RUSSIE : AFFLUX DE VOCATIONS DANS LES SÉMINAIRES
D'après les chiffres publiés par le Comité de l'enseignement de l'Église russe, le nombre d'inscrits aux cours préparatoires à l'enseignement supérieur religieux a augmenté de 25% et celui des reçus en première année a augmenté de 20% par rapport à l'année dernière.

VOCATION OU CARRIÈRE?

"Il y a un appel d'air, explique l'archiprêtre Alexandre Iliachenko, ex-directeur du site «Pravoslavie i mir». *Dans nombre d'églises, la moitié des paroissiens ont moins de vingt ans et veulent servir Dieu et leurs prochains." Mais le professeur de philosophie de l'université d'Oulianovsk et expert en religion Serge Petrov**, pense qu'il n'y a pas que la vocation qui explique le phénomène. "Beaucoup de jeunes gens y voient une bonne opportunité de carrière, la sécurité de l'emploi...

RUSSIE : AFFLUX DE VOCATIONS DANS LES SÉMINAIRES
On remarque que nombre d'ecclésiastiques ont des montres de prix, des Mercedes, des maisons de deux ou trois étages... Et en plus, continu l'expert, les candidats n'ont pas à passer d'examen en math et physique et, après les études, on peut être nommé dans une paroisse à l'étranger…" (NDR: les paroisses vivent des dons et payements de services liturgiques des fidèles et les prêtres font partie de leurs salariés.

La rémunération des prêtres dépend donc essentiellement des revenus des paroisses et varie beaucoup: leur salaire mensuel moyen serait de 57.000 RUR/800€***, soit 33% de plus que le salaire moyen russe qui s'élève à 42 600 RUR/600€****, mais ils peuvent aussi bénéficier d'avantages en nature, logement, voire voiture "de fonction"…)

PROFILS SURPRENANTS

Un candidat malheureux au fameux Séminaire Théologique de Moscou ****, a fait part de sa surprise devant les allures de certains candidats: "plusieurs garçons avaient un type franchement "racaille," avec jeans déchirés et chaines massives"

Par V. Golovanow
D'après URA:
Российская молодежь борется, чтобы попасть в священники. Почему?


RUSSIE : AFFLUX DE VOCATIONS DANS LES SÉMINAIRES
* https://www.egliserusse.eu/blogdiscussion/Deces-d-Anatole-Danilov-principal-fondateur-du-site-Pravoslavie-i-Mir_a3289.html
** http://regcomment.ru/experts/petrov-sergey/
*** http://700deneg.ru/skolko-zarabatyivaet-svyashhennik.html#i-4
**** https://ru.wikipedia.org/wiki/%D0%9C%D0%BE%D1%81%D0%BA%D0%BE%D0%B2%D1%81%D0%BA%D0%B0%D1%8F_%D0%B4%D1%83%D1%85%D0%BE%D0%B2%D0%BD%D0%B0%D1%8F_%D1%81%D0%B5%D0%BC%D0%B8%D0%BD%D0%B0%D1%80%D0%B8%D1%8F

Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 9 Août 2019 à 13:02 | 2 commentaires | Permalien


Commentaires

1.Posté par Tchetnik le 09/08/2019 15:18
On comprends très vite pourquoi tant de petits jeunes qui ne savent pas faire preuve de travail ni de responsabilité, choisissent la carrière présentée par le séminaire, se coulent très bien dans le moule du système et font ensuite très docilement ce que certains « caïds » de paroisses désirent.

Ne devraient être admis au séminaire que des hommes ayant montré leur valeur, leur fidélité, ayant déjà montré qu'ils sont assez matures et dignes pour prendre en charge une famille, une vraie vie professionnelle ou alors une véritable obéissance monastique, avec le travail et le courage que cela demande.

2.Posté par père Joachim le 12/08/2019 12:48
Merci PO. de nous faire part de cette info. Elle complète très positivement les échos peux nombreux qui nous parviennent du grand espace russe, auquel nous tenons, et qui dépasse les centres décisionnaires riches mais très limités.
Quel désarrois nous ressentons en France, par la fermeture des séminaires, la mise en congés du corps enseignant, le recul de la réflexion théologique et l’hécatombe du chiffre des vocations tant ecclésiastiques que religieuses.
N'essayez pas d'aller consulter "les courbes"vous en ressortiriez malades.

A la veille de la chute de Ceausescu, le Père Ion .Brilla nous disait, qu'en Roumanie, il y avait 7 candidats pour un poste sacerdotal à pourvoir.
On doit donc se réjouir du même phénomène en Russie.
S'ils le souhaitent ? Bienvenue, ici, à ces candidats.
Ils pourront compléter le clergé africain et asiatique, déjà bien présent

A toutes fins utiles, je rappelle la proposition de prière, que nous fait Saint ARSÈNE, le Cappadocien, à partir de la récitation du PSAUME 98, en faveur des jeunes gens qui veulent se consacrer au service ecclésial: "Intercédons pour que le Seigneur bénisse et comble de Grâce, les jeunes gens et jeunes filles, qui veulent se consacrer à Dieu"

Heureuse église qui bénéficie de la venue de l'Esprit Saint sur de simples pêcheurs (même pourvus de Rolex) pour en faire en temps voulus, des Pêcheurs d'Êtres Humains !

Bon 15 août !

3.Posté par Vladimir G: et les femmes? le 13/08/2019 10:51
Dans une interview récente à la télévision, le métropolite de Volokolamsk Hilarion parle du rôle des femmes dans l'Église:

"Les femmes jouent un rôle considérable dans l'Église orthodoxe russe. Elles peuvent être prieure d'un couvent, et la prieure ne dirige pas seulement les nones, mais aussi les prêtres desservant la communauté. Une femme peut être chef de chœur à l'église, et la plupart de nos ensembles choraux ne sont effectivement pas dirigés par des hommes, mais par des femmes. Une femme peut enseigner dans un établissement d'enseignement religieux, elle peut être aspirant ou docteur en théologie. C'est dire que à l'Église ouvre pratiquement toutes les possibilités aux femmes, à l'exception du sacerdoce, et ceci s'explique par le fait que Jésus-Christ a élu comme apôtres uniquement des hommes et l'ordination est arrivée aux évêques de nos jours par la succession directe des apôtres, sans que les femmes ne participent jamais à ce système.

Nous disons toujours que le service des évêques et des prêtres est un service de paternité. Dans la famille il y a un père, une mère et des enfants, et le fait que par le père ne peut être qu'un homme, n'est pas une discrimination de la femme, car la mère ne peut être qu'une femme. Certes, dans la société occidentale littéraliste il y a maintenant des modèles différents : il y a des pesudo-familles unisexuelles, certains refusent toute mention du père et de la mère en les qualifiant de parent №1 ou parent №2 etc. Mais nous et vous, je pense, nous ne pouvons pas accepter cela.

À l'Église il y a un service de paternité spirituelle, mais il y a aussi un service de maternité spirituelle, qui s'exprime, en particulier, par le fait que la prieure d'un couvent féminin ne peut être qu'une femme.

http://www.patriarchia.ru/db/text/5470520.html

Nouveau commentaire :



Recherche



Derniers commentaires


RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile