Personne ne voulait choisir. Impasse à l'Archevêché
Le père Vladimir Zelinsky a diffusée un texte qui doit paraître dans le Messager № 210 de l'ACER

Rappelons que le 27 novembre 2018 Sa Sainteté Bartholomée, patriarche œcuménique, a révoqué le Tomos de l’Archevêché Il a en même temps suggéré aux paroisses de tradition russe de s’incorporer aux diocèses grecs locaux dépendant du Patriarcat de Constantinople. Malheureusement l’Assemblée qui s’est tenue le 23 février 2019 n’a pris aucune décision en ce qui concerne son appartenance canonique. Monseigneur Jean dans son intervention de clôture a déclaré que s’il lui arrivait quelque chose l’Archevêché disparaîtrait et que si il était interdit par Constantinople il rejoindrait à titre personnel le patriarcat de Moscou. De surcroît il a exprimé le souhait que l’on cesse de commémorer le patriarche Bartholomée, ceci dans la Cathédrale de même que dans les autres paroisses.

Une assemblée générale extraordinaire sera convoquée le 7 septembre 2019


НИКТО НЕ ХОТЕЛ ВЫБИРАТЬ

Протоиерей Владимир Зелинский

27 ноября 2018 года Патриарх Варфоломей вызывает в Стамбул нашего предстоятеля Архиепископа Иоанна Хариупольского и заявляет без обиняков: «У меня недобрая весть для вас. Русский Экзархат распущен. Вы становитесь викарием греческого митрополита во Франции Эммануила. Ваши приходы переходят в ведение греческих митрополий, они есть в каждой европейской стране. У нас для них особого места больше нет». И в каждой стране, где вежливым приглашением, где приказом явиться, греки не замедлили о том напомнить: отныне мы – их.

***

To whom il may concern. Тем, кого это касается. А тем, кого не касается, не советую и читать. Только устанете от наших долгих юрисдикционных дел. Не ожидаю понимания, ожидаю нареканий. Этот текст должен появиться в 210-ом выпуске Вестника РХД летом этого года.

НИКТО НЕ ХОТЕЛ ВЫБИРАТЬ.

Однако ж заставили. Существовали мы мирно, со всеми в дружбе и общении, жили небогато, на службах работая, но вольно и независимо. Но Господь выгоняет из уютных гнезд. И ставит перед решением, которое не хочется принимать.

Вселенский Патриарх учреждает Православную Церковь Украины, что в принципе, вне каких-либо оценок, было ожидаемо. Патриарх Московский, в ответ на вторжение на каноническую территорию, которая уже более трех веков считается российской, порывает евхаристическое общение со всеми чадами Вселенского патриархата. Тем самым и с нашим Экзархатом, с 1931 года принадлежащим Константинополю, но всегда ощущавшим себя прежде всего Русской Церковью. Это был серьезный удар, хотя в разных странах, разных приходах и пережитый по-разному.

Но и его наш Экзархат мог бы выдержать. В конце концов случился подобный кризис более 20 лет назад в Эстонии и худо-бедно разрешился. С Украиной – все понимали – он будет длиться дольше, болезненнее, но разрешится когда-нибудь и он. Однако Константинополь сделал его принципиально неразрешимым.

27 ноября 2018 года Патриарх Варфоломей вызывает в Стамбул нашего предстоятеля Архиепископа Иоанна Хариупольского и заявляет без обиняков: «У меня недобрая весть для вас. Русский Экзархат распущен. Вы становитесь викарием греческого митрополита во Франции Эммануила. Ваши приходы переходят в ведение греческих митрополий, они есть в каждой европейской стране. У нас для них особого места больше нет». И в каждой стране, где вежливым приглашением, где приказом явиться, греки не замедлили о том напомнить: отныне мы – их.

Но здесь обнаружилась существенная деталь, которую они не заметили или не учли. Вселенский Патриарх был вправе распустить учрежденный им Экзархат, но не мог распустить Архиепископию, созданную не им и способную прожить без него. Архиепископия - это собрание приходов, живущих общей традицией, следующих решениям Московского Собора 1917-18 годов (избрание Архиепископа общим собранием клириков и мирян, особая роль епархиального и приходских советов и т.п.). Теперь этим приходам предстояло решить: или «разойтись по грекам» или остаться единым церковным телом. На общем собрании 23 февраля 2019 193 голосами против 16 было выбрано единство.

Но вот остаться - как? В каком качестве? На этот счет как не было, так и нет никакого единомыслия. Варианты были и остаются такие: войти в Русскую Зарубежную Церковь, в Московский патриархат, но с сохранением автономии, присоединиться к Румынской Митрополии в Западной Европе, которая в лице митрополита Иосифа готова как будто Архиепископию принять. Или наконец остаться сами по себе, без всякого патриархата над нами.

И Зарубежная Церковь готова принять нас, но на своих условиях. Никаких разных календарей, голосований и прочего модернизма. Однако для Архиепископии возможность выбора - знак ее свободы и идентичности, от них она не может отказаться. С Румынской Митрополией пока неясно и так неясным и остается; приглашать нас к себе может благословить только Патриарх Даниил и его Синод в Бухаресте. А они молчат. Наконец можно присоединиться к Москве или же повиснуть в некоем канонически неопределенном пространстве, которое едва ли устроит другие православные Церкви. К грекам идти никому особенно не хочется. Но кому-то придется.

Остается Москва. Она внушает страх. Но предлагает Архиепископии достойную автономию, принимая все «странные» наши традиции, введенные Московским Собором, практически пока ничего не требуя взамен. Такой выбор имеет многих сторонников, но и вызывает наибольшее сопротивление. Об этом идет дискуссия. К собранию клириков, состоявшемуся в Париже 11 мая 2019 года я написал письмо, в котором утверждал, что нам, Русской Церкви в Европе, невозможно оставаться в разрыве с Московским Патриархатом.

Письмо было адресовано клирикам Архиепископии и написано по-французски (благословение матери, французский язык!), очень скоро кем-то не без мелких неточностей переведено и опубликовано на сайте Credo-Press. Никакой сайт, конечно, не обязан представлять авторам переводы их текстов или предупреждать о публикациях, но добрые нравы журналистики этому не препятствуют. Что касается самого письма, то на собрании 11 мая в Свято-Сергиевском институте человек 10 или около того, подходили ко мне и благодарили. Причем, как-то келейно, негромко, сугубо приватно, так что даже подкралась мысль: «А не совершил ли я невзначай нечто отважное?».

На собрании 11 мая определенно, avec la clarté française (с французской ясностью), прозвучала только точка зрения Архипископа Иоанна: он за Москву. В феврале он рассказывал, насколько трудным было для него такое решение; в течение более 40 лет он поминает Вселенского Патриарха. Остальные, в том числе французское большинство, не были столь конкретны в своем выборе. Неконкретность означала: «скорее нет» (впрочем, у двух ораторов: скорее да). Английское благочиние было настроено решительней всех: нет и ни в каком случае. В частном разговоре мне сказали: знаете, когда к нам приехал ваш епископ из Москвы и стал вершить дела, мы сразу почувствовали себя сотрудниками московского министерства иностранных дел. Во время своего выступления я обратился к ним по-английски (перевод часто не успевал за речами): Прекрасно понимаю, вас, англичан, но вы должны понять и нас, итальянцев. По крайней мере хотя бы учесть, что есть и такая реальность.

Реальность, как я ее вижу, сводится к следующему. Мы все привыкли к независимости, никто не хочет ее терять. Здесь нет разногласий. Но в человеческом, социальном плане церковные наши ситуации совершенно разные. Во всех странах, в столицах особенно, существуют уже состоявшиеся общины, чьи прихожане давно выбрали собственный церковный путь. Они - либо эмигранты в третьем-четвертом поколении, либо природные европейцы, кровно с Россией никак не связанные. Конечно, в каждый из таких приходов, новая волна забросила десяток-другой российских прихожан, но не они определяют его уже сложившийся облик. Кому не нравится юрисдикция Константинополя, переходит в московский приход, который, как правило, неподалеку. Старый приход от таких переходов не разрушается.

В Италии ситуация совершенно иная. Здесь нет первой эмиграции, как не осталось и их потомков. За исключением детей, коих уже немало, и обращенных в Православие итальянцев (некоторые из них уже в сане), я вообще не знаю никого из православных, кто бы родился в этой стране. Они в огромном большинстве своем прибыли сюда как экономические беженцы, помыкались там и сям, в сараях спали, за еду и койку работали, потом нашли работу получше, с трудом оформили документы, остались, если не навсегда, то надолго, некоторые замуж повыходили, и вот неожиданно (ибо ехали не за этим) нашли православный приход. Почти все они, как и их родители, как и деды их, были прихожанами Московской патриархии.

Никто из них и слыхом не слыхивал о какой-то там Архиепископии православных русских (или русской традиции) церквей в Западной Европе. Ну, храм как храм, служба идет по-нашему, московская Церковь их признает, все вроде бы нормально.
И все нормально и шло до того момента, когда словно топор ударил по бревнышкам выстроенному нашему дому, расколов его пополам. Человек под сорок, добрая половина прихода внезапно исчезла, не сказав, за двумя случаями, ни слова. Остались самые верные или те, кому до церковных бурь дела нет.

Когда случается выступать, я неизменно изумляю итальянцев вопросом: знаете ли вы, что Италия – самая православная в Западной Европе страна? Одних румын здесь не меньше миллиона, их приходы повсюду. Другой миллион составляют украинцы и молдаване. Ну, а затем идут русские, сербы, грузины, греки (у них приходов немало, но самих греков единицы), албанцы, болгары, всех вместе их тоже немало набирается. Восемь канонических православных Церквей существует на территории Италии, включая Польскую Митрополию с ее церковной вотчиной на Сардинии. Не считая мелких, неканонических, созданных, как правило, итальянцами, отколовшимися от Рима.

Те на собрании, кто был не согласен с выбором «в Москву», как правило не предлагали ничего своего. Они говорили: существует иное решение. Но это решение как-то уклонялось от вербализации, оно лишь подразумевалось. Ясно было, что Константинополь свое решение о роспуске Экзархата может как-то смягчить, но назад не возьмет. Иное решение означало: останемся такими, как есть, вне Москвы, вне Константинополя, вне Зарубежной Церкви, сами по себе. В пример ставилась Американская митрополия, она существовала на весьма смутных канонических правах, пока в 1970 Москва не даровала ей полновесную автокефалию. Но и по сей день ПЦА не признается Константинополем, что не мешает ей находиться в полном каноническом общении со всеми Православными Церквями. Итак, выберем свободу, а там посмотрим. Так уже было в 1965 году, когда Вселенский патриарх Афинагор лишил Архиепископию своего омофора, посоветовав ей вернуться в Москву. Архиепископия совету не последовала и пребывала независимой до 1971 года, когда тот же Афинагор принял ее обратно. Возврат к такому статусу означает пребывание в канонической невесомости сколь угодно долго. Пока кто-нибудь не дарует нам автокефалию. Если вообще вспомнит о нас.

Практически же Архиепископия должна выбрать между двумя путями: идти в Москву или не в Москву. «Не в Москву» значит к грекам или вообще в никуда. Сторонники «не в Москву» стараются по возможности смягчить жесткость этого выбора. Но он таков, каков есть, и невозможно его избежать.

Об этом и было мое письмо клирикам Архиепископии. В оригинале в нем более 8 тыс знаков. Но российские мои друзья-читатели, прочитав перевод, усмотрели в нем только один знак, указующий на Москву. Они спонтанно полагали, что приход – это одна пастырская голова с кнутом, а прочие – овцы бессловесные, которых можно гонять туда-сюда. Но именно они-то, в силу нашей «демократии», заложенной Московским собором, имеют право голоса. В письме своем я подчеркиваю: нужно четко оговорить все условия нашей автономии. И предлагаю Генеральной Ассамблее до перехода «под Москву», как любят говорить, найти еще двух кандидатов для избрания в викарные епископы, чтобы вписаться в московскую структуру с уже готовым корпусом из трех архиереев. Но «за Москву» россияне, по крайней мере те, кто мне писал и звонил, сурово меня осудили. Даже Гапоном назвал старый друг.

И первым делом, конечно, захотели открыть мне глаза. Но глаза мои давно и безнадежно открыты. Разбуди меня среди ночи, я тотчас смогу воспроизвести все слежавшиеся в памяти слова про сергианство, пресмыкательство, сотрудничество, требоисполнительство, «структуру, созданную Сталиным в 1943 году» и т.п. Но во всем этом привычном дискурсе две вещи всегда смущали меня. Во-первых, говорится все это (о сергианстве особенно), как правило, наследниками тех, кто сам, решив мученичества избежать, оставил волкам свои приходы и епархии, вопреки словам Христа («А наемник не пастырь...» Ин.10:12). Не касаюсь непоминающих и катакомб; их право на суд куплено дорогой ценой. Во-вторых, никак не могу найти в истории русской православной Церкви – а весь ее досергианский путь постоянно и резко противопоставляется сергианскому – длительный период, когда дела обстояли бы радикально иначе. Если в 1857 году в Российской империи было нормально, богоустановлено и потому благословенно владеть и торговать людьми (никого не сужу, мир был таков), то почему через 70 лет, когда мир стал другой, стало кощунственно говорить богоборческой, бесчеловечной системе «ваши радости – наши радости»?

Один эпизод из прошлого:

«Священник рассматривался властью как должностное лицо, которое служит прежде всего государству, а потом уже Богу, и наряду с другими чиновниками обязан принимать изветы и писать доносы. В практику Тайной канцелярии Петра входит особый, невиданный термин – «исповедальный допрос». Он применялся к умирающему от пыток узнику, которого исповедует священник, а рядом сидит секретарь с бумагой и пером. «Исповедальный допрос» считался сыском абсолютно достоверным, ибо на смертном одре человек не может лгать» ( Е.В.Анисимов. Миссия Русской православной церкви в петровское время, Церковь и время. № 4 (37) 2006).

Богочеловеческое тело Церкви состоит из пшеницы и плевел, их не различишь до жатвы. И потому я не могу взирать на советский период нашей церковной истории как на особо, непростительно греховный, отделяя его от остальных. История едина, мы либо принимаем ее такой, какая она есть, либо уходим на поиски идеальной Церкви. Которая конкретно для меня лежит на другой стороне от моего идеала.

К тому же все эти справедливые (да, да, часто весьма справедливые!) речи о сергианстве произносятся с таким чувством самоуважения, с такой уверенностью стояния на праведной стороне истории, с таким ощущением близкого соседства себя и истины, что я уже перестаю воспринимать то, о чем они, эти речи, а слышу только человеческую природу, которая за ними стоит.

В письме своем я не скрывал, что хочу спасти общину, которая не может бесконечно пребывать в неопределенности. В нашем городе неподалеку есть большой молдавский, т.е. московский приход куда, не зная молдавского, и двинулись мои бывшие прихожане, и огромный (огромный воистину) украинский греко-католический – в 80 метрах от моего храма. Кстати, многие православные, прибывающие с Западной Украины, а эмиграция идет в основном оттуда, оказываются у греко-католиков, там «ридна мова» и все свое, национальное. (Хотя и у нас Апостол – и по-украински тоже, и рушники повсюду). Друзья, меня попрекавшие в «московитстве», сами, разумеется, были и остаются прихожанами московских храмов, и мне в голову не придет попрекать их несоответствием принципам. Здоровое чувство христианского реализма, лишенное фанатизма, не гонит их на поиски утопий «чистых» церквей, придумавших сами себя.

Когда я начинал свое служение в Брешии, то, как я писал, у меня не было ничего. Ни прихода, ни храма. И потом всё это (не без благословения Божия?) довольно быстро возникло, собралось, обрело почву под ногами; теперь уже и иконостас в храме стоит. Вступал ли кто на священнический путь на голом месте и при светской работе (даже двух)? Начав его к тому же с жестоко ранившего меня конфликта с приходским советом первого моего прихода сразу же после рукоположения, от чего я и оказался в пустоте. И все эти годы, странствуя из одного гостеприимного католического храма в другой, я не переходил в иную юрисдикцию. И сейчас не перехожу, остаюсь в Архиепископии, которая есть моя Русская Церковь. Но пришло время выбирать.
Мой выбор прост: община, где практически все прихожане и сегодня чувствуют себя чадами Московского Патриархата, не может и не должна находиться с ним в состоянии «евхаристической войны». Но и жертвовать обретенной свободой и сложившейся традицией тоже не должна.

Прот. Владимир Зелинский

Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 2 Juillet 2019 à 12:32 | 19 commentaires | Permalien


Commentaires

1.Posté par Didier Veillat le 02/07/2019 09:06
Un témoignage simple, vrai, très émouvant et juste de la réalité.

Je ne parle ni ne comprends le russe, mais on arrive à construire tant bien que mal une traduction par des sites spécialisés. Donc, traduction maladroite et à rectifier si nécessaire (merci de votre compréhension):

***

"PERSONNE NE VOULAIT CHOISIR. Cependant, nous avons été forcés de le faire. Nous existions pacifiquement, avec tous dans l'amitié et la communication, pauvres vivants, travaillant dans les services, mais librement et indépendamment. Mais le Seigneur nous chasse de nos nids douillets. Et il nous soumet une décision qu'il ne veut pas prendre.

Le Patriarche œcuménique établit l'Église orthodoxe d'Ukraine, ce qui, en principe, était inattendu au-delà de toute prévision. Le Patriarche de Moscou, en réponse à l'invasion du territoire canonique, considéré comme russe depuis plus de trois siècles, interrompt la communion eucharistique avec tous les enfants du Patriarcat œcuménique. Ainsi aussi avec notre Exarchat, qui depuis 1931 a appartenu à Constantinople, mais a toujours ressenti avant tout l'Eglise russe. Ce fut un coup dur, bien que dans des pays différents, des paroisses différentes et selon des expériences différentes.

Mais même son Exarchat pouvait le supporter. En fin de compte, une crise similaire s'est produite il y a plus de 20 ans en Estonie, et elle a été mal résolue. Avec l'Ukraine - tout le monde l'a compris - elle durera plus longtemps, plus douloureusement, mais un jour elle sera résolue. Cependant, Constantinople l'a rendu fondamentalement insoluble.

Le 27 novembre 2018, le patriarche Bartholomée convoqua notre chef, l'archevêque Jean, à Istanbul et dit : " J'ai des nouvelles pour vous. L'Exarchat russe est dissous. Vous devenez vicaire de la métropole grecque en France de Mgr Emmanuel. Vos paroisses sont sous la juridiction des métropoles grecques, elles le sont dans tous les pays européens. Nous n'avons plus de place spéciale pour vous ». Et dans tous les pays, les Grecs n'ont pas hésité à nous rappeler que nous leur appartenons désormais.

Mais nous avons trouvé ici un détail essentiel, qu'ils n'ont pas remarqué ou pris en compte. Le Patriarche œcuménique avait le droit de dissoudre l'Exarchat qu'il avait établi, mais il ne pouvait dissoudre l'Archevêché, qui n'avait pas été créé par lui et pouvait vivre sans lui. L'archevêché est un ensemble de paroisses de tradition commune, suivant les décisions du Concile de Moscou de 1917-1918 (élection de l'archevêque par l'assemblée générale du clergé et des laïcs, rôle particulier des conseils diocésain et paroissial, etc.) Maintenant, ces paroisses devaient décider si elles devaient "se disperser parmi les Grecs" ou rester un seul corps d'Eglise. Lors de l'assemblée générale du 23 février 019, 193 voix contre 16 se sont exprimées pour l'unité.

Mais comment rester ? En quelle qualité ? Il n'y a pas eu unanimité à cet égard. Les options étaient et sont toujours les suivantes : entrer dans l'Eglise russe à l'étranger, le Patriarcat de Moscou, mais avec la préservation de l'autonomie, rejoindre la métropole roumaine en Europe occidentale, qui en la personne du métropolite Joseph est prêt à accepter l'archevêché. Ou enfin de rester seuls, sans patriarcat pour nous.
Et l'Église à l'étranger est prête à nous accepter, mais selon ses propres conditions. Pas de calendriers, votes et autres modernismes. Cependant, pour l'Archevêché, la possibilité de choisir est un signe de sa liberté. Seul le Patriarche Daniel et son Synode à Bucarest peuvent nous inviter chez lui. Mais ils restent silencieux. Enfin, nous pouvons nous joindre à Moscou ou nous accrocher dans un espace indéfini sur le plan canonique, ce qui ne convient guère aux autres Églises orthodoxes. Personne en particulier ne veut aller chez les Grecs.

Il reste Moscou. Cela inspire la peur mais offre à l'Archevêché une autonomie digne, acceptant toutes nos traditions "étranges", introduites par le Concile de Moscou, presque sans exigence en retour. Un tel choix a de nombreux partisans, mais provoque aussi la plus grande résistance. C'est le sujet de discussion. Pour la rencontre des clercs qui s'est tenue à Paris le 11 mai 2019, j'ai écrit une lettre disant qu'il est impossible pour nous, l'Eglise russe en Europe, de rester en rupture avec le Patriarcat de Moscou.

La lettre a été adressée au clergé de l'Archevêché et rédigée en français (bénédiction de la mère, langue française !), et très vite elle a été traduite et publiée sur le site web de Credo-Press par quelqu'un non sans petites inexactitudes. Bien sûr, aucun site web n'est obligé de fournir aux auteurs des traductions de leurs textes ou de mettre en garde contre les publications, mais les bonnes mœurs du journalisme n'y font pas obstacle.
Quant à la lettre elle-même, lors d'une réunion le 11 mai à l'Institut Saint-Serge, une dizaine de personnes sont venues me remercier. Et, d'une manière ou d'une autre, secrètement, pas bruyamment, en privé, si bien que l'idée m'est venue : "N'ai-je pas fait quelque chose de courageux ?

Lors de la réunion du 11 mai, avec la clarté française, seul le point de vue de l'Archevêque Jean a été exprimé : il est pour Moscou. En février, il nous a dit combien cette décision a été difficile pour lui ; le Patriarche œcuménique le connaît depuis plus de 40 ans. Les autres, y compris la majorité française, n'étaient pas aussi précis dans leur choix. Le manque de spécificité signifiait "Plutôt non (deux orateurs, cependant : plutôt oui). La représentation anglaise était la plus déterminée de toutes : non, et en aucun cas. Lors d'une conversation privée, on m'a dit : « vous savez, quand votre évêque est venu nous voir de Moscou et a commencé à faire des négociations, nous nous sommes immédiatement sentis comme des employés du ministère des Affaires étrangères de Moscou ». Lors de mon discours, je me suis adressé à eux en anglais (la traduction n'était souvent pas à la hauteur) : « je vous comprends, vous, les Anglais, mais vous devez aussi nous comprendre, nous, les Italiens. Considérez au moins qu'une telle réalité existe. »

La réalité, selon moi, se résume à ce qui suit. Nous sommes tous habitués à l'indépendance, personne ne veut la perdre. Il n'y a pas de désaccord ici. Mais en termes humains et sociaux, nos situations ecclésiales sont complètement différentes. Dans tous les pays, en particulier dans les capitales, il existe déjà des congrégations établies dont les paroissiens ont depuis longtemps choisi leur propre chemin ecclésial. Il s'agit soit d'émigrants de la troisième ou de la quatrième génération, soit d'Européens naturels, qui n'ont aucun lien de sang avec la Russie. Bien sûr, dans chacune de ces paroisses, une nouvelle vague a jeté une douzaine de paroissiens russes, mais ce ne sont pas eux qui déterminent l’assise déjà établie. Qui n'aime pas la juridiction de Constantinople, va à la paroisse de Moscou, qui est généralement à proximité. L'ancienne paroisse n'est pas détruite.

En Italie, la situation est complètement différente. Il n'y a pas de première émigration ici, ni de descendants non plus. A part les enfants, qui sont déjà nombreux, et les Italiens convertis à l'orthodoxie (certains d'entre eux sont déjà dans la dignité), je ne connais aucun des orthodoxes, qui seraient nés dans ce pays. Ils sont surtout venus ici en tant que réfugiés économiques, ont été poussés ici et là, ont dormi dans des granges, ont travaillé pour la nourriture et un lit, puis ont trouvé un meilleur emploi, ont eu du mal à traiter leurs documents, sont restés ici, sinon pour toujours, au moins pour longtemps, certains se sont mariés, et ont fondé une paroisse orthodoxe. Presque tous, ainsi que leurs parents, étaient des paroissiens du Patriarcat de Moscou.

Aucun d'entre eux n'avait jamais entendu parler d'un Archevêché des églises orthodoxes russes (ou de tradition russe) en Europe occidentale. Eh bien, si l'Eglise de Moscou les reconnaît, tout semble aller bien. Tout allait bien jusqu'à ce que ce soit comme si une hache frappait les bûches de notre maison, les fendant en deux. La bonne moitié de la paroisse a soudainement disparu, sans dire un mot, à deux reprises. Les plus fidèles ou ceux qui ne se soucient pas des tempêtes de l'Eglise sont restés.
Quand il s'agit de parler, je surprends toujours les Italiens avec la question : Savez-vous que l'Italie est le pays le plus orthodoxe d'Europe occidentale ? Il y a au moins un million de Roumains ici, et leurs paroisses sont partout. Les autres millions sont des Ukrainiens et des Moldaves. Il y a les Russes, les Serbes, les Géorgiens, les Grecs (ils ont beaucoup de paroisses, mais il n'y a que quelques Grecs eux-mêmes), les Albanais, les Bulgares, tous ensemble ils reçoivent beaucoup. Huit églises orthodoxes canoniques existent sur le territoire italien, dont la métropole polonaise avec son patrimoine ecclésial en Sardaigne.

Ceux qui n'étaient pas d'accord avec le choix "à Moscou", en règle générale, n'ont rien offert de leur côté. Ils ont dit : il y a une autre solution. Mais cette décision a en quelque sorte échappé à la verbalisation, elle n'était qu'implicite. Il était clair que Constantinople pouvait en quelque sorte assouplir sa décision de dissoudre l'Exarchat, mais Constantinople ne voulait pas le reprendre. Une autre solution signifiait que nous resterions comme nous sommes en dehors de Moscou, en dehors de Constantinople, en dehors de l'Eglise à l'étranger, seuls. La métropole américaine a servi d'exemple, et elle existait avec des droits canoniques très vagues, jusqu'à ce qu'en 1970 Moscou lui donne une autocéphalie. Aujourd'hui encore, cependant, l'APC n'est pas reconnue par Constantinople, ce qui ne l'empêche pas d'être en pleine communion canonique avec toutes les Églises orthodoxes. Alors, choisissons la liberté, et nous verrons bien. Ce fut déjà le cas en 1965, lorsque le Patriarche œcuménique priva l'archevêché de sa protection et lui conseilla de retourner à Moscou. L'archevêché n'a pas suivi ce conseil et est resté indépendant jusqu'en 1971, date à laquelle le même Patriarche l'a repris. Revenir à ce statut signifie rester en apesanteur canonique aussi longtemps que vous le souhaitez. Jusqu'à ce que quelqu'un nous donne l'autocéphalie. S'il se souvient de nous.

En pratique, l'archevêché devrait choisir entre deux voies : aller à Moscou ou non. "Pas à Moscou" signifie pour les Grecs ou nulle part. Les partisans du " pas à Moscou " tentent d'adoucir la rigidité de ce choix si possible. Les choses sont ce qu’elles sont et il est impossible de les éviter.
C'était ma lettre au clergé de l'archevêché. Dans l'original il y a plus de huit-mille signes. Mais mes amis lecteurs russes, après avoir lu la traduction, n'y ont vu qu'un seul signe pointant vers Moscou. Ils croyaient spontanément que la paroisse était une tête de berger avec un fouet menant des moutons sans paroles au gré du vent. Mais ce sont eux [les « moutons »] qui, en vertu de notre "démocratie" établie par la cathédrale de Moscou, ont le droit de vote. Dans ma lettre, j'insiste sur la nécessité de préciser clairement toutes les conditions de notre autonomie. Et je propose à l'Assemblée générale, comme ils aiment à le dire, de trouver deux autres candidats à l'élection des vicariats épiscopaux avant la transition vers Moscou, afin de s'intégrer dans la structure de Moscou avec un corps tout fait de trois évêques. Mais "pour Moscou", les Russes, du moins ceux qui m'ont écrit et m'ont appelé, m’ont condamné sévèrement. Bien sûr, ils voulaient m'ouvrir les yeux. Mais mes yeux sont largement et désespérément ouverts. Réveillez-moi au milieu de la nuit, et je pourrai reproduire tous les mots mémorables sur la « sergiance », la coopération, le tremblement, "la structure créée par Staline en 1943", etc. Mais dans tout ce discours familier, deux choses m'ont toujours embarrassé. Tout d'abord, tout ceci est dit (surtout sur le sergianisme), en règle générale, par les héritiers de ceux qui, ayant décidé d'éviter le martyre, ont laissé leurs paroisses et leurs diocèses aux loups, contrairement aux paroles du Christ ("Le bon berger donne sa vie pour ses brebis. Mais le mercenaire, qui n'est pas le berger, et à qui n'appartiennent pas les brebis, voit venir le loup, abandonne les brebis, et prend la fuite; et le loup les ravit et les disperse. " Jean X ; 11-12). Je ne touche pas aux oubliés et aux catacombes ; leur droit au jugement s'achète à un prix élevé. Deuxièmement, je ne trouve pas dans l'histoire de l'Église orthodoxe russe - et tout son parcours pré-sergien est constamment et fortement opposé à celui de la Serbie - une longue période où les choses auraient été radicalement différentes. Si en 1857, dans l'Empire russe, il était normal, théologiquement établi et donc béni de posséder et d'échanger des gens (je ne juge personne, le monde était comme ça), alors pourquoi 70 ans plus tard, quand le monde est devenu différent, il est devenu blasphématoire de dire au système théologique et inhumain "vos joies sont nos joies" ?
Un épisode du passé :

"Le prêtre était considéré par le pouvoir comme un fonctionnaire qui sert d'abord l'État, puis Dieu, et avec d'autres fonctionnaires est obligé d'accepter des extraits et d'écrire des dénonciations. La pratique du Bureau secret de Pierre comprend une expression spéciale, inconnue de tous - "interrogatoire confessionnel". Il a été appliqué à un prisonnier mourant de torture, qui est confessé par un prêtre, et à côté de lui est assis un secrétaire avec un papier et un stylo. L'interrogatoire confessionnel" était considéré comme une recherche absolument fiable, car un homme ne peut pas se coucher sur son lit de mort" ("E.V.Anisimov. La mission de l'Église orthodoxe russe à l'époque de Pierre le Grand, l'Église et le temps. № 4 (37) 2006).

Le corps humain de l'Église est constitué de blé et d'ivraie, que l'on ne peut distinguer qu'à la moisson. Et c'est pourquoi je ne peux pas considérer la période soviétique de l'histoire de notre Église comme une période particulièrement pécheresse et inexcusable, la séparant du reste. L'Histoire est une, soit nous l'acceptons telle quelle, soit nous partons à la recherche de l'Église parfaite. Ce qui pour moi est contraire à mon idéal.
D'ailleurs, tous ces discours justes (oui, oui, oui, souvent très justes !) sur la sergiance sont faits avec un tel sentiment de respect de soi, avec une telle confiance de se tenir du bon côté de l'histoire, avec un tel sentiment de proximité et de vérité que je ne vois plus de quoi ils parlent, ces discours, mais seulement la nature humaine qui les soutient.

Dans ma lettre, je n'ai pas caché le fait que je voulais sauver la communauté, qui ne pouvait pas rester indéfiniment dans l'incertitude. Dans notre ville voisine, il y a une grande paroisse moldave, c'est-à-dire la paroisse de Moscou, où mes anciens paroissiens se sont déplacés sans connaître le moldave, et un groupe (énorme) Ukrainien gréco-catholique - à 80 mètres de ma paroisse. D'ailleurs, beaucoup d'orthodoxes venant de l'Ukraine occidentale, et l'émigration vient principalement de là, se retrouvent chez les catholiques grecs, où se pratique la langue nationale et tous les marqueurs nationaux. […]. Mes amis, qui m'ont critiqué à propos de "Moscou", étaient et sont toujours, bien sûr, des paroissiens des temples de Moscou, et je ne penserais pas à contredire leur inconsistance avec les principes. Un sens sain du réalisme chrétien, dépourvu de fanatisme, ne les pousse pas à la recherche des utopies d'églises "pures" qui se sont inventées.

Quand j'ai commencé mon ministère à Brescia, je n'avais rien. Pas de paroisse, […]. Et puis tout cela (non sans la bénédiction de Dieu) est rapidement apparu, s'est assemblé et a gagné du terrain ; maintenant l'iconostase est debout dans l’église. Quelqu'un s'est-il embarqué dans la voie sacerdotale dans un endroit nu et soumis à un travail séculier (voire deux) ? Ayant également commencé par un conflit avec le conseil paroissial de ma première paroisse immédiatement après mon ordination, j'avais été jeté dans le vide. Au fil des ans, de paroisse en paroisse, et je n'ai pas déménagé dans une autre juridiction. Maintenant je ne bouge plus, je reste dans l'Archevêché, qui est mon église russe. Mais il est temps de choisir.

Mon choix est simple : la communauté, où presque tous les paroissiens se sentent encore comme des enfants du Patriarcat de Moscou, ne peut et ne doit pas être en état de "guerre eucharistique" avec lui. Mais nous ne devrions pas non plus sacrifier notre liberté et notre tradition retrouvées." Par l'Archiprêtre Vladimir Zelinsky.

2.Posté par Vladimir G: "JE N''''ATTENDS PAS LA COMPRÉHENSION MAIS DES PROTESTATIONS" le 02/07/2019 15:14
"JE N'ATTENDS PAS LA COMPRÉHENSION MAIS DES PROTESTATIONS"

Merci pour cette traduction; elle rend bien le sens de ce texte passionnant, qui laisse filtrer des informations sur les débats dans les coulisses de "Daru". Je sais que c'est un gros travail et je vous tire mon chapeau!

Quelques précisions pour mieux comprendre:
- Pour l'EORE, il faut lire "Pas de calendriers DIFFÉRENTS..."
- En parlant des paroisses italiennes, il faut lire "certains sont delà ORDONNÉS"
- UNE bonne moitié de la paroisse a soudainement disparu, sans dire un mot, SAUF DEUX CAS
- tous ensemble CELA FAIT beaucoup.
- assouplir sa décision de dissoudre l'Exarchat, mais Constantinople ne voulait pas LA reprendre
- Nous appelons généralement l'Église Orthodoxe en Amériques "OCA" (pour sa dénomination officielle "Orthodox Church in América"...)
- Ils SUPPOSAIENT spontanément que la paroisse - C'EST UN CHEF BERGER avec un fouet, LES AUTRES ÉTANT des moutons MUETS QU'ON PEUT TRAINER ÇA ET LÀ. Mais ce sont eux [les « moutons »] qui, en vertu de notre "démocratie" établie par LE CONCILE de Moscou, ont le droit de vote.
- "требоисполнительство" n'a rien à voir avec "tremblement". C'est un néologisme péjoratif qualifiant l’exécution prioritaire d'offices privés payants...
-"et tout son parcours pré-sergien est constamment et fortement opposé AU SERGIANISME"
- en 1857, dans l'Empire russe, il était normal, DIVINEMENT établi et donc béni, de posséder et DE VENDRE des gens
- il est devenu blasphématoire de dire au système ATHÉE et inhumain
- est obligé d'accepter des DÉNONCIATIONS SPONTANÉES
- La pratique du Bureau secret de Pierre LE GRAND
- car un homme ne peut pas MENTIR sur son lit de mort
- avec un tel sentiment de SA proximité DE LA vérité
- Pas de paroisse NI DE LIEU DE CULTE
- ET TOUTES CES ANNÉES, DÉMÉNAGEANT D'UNE CHAPELLE CATHOLIQUE À L'AUTRE, je n'ai pas CHANGÉ DE juridiction

Le père Vladimir nous rappelle que le choix pour "Daru" est en fait "de 'se disperser parmi les Grecs' ou rester un seul corps ecclésial" et nous apprend que la seule proposition qui ait été faite à l'Assemblée Pastorale le 11 mai "avec la clarté française" (sic, en français dans l'original) a été celle de Mg Jean: pour Moscou. Les positions des autres participants n'étaient pas claires, plutôt contre, le doyenné anglais étant farouchement contre… Pour autant ces opposants n'avaient rien de concret à proposer..." Tout est là et les interviews données par les négociateurs (des deux côtés) confirment bien ce point (*).

QUI EST LE PÈRE VLADIMIR?

Vladimir Zelinsky, converti au christianisme à Moscou, baptisé à l'âge adulte, a participé d'une manière active à la vie culturelle indépendante alors qu'elle était persécutée par le régime soviétique. Depuis 1991 il habite en Italie, à Brescia, où il a enseigné la langue et la civilisation russe à l'Université catholique du Sacré Cœur. Devenu prêtre orthodoxe en 1999 dans le cadre de l'Exarchat Russe du Patriarcat de Constantinople, il a fondé à Brescia une paroisse dédiée à l'icône "Notre Dame Joie des Affligés". Marié, père de quatre enfants, il a collaboré à divers journaux et revues et publié plusieurs livres (https://www.egliserusse.eu/blogdiscussion/Pere-Vladimir-Zelinsky-L-ENFANT-AU-SEUIL-DU-ROYAUME_a5311.html)

(1) https://www.egliserusse.eu/blogdiscussion/L-Eglise-orthodoxe-russe-est-prete-a-modifier-ses-statuts-pour-ses-compatriotes-les-Russes-de-l-etranger_a5763.html

3.Posté par Mischa le 03/07/2019 20:53
Не понимаю, почему никто и ничего не рассказывает о том какие переговоры идут на Дарю? С кем говорят? Что им обещают? Где же гласность и открытые обсуждения в духе 1917-1918 гг? На фоне этой непрозрачности возникаю слухи и сплетни. Лучше бы все откровенно рассказывать

4.Posté par Guillaume le 04/07/2019 06:34
Une seule analyse, les Grecs veulent tout!

5.Posté par Vladimir G: un petit peu de transparence permettrait de faire baisser la tension le 05/07/2019 12:50
Je pense aussi que le manque de transparence sur les discussions en cours donne lieu à rumeurs et désinformation, en particulier dans la blogosphère russophone, dont aussi bien Misha (poste 3) que le père Vladimir ou les "Pas à Moscou" se font écho.

Ces «fake news» augmentent le stresse des fidèles de l'Archevêché (cf. lettre de la paroisse de Biarritz...) Les interviews données par les négociateurs le 28 juin (*) apparaissent comme une réponse à cela.Mais on peut regretter que cet article ne soit pas repris sur le site de l'Archevêché: quand on le regarde, on pourrait penser qu'aucune question cruciale n'est en cours: "pèlerinage en Terre Sainte du 25 octobre au 4 novembre; L’Institut de théologie orthodoxe Saint-Serge prépare sa rentrée 2019-2020..."

En fait, il ne semble pas qu'il y ait grand chose à dire, comme l'explique le père Vladimir: "Ceux qui n'étaient pas d'accord avec le choix "à Moscou", en règle générale, n'ont rien offert de leur côté." Constantinople n'a pas de nouvelle proposition, les promoteurs de "l'apesanteur canonique" (ibid.) non plus (le nombre de signataires de la pétition plafonne à 173, moins de 1,5 par paroisse(**), si Mgr Jean a rencontré Mgr Joseph, métropolite du diocèse d’Europe occidentale et méridionale du Patriarcat de Roumanie, "seul le Patriarche Daniel et son Synode à Bucarest peuvent nous inviter chez lui. Mais ils restent silencieux" (ibid).

Bref, il n'y a rien à dire de plus, mais un petit peu de transparence permettrait de faire baisser la tension à l'intérieur de l’Archevêché et d'attendre plus sereinement l'AG, seule instance à pouvoir prendre une décision comme le souligne très bien Nicolas DEBARD le 05/07/2019 (***)
(*) https://www.egliserusse.eu/blogdiscussion/L-Eglise-orthodoxe-russe-est-prete-a-modifier-ses-statuts-pour-ses-compatriotes-les-Russes-de-l-etranger_a5763.htmlhttps://www.egliserusse.eu/blogdiscussion/L-Eglise-orthodoxe-russe-est-prete-a-modifier-ses-statuts-pour-ses-compatriotes-les-Russes-de-l-etranger_a5763.html
(**) https://github.com/CPAORIEO/Proposition/blob/master/index.md
(***) https://www.egliserusse.eu/blogdiscussion/L-Eglise-orthodoxe-russe-est-prete-a-modifier-ses-statuts-pour-ses-compatriotes-les-Russes-de-l-etranger_a5763.html?com#com_6909856; com. 8

6.Posté par Boris le 05/07/2019 14:02
@ Vladimir G
L'"archevêché derrière un rideau de fer, s'abritant de ses fidèles?
L'ex-URSS s'est désagrégée par manque d'ouverture

7.Posté par Mischa le 05/07/2019 14:05
@ Vladimir
А кто состоит в совете Архиепископии? Вы могли бы назвать имена? Это ведь не секрет?

8.Posté par Irénée le 05/07/2019 14:13
Juste une remarque : conformément aux statuts, une Assemblée Générale Extraordinaire doit être convoquée au plus tard deux mois avant qu'elle se réunisse.
Pour l'instant, aucune convocation n'a été envoyée, et l'ordre du jour reste inconnu. Donc pas d'AGE le 7 septembre, sauf publication d'une convocation avec ordre du jour le 7 juillet au plus tard...

9.Posté par Alexis le 05/07/2019 14:47
Il est tout à fait normal que le contenu des négociations n'apparaisse pas sur la place publique. Il serait contre productif d'étaler au grand jour les discussions. Ceux qui le font prennent le risque de les perturber. Mgr Jean a déjà assez à faire sans avoir à gérer les réactions des uns ou des autres suite à des fuites (voulues ou non). Ce qui comptera se seront les conclusions sur lesquelles sera amenée à se prononcer l'AG de septembre et non les phases intermédiaires. Le reste ce n'est que de l'agitation.

10.Posté par Boris le 05/07/2019 18:29
@Irénée
Le sabotage est évident !!!

11.Posté par Irénée le 05/07/2019 18:36
@ Boris? Sabotée par qui ? Les statuts précisent que c'est l'archevêque qui convoque l'AG (ordinaire ou extraordinaire), et pas les membres du Conseil de l'archevêché.

12.Posté par Boris le 05/07/2019 18:49
@ Irénée

l’archevêque est en bonne santé? j'espère!

13.Posté par Irénée le 05/07/2019 19:01
Oui, nous lespérons et nous prions pour que le Seigneur le garde en bonne santé... Mais de qui viendrait alors le sabotage que vous évoquez ?

14.Posté par Vladimir G: certains membres du CA considèraient cette date comme "prématurée" ? le 05/07/2019 19:14
La liste des membres du CA est disponible sur http://www.exarchat.eu/spip.php?rubrique43

Javais entendu dire qu'il y aurait d'abord en septembre une AGO (se réunit statutairement tous les trois ans,) qui permettrait un débat, puis une AGE décisionnelle vers la fin de l'année. Les conditions de convocations des deux sont celles que rappelle Irénée, mais il semblerait que certains membres du CA considèrent cette date comme "prématurée" ? (elle avait été décidée par le CA du 11 mai 2019; cf. https://www.egliserusse.eu/blogdiscussion/Communique-du-Bureau-de-l-Administration-Diocesaine-du-13-mai-2019_a5723.html)

15.Posté par Didier Veillat le 05/07/2019 19:44
@ tous

Toute décision, suppose une certaine souveraineté de la part de celui qui la prend et donc en amont une absence de transparence. L'Archevêque est, me semble-t-il souverain de par sa responsabilité; c'est aussi pour cela qu'il a été élu . Donc dans les actions, négociations, etc. qu'il mène, le secret n'est pas une cachotterie mais un moyen de prendre les bonnes décisions en conscience ou de mener certaines négociations le plus sereinement possible; ce qui ne doit déjà pas couler de source.

Je ne vois pas là de sabotage en sous-main. Un peu de retard dans les convocations peut-être. S'il était démontré que les convocations n'ont pas été envoyées à la date légale et volontairement, ce serait autre chose... Il faut donc encore attendre jusqu'au début de la semaine prochaine. Je comprends que cela puisse induire des tensions.
Quant à la question de la santé de l'Archevêque, je la trouve un peu abrupte et technique... elle me semble du coup humainement déplacée. J'espère que Mgr Jean est en bonne santé pour lui-même avant tout, et que cela dure!

En lisant certains commentaires, ou en suivant certains fils de discussion, je regrette d'avoir signé la pétition qui courait naguère sur Internet; naïf que je suis! je pensais que ses initiateurs avaient une solution alternative viable pour l'Archevêché. Je pense maintenant que cela a été une faute de ma part, une précipitation bête, et une forme d'irresponsabilité.
Il faut laisser Monseigneur Jean mener le troupeau dont il a la charge selon les circonstances qui lui sont imposées et avec les meilleures chances possibles de maintien de cette entité historique qu'est l'Archevêché. Inutile de le pousser à trébucher par impatience...

Je pensais naguère que les choses allaient trop lentement; mais non! J'avais tort et je le regrette. Certaines lenteurs sont indispensables à éclaircir les situations troubles. Nous vivons dans un monde de vitesse et nous ne nous en rendons presque plus compte.

Bonne soirée.

Didier veillat

16.Posté par Alexis le 05/07/2019 22:10
N° 15: Tout à fait d'accord. Quant à la signature de la pétition, elle n'a aucune valeur juridique et n'est pas représentative. Cela a déjà été évoqué sue P.O. Donc aucun regret à avoir. La liste des signataires reprend en grande partie la diaspora des descendants de l'émigration russe qui sont viscéralement opposés au Patriarcat de Moscou, je dirais, par "tradition"...

17.Posté par Mischa le 05/07/2019 23:03
Спасибо Владимир за подробности
Эти имена о многом нам говорят.
Решения которые обсуждают эти 12 человек должны приниматься большинством или полным составом?


Évêques (membres ex officio), six membres du clergé élus, six membres laics élus.
Conformément aux statuts de l’archevêché (art. 67), le Conseil de l’Archevêché est composé de l’archevêque et de ses évêques auxiliaires ex officio, de six membres clercs (élus) et de six membres laïcs (élus). Il est présidé par l’Archevêque.

Le Conseil de l’Archevêché élit en son sein, sur proposition de l’archevêque : un vice-président qui peut présider les réunions du Conseil en l’absence de l’archevêque, un secrétaire et un trésorier. L’archevêque, le secrétaire et le trésorier constituent l’Administration Diocésaine

Pour joindre l’Administration diocésaine :

Administration Diocésaine
12, rue Daru
75008 Paris
Téléphone : +33 (0)1 46 22 67 61
Courrier électronique : administration.diocesaine@archeveche.eu


Monseigneur Jean de Charioupolis
Président — Archevêque des églises orthodoxes russes en Europe Occidentale, Exarque du Patriarche Œcuménique

Monseigneur Michel de Claudiopolis
Évêque — Membre ex officio

Archiprêtre Jean Gueit
Vice-président du Conseil de l’Archevêché - Membre clerc élu jusqu’en 2019

Nicolas Lopoukhine
Secrétaire du Conseil de l’Archevêché - Membre laïc élu jusqu’en 2022

Alexandre Victoroff
Trésorier — Membre laïc élu jusqu’en 2019

Archiprêtre Théodore Van der Voort
Membre clerc élu jusqu’en 2022

Archiprêtre Alexandre Fostiropoulos
Membre clerc élu jusqu’en 2019

Archiprêtre Serge Sollogoub
Membre clerc élu jusqu’en 2019

Prêtre Christophe D’Aloisio
Membre clerc élu jusqu’en 2022

Archidiacre Vsevolod Borjakovsky
Membre clerc élu jusqu’en 2022

Alexis Obolensky
Membre laïc élu jusqu’en 2019

Michel Ribault-Menetière
Membre laïc élu jusqu’en 2019

Elisabeth von Schlippe
Membre laïc élue jusqu’en 2022

Didier Vilanova
Membre élu du conseil jusqu’en 2022


18.Posté par Nicodème le 06/07/2019 10:04
@Alexis , message 16 : en effet , j'en ai connus . Ils ne se sont pas aperçus que l'URSS s'est dissoute . Ils vivent ds un univers mental qui a 50 ans de retard . C'est un phénomène assez courant .Le monde politique et religieux est plein de ces esprits congelés . Ils sont extrêmement nuisibles .

19.Posté par N.B. le 06/07/2019 12:54
@Tous

Aujourd’hui le 6 juillet - pas de nouvelles sur le site Daru
C'est l'archevêque qui convoque l'AG?

20.Posté par Vladimir G: Extraits des statuts de l''''Archevêché (ils sont facilement accessibles?) le 06/07/2019 20:11
Article 20. Convocation.

L’AG est convoquée par l’Archevêque, soit dans les délais réglementaires prévus par les statuts pour les AGO, soit à titre extraordinaire pour les AGE. La convocation doit être envoyée, au moins deux mois avant la date de la réunion, à tous les recteurs, prêtres en charge de paroisses, de communautés monastiques, de l’Institut de Théologie Orthodoxe, de Maisons de Retraite et responsables d’Associations.

La convocation doit comporter, outre l’ordre du jour, le rappel de :

a) l’obligation pour ces entités de procéder à l’élection de délégués en AG.

b) les conditions que doivent remplir les délégués.

c) les conditions pour être candidat au CA, si celui-ci doit être renouvelé.

d) l’obligation de retourner à l’Administration de l’Archevêché, au moins un mois avant l’AG prévue, la liste des délégués élus et de leurs suppléants et les noms de candidats éventuels aux élections de l’AG (conformément aux dispositions de l’art 30) ainsi que copie des comptes rendus des assemblées paroissiales ayant procédé à l’élection des délégués à l’AG de l’Archevêché.

La convocation avec les mêmes mentions que celles ci-dessus visées, à l’exception des points a) et d), doit de nouveau être adressée aux différents délégués élus par les entités susvisées.

http://www.exarchat.eu/spip.php?article62

V. LE CONSEIL DE L’ARCHEVECHE.

Article 66. Définition.

Le C.A. est l’organe exécutif permanent qui assiste l’Archevêque dans tous les domaines de la vie ecclésiale dont celui-ci a la charge.

Article 67. Composition.

Il est composé de :
- l’Archevêque en exercice qui en est le président, et de ses évêques auxiliaires ;
- six membres du clergé ;
- six laïcs.

Les membres ci-dessus, à l’exception de l’Archevêque et des évêques auxiliaires, sont élus par l’AGO pour un mandat de six ans renouvelable deux fois.

Le renouvellement a lieu par moitié dans chaque collège tous les trois ans.

...

Article 73. Réunions et délibérations.

Le CA se réunit en principe au moins 6 fois par an et autant de fois qu’il est nécessaire à l’initiative de l’Archevêque, ou à la requête de 1/3 de ses membres.
La présence de la moitié des membres au moins est nécessaire pour la validité des délibérations. Les décisions sont prises à la majorité des présents. En cas de partage des voix, la voix du président de séance est prépondérante.

Nul ne peut voter par procuration.

Toutes les réunions du CA font l’objet d’un compte rendu sous forme de procès-verbal signé de l’Archevêque et du Secrétaire. Les copies ou extraits du procès verbal sont signés soit par l’Archevêque soit par le Secrétaire, soit par deux membres.

Article 74. Litiges.

En cas de désaccord entre l’Archevêque et le CA, le sujet est présenté en deuxième lecture lors de la réunion suivante. L’Archevêque expose par écrit aux membres du CA les raisons de son désaccord. Les membres du C.A. en désaccord peuvent exposer par écrit les raisons de leur désaccord. Ces explications sont jointes au procès-verbal. Si la solution n’est pas trouvée, l’Archevêque consultera le C.E. avant de trancher définitivement.

http://www.exarchat.eu/spip.php?article63

Nouveau commentaire :



Recherche



Derniers commentaires


RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile