Philarète, responsable du "patriarcat de Kiev", envoie au patriarche Cyrille ainsi qu'au CONCILE ÉPISCOPAL DE L'ÉGLISE RUSSE une lettre dans laquelle il demande d'être pardonné " pour tous les péchés qu'il a commis par la parole". Il propose de rétablir la communion eucharistique et liturgique avec le patriarcat de Moscou. Lien

В письме к патриарху Кириллу глава украинской церкви просит отменить решения, "в том числе о прещениях и отлучениях" ради мира между православными христианами и примирения между народами. Lien Пресс-секретарь УПЦ КП Евстратий Зоря был одним из трех епископов, которые доставили в Отдел внешних церковных связей Московского патриархата упомянутое прошение Филарета Денисенко. Suite

Le primat du « patriarcat de Kiev », l’ex-métropolite Philarète, a déclaré qu’il était prêt à rencontrer le patriarche de Moscou Cyrille, sans avoir pour autant l’intention de renoncer au statut autocéphale de son Église. C’est ce qu’il a affirmé sur la chaîne TV ukrainienne « 1+1 ». « Jusqu’à maintenant, il n’y a aucune proposition de rencontre. Il n’y en a pas eu. Je serais, bien sûr, d’accord ! » a-t-il déclaré à la question du correspondant de la chaîne télévisée au sujet de la possibilité d’une rencontre avec le patriarche Cyrille. Source

Maxime Nikitin/TASS

L’ancien métropolite de Kiev Philaret, qui a divisé et en 1992, a fondé le patriarcat de Kiev, a envoyé une lettre au patriarche Cyrille à la proposition de restaurer l’unité. L’église orthodoxe ukrainienne du patriarcat de Kiev n’est pas reconnue ni l’une des églises orthodoxes canoniques.
Qui est-ce Philarète (Denissenko) et qu’il a fait

En novembre 1991, le chef de l’UOC MP, le métropolite Philarète (Denissenko) a convoqué le concile des évêques, qui s’est du patriarcat de Moscou pour demander de l’ÉOU « plein canonique de l’autonomie » (l’autocéphalie).

En avril 1992, Le concile épiscopal ROC a proposé de Филарету de quitter son poste. Tout d’abord, il a accepté la proposition, mais après avoir annoncé son refus de se soumettre.

En mai 1992, la cathédrale de l’UOC MP à Kharkiv dplac Philarète le poste de primat de l’église. Dépouillé De la chaire et rejeté par le personnel à l’interdiction de servir.

En juin 1992, le concile des Évêques de ROC a décidé de « régurgiter le métropolite Philarète (Denissenko) de toutes choses la dignité, de la privant de tous les degrés de la prêtrise et de tous les droits liés à son séjour dans le clerg ».

Philarète n’a pas reconnu cette décision

Comment est apparue l’UOC-KP

Philarète a passé la cathédrale orthodoxe d’Ukraine, qui a annoncé la fusion de ses partisans avec de l’église orthodoxe autocéphale Ukrainienne dans une l’église orthodoxe Ukrainienne du patriarcat de Kiev.

Le chef de l’organisation a été déclarée situés aux etats-UNIS, patriarche de l’église orthodoxe autocéphale ukrainienne Mstislav (Skrypnik), et Philarète est devenu vice-président. Lors de cette facto la fusion ne s’est passé: en 1993, après la mort de Mstislav, la plupart des représentants de l’église orthodoxe autocéphale ukrainienne ont quitté le patriarcat de Kiev.Le 20 octobre 1995 Philarète a été élu patriarche de l’UOC-KP. Lors d’un voyage à Istanbul Philarète en vain essayé de négocier la reconnaissance de l’UOC-KP patriarcat de Constantinople. Cependant, le patriarche de Constantinople Bartholomée I (Архондонис) a déclaré officiellement qu’il ne reconnaît qu’un seul canonique du métropolite de Kiev Vladimir (Сабодана)

Comment ont réagi les autorités de l’Ukraine

Les autorités de l’Ukraine, en particulier, le président Leonid Kravtchouk, soutenu Philarète. Leonid Kravtchouk et la Présidence de la Verkhovna rada de l’Ukraine a annoncé la décision du concile Épiscopal de l’UOC MP illégales. De kiev, la police en collaboration avec les membres de la bande interdite en RUSSIE ukrainienne nationaliste de l’organisation de l’UNA-UNSEO a empêché la délégation de l’UOC MP à la résidence du métropolite. Philarète conservé le contrôle de la la cathédrale de Vladimir à Kiev, avec le support des nationalistes ukrainiens.

Comment ont réagi dans le ROC


Le 21 février 1997 proposée au concile des évêques de l’église orthodoxe Russe Philarète a été excommunié de l’église et livrée à l’anathème, car « ne prêta pas attention à qui était à lui de le visage de la Mère-l’Église de l’appel à la repentance et a continué… раскольническую activité ».

Confessionnel statistiques

Selon les données de l’UOC MP, ses paroissiens sont 35 millions de fidèles (plus de 80% de la population du pays). Au 30 novembre 2017, l’UOC MP se compose de 53 diocèses et 12 mille 69 de la paroisse. Dans le clerg de l’église de 85 évêques (52 diocésaines et 33 викарных), 12 mille 283 ecclésiastique. Sur le territoire de l’Ukraine agit 251 monastère, dans lequel l’obéissance portent 4 412 milliers de moines. L’église orthodoxe ukrainienne du patriarcat de Kiev compte 5 mille 114 paroisses, 60 monastères, 18 établissements, 1 mille 349 écoles, 3 479 milliers de clercs, 219 moines, 48 MÉDIAS.

Le harcèlement canonique de l’église orthodoxe d’Ukraine

Après le changement de pouvoir en Ukraine en février 2014, le patriarcat de Kiev passait extrêmement agressif envers les paroisses du patriarcat de Moscou, le caractère acquis de la capture de ses temples. Selon l’UOC MP, pour 2014-2016, elle a perdu 40 temples, qui sont passés sous l’autorité du patriarcat de Kiev.

À la Verkhovna rada ont été préparés en deux le projet de loi, selon laquelle l’UOC MP peut être interdite, de ses paroisses confisqués, et les activités de l’église placé sous le contrôle de l’etat.

Plus de 300 mille citoyens de l’Ukraine ont signé l’exigence de ne pas permettre la prise en Rade de ces documents. Le patriarche de Moscou et de toute la Russie Cyrille a demandé aux dirigeants des pays normande four », le secrétaire général de l’ONU, António Гутерришу et le pape Франциску à l’appel d’empêcher la discrimination orthodoxes en Ukraine.

Le 18 mai 2017, sous la pression du public est Heureux a reporté la discussion des projets de loi, mais des commentaires officiels sur le retrait des documents de la poursuite de l’examen n’a pas été suivie. Lien

1 декабря 2017 на пресс конференции лидер самопровозглашенного "Киевского патриархата" Филарет Денисенко заявил, что вместо примирения Русская православная церковь пытается вернуть УПЦ КП в Московский патриархат. Подробнее



Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 4 Décembre 2017 à 05:50 | 6 commentaires | Permalien


Commentaires

1.Posté par Amphilochios le 01/12/2017 08:26
C'est une fausse information, un "fake" immédiatement démenti par un de ses représentants officiels l'Archevêque Yevstratii de Tchernihiv et Nezhinsky.

Voir le site ci-dessous:

http://ua.interfax.com.ua/news/general/466110.html

2.Posté par Vladimir G: demande bien accueillie le 01/12/2017 10:25
demande bien accueillie

Le Concile est heureux de recevoir cet appel comme un pas en avant pour surmonter la scission et restaurer la communion ecclésiale (...)

