Père Andrew Phillips - Panorthodoxe ou non-orthodoxe?
Même dans l'Église orthodoxe russe, nous entendons parfois parler des organisations, des assemblées, des conférences, des réunions, même des «liturgies panorthodoxes», «panorthodoxes». mais qu'est ce que ça veut dire?

Chaque liturgie est «panorthodoxe», dans la mesure où tous les orthodoxes sont invités à participer, en effet, le monde entier est invité à prier. Malheureusement, l'expression «panorthodoxe» signifie vraiment «seulement pour des orthodoxes choisis».

En fait, cela signifie «pour les nouveaux calendaristes seulement» (excluant ainsi 85% des orthodoxes) et pour les œcuménistes, les modernistes, les francs-maçons et les intellectuels libéraux (excluant ainsi 99,9% du reste). Comment cette distorsion de sens a-t-elle eu lieu?

Ce mot déformé vient de deux visions opposées de l'unité de l'Église, en particulier dans la Diaspora. La première vision de l'unité, celle «panorthodoxe», repose sur un nivellement vers le plus bas dénominateur commun, en fait, sur la protestantisation et la sécularisation.

L'autre vision de l'unité, l'orthodoxe, est basée sur une aspiration vers le plus haut dénominateur commun, en fait, elle est ascétique et conduit à la sainteté.

Bien que la première vision soit d'abord plus populaire et plus commune, parce qu'elle n'est pas spirituelle, elle ne durera pas. C'est donc seulement la seconde vision qui persiste et triomphe.

Nous pouvons voir cela lors de la réunion "PanOrthodoxe" (!!!) de l'année dernière en Crête. Cela a causé une énorme crise dans le monde grec et le nouveau calendrier (par exemple roumain), qui y a assisté et a signé divers articles, et ce monde est maintenant concerné par la «réception» de cette rencontre particulière. Cela n'est absolument pas pertinent pour la majorité des orthodoxes, qui ne sont guère conscients de cette crise, puisqu'ils ont refusé d'assister à une réunion si absurde avec son agenda non orthodoxe et l'ont depuis oublié et rient quand ils l'entendent appeler «concile» . Nous sommes pré-crétois et post-crétois et vivants; Ils sont Con-Crétois et sont morts.

Nous préférerions subir le martyre que de signer l'un de ces documents. Tels sont les panorthodoxes. Pour être «panorthodoxe», il faut d'abord être orthodoxe. C'est ce que les œcuménistes, les modernistes et les libéraux «orthodoxolites», «euro-orthodoxes» ne comprennent pas. En étant toutes choses pour tous les hommes, ils ont fini par n'être rien à personne, en d'autres termes, ils sont la risée de ceux du passé. C'est pourquoi nous les ignorons, en toute sécurité avec nos évêques orthodoxes et nos fidèles orthodoxes.

C'est pourquoi nous continuerons d'être authentiquement «panorthodoxes», accueillant tous, multinationaux et multilingues et fidèles à la Tradition.
........................................
Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après Pravoslavie ru
Archiprêtre Andrew Phillips 15 Résultats pour votre recherche sur PO
Père Andrew Phillips - Panorthodoxe ou non-orthodoxe?

Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 27 Juillet 2017 à 11:29 | 4 commentaires | Permalien


Commentaires

1.Posté par Tchetnik le 25/07/2017 12:58
Souvenons nous de Saint basile qui écrivait déjà à ses frères des Gaules pour lui demander leur aide contre certaines hérésies qui marquaient l'Orient à l'époque. Ici, ils viendront sans doute d'Angleterre...

Entre être dans la Vérité et être dans la majorité, il faut parfois choisir...


2.Posté par justine le 25/07/2017 15:45
Il y a plusieurs lettres de St Basile aux Évêques de Gaule et d'Italie. Dans celle qui porte le no 92 dans la collection en traduction anglaise (churchfathers.org), il souligne que l'hérésie de l'arianisme - car c'est de celle-ci qu'il s'agissait alors - ne met en péril non seulement 2 ou 3 Églises locales, mais l'Eglise dans son ensemble. Ainsi l'incendie qui présentement enflamme le monde grec-orthodoxe pourrait s'etendre, et pour cela, le père Andrew ne devrait pas prendre à la légère ce péril. Car s'il n'y a pas maintenant une résistance décidée et ferme à tous les niveaux à ce poison de l'écuménisme et neopapisme - au niveau des paroisses, des séminaires ecclésiastiques et des écoles théologiques notamment - même les Églises qui pour le moment ne sont pas ou peu infectées, risquent de voir cette infection se répandre chez eux comme une peste virulente, car les pouvoirs des ténèbres qui en sont la source et la propagent, ne cessent pas de faire tout ce qu'ils peuvent. Et nous voyant endormis ou nonchalants, ils ne laisseront pas échapper cette occasion.

3.Posté par Luca le 25/07/2017 20:21
Pere Andrew ) Bravo Bravo!!!!

4.Posté par Vladimir G: "nous n’approuvons ni ces groupes, ni leurs méthodes" le 09/09/2017 15:42
Extrait d'une interview du métropolite Hilarion de Volokolamsk, président du Département des relations ecclésiastiques extérieures du Patriarcat de Moscou et généralement considéré comme le bras droit du patriarche de Moscou, au portail grec « Romfea »
(https://mospat.ru/fr/2017/09/07/news149860/). Cet extrait relativise clairement la portée des déclarations du p. Andrew qui fait visiblement partie des "des groupes semblables existent aussi dans notre Église..." Sans plus!

Éminence, si vous le permettez, je poursuivrai sur ce thème. Ce que je vais dire est d’une grande actualité en Grèce. Nous avons ici des groupes de prêtres qui ont cessé toute commémoration liturgique du patriarche Bartholomée à cause du Concile de Crète. Approuvez-vous cette façon d’agir ?

Certes non, nous n’approuvons ni ces groupes, ni les méthodes qu’ils emploient pour prouver le bien-fondé de leurs positions. Mais des groupes semblables existent aussi dans notre Église, et nous devons être sensibles à leurs attentes. Nous nous souvenons très bien du schisme survenu au XVII siècle en Russie, et qui se poursuit jusqu’à aujourd’hui. Il a été provoqué par des questions de rite uniquement, et non à cause de problèmes théologiques ou dogmatiques.

Ce que vous dites est extrêmement important, Éminence…

C’est pourquoi nous nous efforçons de nous tenir au courant des dispositions au sein de nos communautés, et d’y réagir. Certes, nous comprenons bien qu’il existe des groupes qui cherchent consciemment à faire chavirer le navire ecclésial. Mais il y a aussi des fidèles qui, pour différentes raisons théologiques, sont critiques envers certains points des documents du Concile de Crète. Il faut savoir faire la différence entre les attaques volontaires et agressives contre l’Église et les réelles inquiétudes des gens.

Nouveau commentaire :