe, en 2005, a constitué un événement littéraire. (https://www.amazon.fr/Journal-1973-1983-Alexandre-Schmemann/dp/284545144X ) Il a été édité en français en 2009 (éditions des Syrtes).

(5) Andrei Zheleznyakov, acteur et metteur en scène né en 1963, auteur de quinze films environ depuis 1989 dont "Poutine inconnu" (2000)

(6) Le "Séminaire Saint-Vladimir", ou "Institut de théologie orthodoxe Saint-Vladimir", est un établissement d'études supérieures de théologie orthodoxe situé à Crestwood (NY, USA) fondé en 1938. Le père Alexandre y enseigna l’histoire de l’Église et la théologie liturgique à partir de 1951 et en fut le doyen durant les 10 dernières années de sa vie.

(7) Olga Alexandrovna Sedakova, née le 26 décembre 1949 à Moscou, est une poétesse, traductrice, philologue et ethnographe russe qui a commencé comme auteur dissident clandestin en URSS avant de publier son premier recueil à Paris (1986). Elle a reçu, en autre, le Prix de Paris du poète russe (1991), le Prix européen de poésie (1995), Rome, le Prix Alexandre Soljénitsyne (2003), le Prix Dante Alighieri (2011) … Elle est décorée de l'Ordre français des Arts et des Lettres (2012).

Père Alexandre Schmemann - "LES FONDEMENTS DE LA CULTURE RUSSE"

Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 23 Décembre 2017 à 15:21 | 0 commentaire | Permalien