Pour mener futures discussions avec ceux qui se séparées de la communion ecclésiale, le Concile désigne une commission de 7 personnes présidée par le métropolite de Volokolamsk Hilarion.

http://www.patriarchia.ru/db/text/5074551.html

3.Posté par patrick le 01/12/2017 15:14
Il semble que la lettre existe bel et bien, ce n'est pas un "fake", mais un premier pas de demande de pardon et de levée de sanctions, ce qui devrait permettre des discussions au sein de commissions idoines, il faut toujours se méfier des réactions primaires au sujet des communiqués de presse... Prions pour l'unité...

https://mospat.ru/fr/2017/11/30/news153600/
https://mospat.ru/fr/2017/11/30/news153579/

4.Posté par Vladimir G: imbroglio et emballement médiatique: la lettre n''est pas un faux le 01/12/2017 17:22
imbroglio et emballement médiatique: la lettre du soi-disant patriarche de Kiev n'est pas un faux?

Comme le signale Amphilochios, l'Interfax ukrainien publie une sorte de démenti du presse-secrétaire du pseudo-patriarcat de Kiev.(http://ua.interfax.com.ua/news/general/466110.html), puis la lettre elle-même est rendue publique (http://gordonua.com/ukr/news/society/-arhijepiskop-upts-kp-zorja-opublikuvav-list-patriarha-filareta-do-rpts-219870.html).

Le métropolite Hilarion de Volokolamsk, commente de son côté "les informations erronées répandues dans les médias" : « Malheureusement, l’agence «Interfax» n’a pas correctement rendu l’essence de la lettre adressée par l’ancien métropolite de Kiev et de toute l’Ukraine Philarète à Sa Sainteté le patriarche Cyrille et à l’épiscopat de l’Église orthodoxe russe.» (NR: remarquons la titulature: ni patriarche ni sanctionné, retour au statuquo ante...)

«La notion de «grâce» ne fait pas partie du vocabulaire canonique de l’Église orthodoxe et n’a pas été employée dans cette lettre, a expliqué le métropolite Hilarion. Il s’agit d’annuler « toutes les décisions, notamment les sanctions et les excommunications… au nom du rétablissement de la paix voulue par Dieu entre les chrétiens orthodoxes de même foi, et de la réconciliation des peuples. »

La lettre se termine par ces mots : «Je demande pardon de tous les péchés que j’ai commis en paroles, en actions et par tous mes sens, et je pardonne sincèrement à tous de tout cœur.»

«Ces paroles ont été perçus par les membres du Concile épiscopal comme un témoignage du désir d’entamer des négociations pour surmonter la triste séparation qui dure depuis un quart de siècle. C’est pour mener des négociations, et non pour une quelconque «grâce» que le Concile a formé une commission» a précisé le président du DREE (l’Arrêt du Concile épiscopal cité ci-dessus précise que la commission est créée pour mener des négociations avec ceux qui s’étaient séparés de la communion ecclésiastique).

«J’estime important que les personnes qui seront par la suite engagées dans ces négociations ne réagissent pas à la présentation déformée des décisions de l’Église dans les médias. La position officielle de l’Église s’exprime dans les arrêts adoptés par l’autorité ecclésiastique et rendus publics sur ses propres ressources d’information» a conclu le métropolite Hilarion.

L’ancien métropolite de Kiev et de toute l’Ukraine Philarète : « Je demande pardon de tout ce en quoi j’ai péché, en parole, en action et par tous mes sens »

Le Concile épiscopal de l’Église orthodoxe russe, qui se poursuit actuellement à Moscou, a entendu la lecture d’un appel écrit de l’ancien métropolite de Kiev et de toute l’Ukraine à Sa Sainteté le patriarche Cyrille de Moscou et de toute la Russie.

