À la question:

L'unité de l'Église orthodoxe est-elle, pour vous, suffisamment visible et clairement affirmée aujourd'hui?

nos lecteurs ont répondu:


Oui, sans aucun doute. 7.18%

Non, l'Église orthodoxe a du mal à manifester son unité. 37.44%

Non, l'unité est cachée par un autocéphalisme exacerbé. 42.56%

Pas du tout. 12.82%



195 Votant(s)

Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 23 Février 2015 à 17:04 | 2 commentaires | Permalien


Commentaires

1.Posté par Nikolas le 23/02/2015 18:02
Dommage qu'il y ait eu trois possibilité de répondre Non et seulement une pour Oui.

2.Posté par Vladimir.G.: Père Justin Popovich: Le but de l''''Église est supranational, œcuménique pan-humain le 25/02/2015 11:39
D'accord avec Nikolas. La différence entre les trois options du non n'est pas facile à percevoir.

Notons d'abord que prés de 93% considèrent que l'unité de l'Orthodoxie est insuffisamment visible, ce qui est beaucoup, même s'ils ne sont que 1/7 (12,82%) à considérer qu'elle ne se voit pas du tout. Ceux-là me semblent avoir une bien mauvaise vue ou avoir mal compris la question, car les manifestation d'unité crèvent les yeux ces derniers temps, de la synaxe des primats à la préparation du Concile panorthodoxe en passant par les Assemblées épiscopales locales ...

La majorité considère donc qu'il y a bien un problème de visibilité, d'affichage de l'unité et le plus grand nombre (pratiquement 1/2 de ceux qui pensent qu'il y un problème) l'attribuent à "un autocéphalisme exacerbé" alors que les autres en cherchent ailleurs les raison.

L'explication qui recueille ainsi l'adhésion de cette majorité relative est intéressante d'un point de vue ecclésiologique: les autocèphalies existent depuis les premiers siècles (Arménie, Géorgie, Chypre, Justiniana Prima, archevêché de Ravenne...) mais se sont multipliées à partir du milieu du XIXe siècle, avec la montée des nationalisme, et le mouvement ne semble pas devoir s'arrêter eu égard aux nombreuses revendications d'Églises "nationales". Pour aller plus loin, je renvois le lecteur à l'article très documenté du père Jivko Panev, "Quelques remarques sur l'autocéphalie" (*), dont je cite la conclusion:

«L'Église est éternité divino-humaine, faite chair dans les limites du temps et de l'espace. Elle se trouve dans ce monde, mais elle n'est pas de ce monde (Jn 18. 36). Elle se trouve dans ce monde pour élever ce monde jusqu'en haut, d'où d'ailleurs elle vient elle-même. L'Église est œcuménique, catholique, divino-humaine, éternelle, et c'est donc un blasphème inexcusable contre le Christ et contre le Saint-Esprit que de faire de l'Église une institution nationale et de la rétrécir aux petites vues et aux petites méthodes nationales, limitées et passagères ... Le temps s'accomplit, et c'est la douzième heure, où nos représentants ecclésiastiques doivent cesser d'être exclusivement des serviteurs du nationalisme, pour devenir prêtres et grands-prêtres (évêques) de l'Église une, sainte, catholique et apostolique. Le but de l'Église est supranational, œcuménique pan-humain ; unifiés en Christ tous les hommes sans exclusive de nation, de race, ni de classe sociale, - il n'y a ni Juif ni Grec, il n'y a ni esclaves ni hommes libres, il n'y a ni homme ni femme -, sont un dans le Christ Jésus (Gal. 3. 28), car Christ est tout en tous (Col. 3. 11) » (In. Père Justin Popovich: "L'homme et le Dieu-homme", éd. L'Âge d'Homme, Lausanne 1989, p. 70-71. )

(*) http://christophe.levalois.free.fr/fichier/autocephalie.pdf

Nouveau commentaire :