Si l’un de vos enfants majeurs vous annonçait sa décision de se retirer sous peu dans un monastère…

Vous seriez heureux de savoir qu’il a trouvé sa véritable vocation. 32.57%

Vous tenteriez de le raisonner et de le persuader de se donner plus de temps de réflexion. 19.86%

Vous feriez de votre mieux pour l’empêcher de mettre en œuvre son projet. 47.57%

700 Votant(s)

Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 1 Septembre 2014 à 22:59 | 6 commentaires | Permalien


Commentaires

1.Posté par Vladimir.G: sondage mal posé le 02/09/2014 14:54
Il n'y avait pas de réponse pour moi: je ne ferais rien pour l'en empêcher ni le raisonner, mais je ne serais pas heureux... de ne pas avoir de petits enfants!

Par contre, si cela arrivait après qu'il ait vécu, disons vers 40-50 ans, là la réponse 1 serait valable.

2.Posté par Tchetnik le 02/09/2014 17:55
Des positions hélas un peu trop tranchées, d'un côté comme de l'autre.

Le monachisme n'est pas une prison ni un camp militaire (encore qu cela dépend des endroits, mais en général, les moines qui l'ont accepté y sont parfaitement heureux). Les visages qu'il offre sont diverses et variés et tous peuvent y trouver leur place, si elle y existe.

Ce n'est pas non plus un milieu idéal en pratique, mais une communauté de vie avec ses êtres humains, ses qualités, ses défauts, ses occasions de sanctification, mais aussi de tentations, des communautés qui marchent sur un chemin sur lequel elles ont travail et repentir à effectuer.

Mais combien de personnes qui sont confrontés à cette question connaissent en réalité le monachisme...


3.Posté par Nicodème le 03/09/2014 14:20
Là , je vais me faire incendier , mais après y avoir longtemps réfléchi , je considère que le monachisme , né au IViè-me siècle , après la fin des persécutions sanglantes , fut comme le naziréat juif , une folie , que Dieu n'a jamais demandée . Encore que le naziréat soit pour un temps . Tout comme le monachisme bouddhiste . Ils disent qu'il s'agit d'"anticiper" le Royaume . Mais cela est d'un orgueil fou . Il faut avoir "vécu" avant . Il est navrant de voir des jeunes filles encore naïves se précipiter à 18 ans dans une prison psychologique , alors qu'elles auraient pu être heureuses en fondant une famille avec un garçon qui les auraient aimées . Elles se disent "épouses du Christ" . Cela montre bien le transfert affectif et psychologique totalement pervers qu'on aura réussi à implanter ds leurs pauvres cervelles .

4.Posté par Tchetnik le 03/09/2014 19:26
Disons qu'il ne s,agit pas d'un mode de vie obligatoire et il peut effectivement y avoir pas mal de présomption à le présenter comme un idéal indépassable et à l'exclusion de toute autre vie.

On ne se sanctifie pas que dans le monachisme, mais aussi dans la vie maritale, comme le monachisme n'est pas une voie pour tous, certains peuvent s'y damner alors qu leur place et leur possibilité de sanctification sont dans le monde.

Cependant, par sa volonté d'absolu et d,absence de compromis, le monachisme a suscité bien des témoignages de foi, de recherche et de découverte spirituelle qui ont embelli la vie de tous les croyants ensuite. De même les fruits spirituels de hommes du monde peuvent-ils aussi profiter aux moines, les édifier et les aider dans leur propre cheminement. Mais bien des fruits de révélation spirituelle, de perception intellectuelle de la réalité de Dieu, de dogmes, d'enseignements, de culture et d'art aussi, accessoirement, viennent de ce mode d vie et de son exigence d'absolu, de "pressis de l'Évangile" comme le disait Bossuet. Pour cela l'Église le tient en haute estime et le considère comme un trésor spirituel.

Bien des Prophètes ont vécu dans le désert, le Christ s'y était retiré aussi, et l'Église, dès les premiers temps, a cautionné ce mode de vie comme spirituellement positif pour toute l'Église pour peu qu'il soit vécu avec sérieux par des gens qui y soient à leur place.

Après, le monastère n'est pas une prison, même psychologique, m^me si, bien sûr, certains abbés ont toujours tendance à outrepasser leur pouvoir et à tonsurer trop vite certaines personnes. Mais pour éviter les erreurs de vocations, le noviciat est fait, justement. Et jeune homme ou jeune fille peuvent toujours essayer (c'est le sens grec du mot novice d'ailleurs) mais sans prendre de décision encore définitive, comme les fiançailles avant le mariage.

Pour cela, il ne faut pas rejeter l'option monastère pour ses rejetons, mais en effet les inciter à ne pas précipiter les choses et ne pas prendre de décision trop irréfléchie. Toute personne a recu de Dieu intelligence et discernement et il n'est jamais interdit de les utiliser.

Pr contre, Nicodème, vous ne devriez pas trop vous inquiéter de la destiné maritale et amoureuse de ces jeunes filles vu que certains monastères mixtes donnent d'excellents résultats avec d très heureuses unions, bien que ce ne fut pas l'effet voulu au départ :-))

5.Posté par Daniel le 03/09/2014 22:12
Les monastères mixtes sont absolument anticanoniques et en outre favorisent les scandales, les ragots et les tentations... Trouver un conjoint orthodoxe sérieux affectivement et religieusement n'est pas non plus aisé, il ne faut pas idéaliser la relation maritale dans le monde orthodoxe: plus de la moitié des naissances en Bulgarie ont lieu hors mariage, la fornication est très répandue dans le monde soi-disant orthodoxe, le divorce aussi et il y a des orthodoxes qui commettent l'adultère... Donc le coup du conjoint orthodoxe aimant facilement trouvable, et au passage pieux ou pieuse, c'est illusoire. En plus s'il doit être beau...

6.Posté par Nicodème le 03/09/2014 23:52
Mais je n'idéalisais rien du tout , ni ds le monde ortho ni ailleurs . Je parlais d'une façon générale, à propos du monachisme , lequel est né ds un monde où l'Eglise était indivise , càd orthodoxe ds sa foi et destinée à tous , dans son essence , '"catholique" , quoi !) . Le monachisme serait acceptable s'il était pour un temps . Car il ne faut jamais dire "jamais" ni "toujours" ! Là aussi , ce serait faire preuve d'un orgueil insensé .

Maintenant , le tableau que vous faites , cher Daniel , est valable aussi pour l'"occident" . C'est la conséquence d'une sécularisation généralisée , elle-même résultat de nombreux facteurs . Et on n'en sortira que par la réunion des églises et l'évangélisation des peuples . Le tableau qui a été fait ici de la réalité "orthodoxe" montre assez que l'évangélisation en est dramatiquement absente . Les gens adhèrent à une "religion" , pour une question de rites , d'habitudes , et , je dirais , avant tout d'identité , mais ignorent tout du cœur de la foi à laquelle ils croient adhérer , et n'adhèrent pas du tout . Ils n'adhèrent qu'à des superstitions .. Aussi, bien ds le monde kto que ds le monde ortho . Poussé à l'extrême , cela donne des guerres . On l'a vu chez nous au XVI ième siècle , on le voit aujourd'hui en Ukraine , où la nazification de la société n'est pas le seul facteur de la déchirure .

7.Posté par Tchetnik le 04/09/2014 09:19

@Daniel

J'avais bien compris que vous voyez le danger et les défauts de communautés monastiques, au demeurant réels, mais ne constituant pas non plus toute la nature du monachisme.

Après, on dit "pour toujours" aussi pour le mariage. Ce n'est pas une question d'orgueil mais d'engagement, de fidélité, d'honneur, de don de soi, dans un cas comme dans l'autre. Il st vrai que l'engagement en question peut se faire parfois hélas trop vite et dans la mauvaise direction, d'où l'importance de ne pas tonsurer trop vit pour les moines et la retenue, la pudeur, la lucidité et la chasteté des fiançailles.

Si orgueil il y a (et il peut effectivement y avoir) c'est dans la présomption, le fait de trop présumer de ses propres forces et de croire que tout mode de vie, monastique en particulier, sera la solution-miracle à nos tentations, tourments et travaux à réaliser. Et en effet, cela existe.

8.Posté par Clovis le 04/09/2014 11:24
Tchetnik a raison, l'engagement est une notion fondamentale. La sincérité quant à elle peut se trouver variable.
Après l'on peut regretter que le monastère soit une sorte de fuite en avant pour quitter une vie dans le monde non aboutie, ou jugée comme telle, déception amoureuse, remise en question, etc... C'est au père abbé de savoir et de percer le secret des motivations.
Parfois il vaut mieux se montrer patient et se sanctifier dans le mariage comme le dit fort justement Tchetnik. Mais il a biens des gens qui sont faits pour la vie monastique et qui s'y épanouissent, même su ce doit être parfois un sacré panier de crabes...
Le reste n'est qu'humain avec tout ce que cela peut comporter d'erreur, d'orgueil, et d'insouciance.
Un continent comme l'Europe doit une grande part de sa culture et de son paysage aux moines qui ont défriché, construit, aménagé, cultivé le territoire etc.
Les moines sont dans le monde plus que nous pouvons le soupçonner, et c'est pourquoi ils ont été et sont encore tant persécutés, combien de monastères rasés à Paris et en Russie ?

Nouveau commentaire :