La lettre demande le rétablissement de la communion eucharistique et de prière avec les chrétiens membres du schisme ukrainien, et l’annulation « de toutes les décisions, notamment des sanctions et des excommunications… au nom du rétablissement de la paix voulue par Dieu entre les chrétiens orthodoxes de même foi, et de la réconciliation des peuples. »

La lettre s’achève sur ces mots : « Je demande pardon de tout ce en quoi j’ai péché, en parole, en action et par tous mes sens, et je pardonne sincèrement à tous de tout cœur. »
https://mospat.ru/fr/2017/11/30/news153600/
Le Concile épiscopal a reçu avec satisfaction cet appel qui constitue un pas vers la résolution du schisme et le rétablissement ecclésial, de la part de ceux qui s’étaient jadis écarté de l’unité avec l’Église orthodoxe ukrainienne canonique.


5.Posté par Mischa le 02/12/2017 09:26
Жаль! СИтуация у Филарета видимо зашла в тупик. Сам он ничего не решает им РУКОВОДЯТ его интриганы, которые после этого письма пишут о том что ждут от Константинополя скорого принятия конкретных шагов то есть автокефалии.
Вот отрывок из статьи

« ;Впрочем, долго ликовать не получилось. Ясность относительно содержания письма неканонический Киев внес в тот же день. Оказалось, что Филарет не рассчитывал своим обращением каяться или просить прощения, хотя сточка о прощении в письме имеется. Цель проста и банальна — РПЦ пора признать автокефалию УПЦ КП, дающей право собственного церковного суда. Иные условия в Киеве даже не собираются рассматривать. Выходит, сенсации нет. Филарет и ранее неоднократно заявлял о необходимости признания УПЦ независимой от Москвы. Единственное различие — подпись «ваш собрат», но если бы Филарет подписался патриархом Киевским и всея Руси-Украины, как он это обычно и делал, то Архиерейский собор даже не читал бы его письмо, а что уж тут говорить о рассмотрении на одном из самых главных событии для РПЦ.

Тем не менее, разъяснения непризнанного Киевского патриархата были проигнорированы, а новообразованная комиссия в тот же день приняла поправки в Устав РПЦ относительно соседей. Примечательно, что о расширении автономии, а тем более о независимости нет ни слова. Вместо этот Киеву урезали часть полномочий, которые он до этого момента имел. Все поправки в Устав УПЦ МП теперь вносятся только с одобрения Москвы. Аналогичное правило теперь действует и в отношение канонизации местных святых. Кроме того, в украинских храмах и церквях теперь в первую очередь производят поминовение патриарху Московскому и всея Руси Кириллу, а только потом Онуфрию.

Последним «гвоздем» в «крышку гроба независимости» стал пункт об утверждении с Собором РПЦ всех решений относительно образования или упразднения епархий, входящих в УПЦ, и определения их территориальных границ. Право на свой суд Киев все же получил, но повиноваться он будет тому же Архиерейскому собору РПЦ.

Такое жесткое решение Архиерейского собора, само собой, мягко говоря, не удовлетворило Филарета. На пятничной пресс-конференции он заявил, что идея письма исходила от самой Москвы, но передана была через митрополита зарубежной РПЦ Илариона. Иларион специально приезжал из США в Незалежную, чтобы найти точки соприкосновения между враждующим духовенством Украины и России. В итоге представители УПЦ КП дважды приезжали в Москву для обсуждения этого вопроса. Филарет признал, что примирения так и не состоялось и обвинил Москву в выдаче желаемого за действительное.

«Никакого покаяния в том, что я избрал автокефалию для УПЦ, не будет», — обрушился глава непризнанного Киевского патриархата.

Впрочем, воевать с Москвой Филарет не намерен, а ждет всеобщего прощения, после которого уже начнутся переговоры о независимости украинской церкви.

«Сколько волка не корми, все равно в лес смотрит», — прокомментировал выступление Филарета протоиерей Николай Данилевич.

Член комиссии УПЦ МП по переговорам с неканонического украинского духовенства обвинил своего оппонента во лжи, отметил, что церковное сознание Филарета омрачено мирскими мудрствованиями. «Мы были готовы, протягивали руку, пусть даже в эту руку и плюнули, но мы это сделали, как христиане. Насильно в рай не затащишь», — подытожил Николай Данилевич.

http://www.mk.ru/social/2017/12/01/rpc-ostavila-filareta-v-adu-pochemu-sorvalos-obedinenie-cerkvey.html

6.Posté par Vladimir G: Mise au point du métropolite de Volokolamsk Hilarion le 05/12/2017 19:17
BRIEFING SUR L’APPEL DE L’ANCIEN METROPOLITE DE KIEV PHILARETE

PAS DE RENCONTRE AU SOMMET "POUR L'INSTANT"

Le 1er décembre, au cours d’une pause entre les séances du Concile épiscopal de l’Eglise orthodoxe russe, le métropolite Hilarion de Volokolamsk, président du Département des relations ecclésiastiques extérieures du Patriarcat de Moscou, et l’archevêque Clément d’Irpen, président du Département synodal d’information de l’Église orthodoxe ukrainienne, ont répondu aux questions des correspondants des médias au centre de presse du Concile. La réunion était dirigée par le prêtre Alexandre Volkov, directeur du Service de presse du patriarche de Moscou et de toute la Russie.

Les représentants des médias souhaitaient notamment savoir si une rencontre était prévue entre le patriarche Cyrille de Moscou et de toute la Russie et l’ancien métropolite Philarète. « Pour l’instant, il n’y a pas de rencontre prévue, a répondu le métropolite Hilarion. Nous avons créé une commission pour mener des négociations avec la structure que dirige l’ancien métropolite de Kiev et de toute l’Ukraine Philarète. Si ces négociations réussissent, nous réfléchirons bien entendu aux étapes suivantes. »

DÉFORMATION MÉDIATIQUE ET VOLÉE DE BOIS VERT

Le correspondant de l’agence « Interfax » a demandé pourquoi le mot « grâce », que son agence avait employé pour relayer l’information sur la lettre de l’ancien métropolite Philarète de Kiev, était incorrect et ne faisait pas partie du lexique ecclésiastique. Le président du DREE a souligné : « Il faut prendre connaissance du vocabulaire officiellement employé par l’Église d’après les textes officiels qu’elle publie. Le recours à certaines nuances ou à des termes qui ne figurent pas dans ces textes pour faire sensation ou provoquer une discussion risque de nuire à ce qu’entreprend l’Église. »

« Je tiens à exprimer ma protestation à l’agence « Interfax » suite à la publication provocante sortie hier soir, qui a suscité de fortes indignations en Ukraine, car il n’est absolument pas question de grâce dans la lettre de l’ancien métropolite de Kiev, ni dans la décision de l’’Eglise orthodoxe russe. Le terme « gracier » appartient à la terminologie juridique et au vocabulaire judiciaire. Les criminels, par exemple, adressent une demande de grâce au président. Il n’y a rien de semblable ici. Il y a eu un appel à prendre des mesures pour restaurer l’unité, et une demande de pardon. C’est à cette demande qu’a réagi le Concile épiscopal. Je regrette beaucoup que l’agence « Interfax » ait informé de façon aussi peu professionnelle et aussi incorrecte du contenu de la lettre en question et de la réponse du Concile épiscopal. J’ose espérer plus de professionnalisme dans le relai de l’information à l’avenir. »

De son côté, l’archevêque Clément d’Irpen a ajouté : « La publication déjà mentionnée a suscité beaucoup de réactions, non seulement dans les médias proches du « patriarcat de Kiev », mais aussi dans la presse laïque, qui ne connaît ni ne comprend ces nuances. Nous avons donc reçu toute la soirée d’hier et jusqu’à tard dans la nuit des réactions négatives de gens impliqués dans le processus dont nous parlons aujourd’hui. Il faut absolument se rappeler que, malheureusement, la division, le schisme, qui existe aujourd’hui en Ukraine a déjà une très longue histoire : cela fait 25 ans qu’il n’y a plus d’unité, ce qui induit de l’hostilité, des accusations, des confrontations. Il faut donc vraiment trouver le moyen de passer par-dessus les accusations et les reproches, renoncer à toute rhétorique haineuse dans notre discours pour ouvrir la voie à la résolution de ce difficile problème dont souffrent, sans exagération, des millions de fidèles en Ukraine. »

RESTAURATION DE LA COMMUNION EUCHARISTIQUE ET CONFIDENTIALITÉ

Mgr Clément a aussi commenté la déclaration de représentants de la structure dirigée par l’ancien métropolite de Kiev, comme quoi il ne s’agirait pas dans la lettre d’une volonté de restaurer l’unité ecclésiale, mais d’une volonté de dialoguer sur l’autocéphalie. « Je pense qu’il faut revenir à la source, c’est-à-dire au texte qui a été transmis à l’adresse du Concile épiscopal et du patriarche de Moscou. Dans ce texte, je ne vois, pas plus, je suppose, que tous les autres, aucun mot sur l’autocéphalie. Il s’agit bien de la restauration de la communion eucharistique, c’est-à-dire de l’unité ecclésiale. C’est en ce sens qu’on peut interpréter le document qui a été reçu et étudié par le Concile épiscopal » a dit l’archipasteur.

Poursuivant sur ce thème, le métropolite Hilarion a constaté : « L’impression que j’ai retiré de mes rares entretiens avec les représentants de cette structure, est qu’il existe différents courants à l’intérieur même de ce « patriarcat de Kiev ». Il y a des gens qui soutiennent ardemment l’idée d’autocéphalie. Pour eux, il n’y a rien d’autre à discuter que la reconnaissance de l’autocéphalie. Mais il y a aussi des personnes qui sont prêtes à un dialogue plus constructif. Je pense qu’aujourd’hui, si nous créons de part et d’autre une commission pour le dialogue (pour l’instant, il n’y a pas eu de commission de nommée par l’autre partie, mais cela sera sans doute fait), celui-ci ne peut commencer que si personne ne pose aucune condition préalable. Nous devons nous écouter, vérifier nos positions et comprendre si nous pouvons avancer ou non. Dès à présent, toute discussion dans l’espace public de quelque condition préalable au dialogue peut empêcher qu’il commence. C’est ce que j’ai d’ailleurs dit aux personnes qui ont apporté la lettre de l’ancien métropolite de Kiev Philarète. »

RÉPONSE POSITIVE DU CONCILE

Les journalistes ont également demandé comment la lettre était arrivée à Moscou. Le métropolite Hilarion a précisé que la lettre avait été apportée par des envoyés de l’ancien métropolite Philarète. « Contrairement à ce qu’on affirme maintenant à Kiev, cela ne vient pas de notre initiative, mais de l’initiative de l’auteur de la lettre, a constaté Mgr Hilarion. Ils se sont adressés à nous, d’abord par leurs représentants en Amérique, ensuite directement. »

« Je les ai rencontrés. La lettre a été remise et, comme elle n’est pas seulement adressée à Sa Sainteté le patriarche Cyrille, mais à tout l’épiscopat de l’Église orthodoxe russe, elle a naturellement été lue au Concile épiscopal, a remarqué le président du DREE, soulignant qu’en réaction à ce document, le Concile épiscopal a publié un Arrêt « Sur l’appel de l’ancien métropolite de Kiev et de toute l’Ukraine Philarète », été adopté la veille au soir.

Source: https://mospat.ru/fr/2017/12/01/news153684/
Sous-titres du rédacteur

Nouveau commentaire :



Recherche





RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile