Pourquoi Vladimir Poutine ne sera pas présent à la consécration du temple principal des forces armées
Crimée, Staline et le coronavirus coincés dans la symphonie entre l'église et l'État

Milena Faustova

Le président russe Vladimir Poutine ne participera pas à la consécration de la cathédrale en l'honneur de la résurrection du Christ dans le Patriot Park près de Moscou, qui est considérée comme la principale église des forces armées russes. Cela a été rapporté à TASS par le secrétaire de presse du chef de l'Etat Dmitri Peskov. Plus tôt, le recteur de la cathédrale, Mgr Stefan (Privalov), avait déclaré à Interfax que c'était "par la décision des principaux responsables" que l'événement religieux, qui devait initialement avoir lieu la veille du jour de la victoire le 6 mai, mais a été reporté au 22 juin en raison de la pandémie, aura lieu le 14 juin.

Le 6 juin, lorsqu’on a appris que le jour de la fête de la Sainte Trinité, l'une des principales célébrations de l'église, le patriarche Cyrille n'a pas effectué de liturgie publique pour la première fois des rumeurs se sont mises à circuler.

Rappelons que la décision de construire l'église principale des Forces armées de la Fédération de Russie dans le parc militaire et patriotique Patriot avait été prise en 2018. Le 19 septembre de la même année, le patriarche Cyrille, en présence du président russe Vladimir Poutine et du ministre russe de la Défense Sergei Shoigu, a béni la première pierre du chantier de la cathédrale.

En avril, un scandale a éclaté

Lire : Un appel au Patriarche de Moscou et de toute la Russie Cyrille à propos de la présence d’une image de Joseph Staline dans l'église principale des Forces armées de la Fédération de Russie

Il est devenu connu que des panneaux de mosaïque représentant un portrait de Staline, ainsi que Vladimir Poutine, Sergey Shoigu et d'autres représentants du gouvernement russe peuvent être installés dans la cathédrale. Suite à un tollé public , les mosaïques ont été envoyées «pour conservation» à la galerie «Memory Road».

Il y a plusieurs raisons pour lesquelles Vladimir Poutine a décidé de refuser d'assister à la consécration de la cathédrale, Roman Lunkin, responsable du Centre pour l'étude de la religion et de la société de l'Institut d'Europe de l'Académie russe des sciences, a laissé entendre dans un entretien accordé à NG.

Tout d'abord, pendant la pandémie et la quarantaine, les relations entre l'église et l'État ont été profondément sapées. « Je pense que le président et les responsables gouvernementaux étaient mécontents du comportement du patriarche et du clergé pendant la pandémie.

Cependant, les représentants de l'église eux-mêmes ont également été déçus par les actions des autorités et leur manque de maturité. La situation, y compris autour de ce temple, vient de montrer que le gouvernement ne peut pas ou ne veut pas coordonner ses actions avec l'Église orthodoxe russe, qui est l'un des piliers idéologiques de l'État, et cela avait déjà été souligné par les structures laïques. Rappelons-nous que cette Pâques, lorsque les églises étaient fermées aux paroissiens, le rôle de leader idéologique et moral n'était pas assumé par le patriarche, mais par le président. Et le fait qu’actuellement il ne veut déclarer victoire sur le coronavirus main dans la main avec le patriarche Cyrille signifie une certaine distanciation dans les relations entre l'église et l'État.

La pandémie a montré que l'église est très diversifiée dans ses opinions et ses préférences politiques, et pendant la quarantaine, il est devenu clair qu'il s'agissait d'une institution en plein essor. Les autorités pourraient ne pas aimer », a déclaré Lunkin, que maintenant il ne veut pas sortir et annoncer la victoire sur le coronavirus main dans la main avec le patriarche Cyrille, au sens politique, signifie une certaine prise de distance dans les relations entre l'église et l'Etat. La pandémie a généralement montré que l'église est très diversifiée dans ses opinions et ses préférences politiques, et pendant la quarantaine, il est devenu clair qu'il s'agissait d'une institution civile en plein essor. Les autorités pourraient ne pas aimer cela », a déclaré Lunkin.

Le métropolite Hilarion contre l'image de Staline dans la principale église militaire de Russie

Une autre raison pour laquelle le chef de l'État a décidé de ne pas participer à cet événement tant attendu pourrait, selon Lunkin, être liée à l'histoire du panneau en mosaïque consacré à la "réunification sans effusion de sang de la Crimée", où est représenté Poutine. « Le désir de l'église pourrait consister à avoir un impact sur le maintien d'une position apolitique concernant le retour de la Crimée. L'Église orthodoxe russe a ignoré ce sujet dès le début, et il semble qu'avant le débat public, les autorités et les représentants des églises ont pu trouver un compromis qui conviendrait à toutes les parties sous la forme de ce panneau. Mais lorsque le scandale a éclaté, le panneau a été retiré de la cathédrale. Et le sujet de l'annexion de la Crimée est très important pour le président », a souligné l'expert.

«Un autre point, qui peut aussi être une explication probable de ce qui se passe, est que Vladimir Poutine, sensible à l'humeur de la majorité de la population essaie de se forger une image de leader national et moral, il pourrait penser que le sujet de la militarisation de l'orthodoxie qui a surgi dans le cadre de ce temple n'est plus soutenu par la majorité de la population. A l'avenir il pourrait même devenir prétexte à reproches. En effet, au cours des deux ou trois dernières décennies, de nombreux citoyens estimaient que l'orthodoxie était importante pour eux en tant que valeur sacrée. Pendant la pandémie, il est devenu clair que le culte et la communion n'étaient pas si nécessaires.

Et ce fut une grosse déception y compris pour le clergé lui-même. Les autorités ont décidé de s’engager dans la voie de la construction de leur propre religion civile, dans laquelle l'orthodoxie semble exister sous une forme ou une autre, mais la présence de l'église et des services divins n'est plus requise.

Le sens d'une telle religion civile peut être succinctement caractérisé par la phrase que Vladimir Poutine a adressé aux citoyens du pays à Pâques: «Notre peuple dit: espérez en Dieu, mais ne vous laissez pas berner. Nous le faisons. " En tout cas, l'incohérence des actions de l'église et des autorités, qui, en raison de la consécration de l'église, s'est répandue dans l'espace public, indique qu'une fissure est apparue dans la symphonie de l'église et de l'État », a conclu Lunkin. Mais la présence de l'église et du culte n'est plus requise.

Le premier vice-président du Center for Political Technologies, Alexei Makarkine, dans une interview avec NG, a noté qu'il n'y a jamais eu et ne peut jamais y avoir de symphonie entre l'église et l'État. «L'idée d'une symphonie est ce que l'église aimerait. La symphonie était à Byzance, et c'était très différent. Deux patriarches ont été destitués et les empereurs étaient hérétiques. En général, une symphonie est un idéal tel que l'église, bien sûr, le recherche, mais il est difficilement réalisable. En fait, même au XVIIe siècle, aucun État n'était prêt à accepter qu'il pouvait y avoir deux grands souverains - le tsar et le patriarche. Même le tsar Alexei Mikhailovich, qui était un croyant sincère, n'a pas pu le faire malgré ses bonnes relations avec le patriarche Nikon. Donc, l'idée d'une symphonie est bonne pour les séminaires, les discussions et les réflexions dans un cercle étroit de personnes partageant les mêmes idées, pas dans la vie politique.

La vraie politique est complètement différente », a déclaré Makarkine, ajoutant que« le patriarche Cyrille est très dépendant de l’Etat . « D'une part, dès que l'église a eu une« fenêtre d'opportunité » et qu'il est devenu clair qu'il n'y avait pas de consensus sur l'église et que la position du ministère de la Défense n'était pas partagée par tout le monde, l'église a immédiatement commencé à défendre ses positions. En revanche, avant tout ce scandale, elle s’est néanmoins compromise avec l’image de Staline.

Apparemment, l'Église orthodoxe russe est ensuite partie du fait que de bonnes relations avec le ministère de la Défense étaient nécessaires, qu'il y avait des aumôniers militaires et que l'Église souhaitait préserver et renforcer l'institution du clergé militaire, et qu’ il est donc normal que Staline soit présent en arrière-plan. Mais au final, il s'est avéré que le gouvernement n'a pas besoin de tous ces compromis », a conclu l'expert.

Почему Путина не будет на освящении главного храма Вооруженных сил Traduction pour PO

Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 12 Juin 2020 à 18:05 | 0 commentaire | Permalien


Nouveau commentaire :



Recherche



Derniers commentaires


RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile