Pensez-vous que le déménagement de l'Institut Saint-Serge soit une bonne idée?

Oui 47.15%

Non 39.56%

Cela m'est égal 13.29%

316 votants

Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 3 Juillet 2017 à 09:13 | 20 commentaires | Permalien


Commentaires

1.Posté par Кирилл Петрович Семенов-Тян-Шанский le 03/07/2017 18:35
Les résultats de votre sondage laissent pantois, alors que chacun sait que le prestigieux Institut Saint-Serge est spirituellement et historiquement lié à la Colline Saint-Serge, que chacun a pu admirer le charme des lieux et la beauté incomparable de l'église et de ses peintures de 1925-1927 par Stelletsky.

Et du jour au lendemain, 47 % des sondés, représentant le plus fort pourcentage, souhaiteraient le déracinement de l'Institut Saint-Serge !

La mission historique et le caractère monastique et académique de l'Institut est désormais clôt. Son nouveau président a décidé de déménager l'Institut de Théologie Orthodoxe Saint-Serge à l'Institut de Théologie Protestante de Paris boulevard Arago, où les étudiants n'auront donc plus la possibilité d'assister aux offices, alors que les académies de théologie et les séminaires ont toujours été établis auprès d'évêchés ou de monastères, et ce depuis le Métropolite Piotr Moguila.

Enfin, et ce fait n'est jamais relevé nulle part, le Site officiel de Saint-Serge laisse la case vide à l'endroit du nom du recteur. Pourquoi oublier ainsi de mentionner que le recteur est, de jure, l'archevêque des églises orthodoxes russes en Europe Occidentale ? Pourquoi ?

Ainsi privé d'église, détaché des liens organiques avec l'Archevêque, et installé dans une institution protestante, Saint-Serge deviendra de facto une section protestante d'enseignement sur la foi de l'Eglise Orthodoxe, de même qu'il existe depuis longtemps le "Russicum" auprès du Vatican, et le Centre Istina des pères dominicains à Paris. Ce sont certes, d'éminents centres d'étude sur l'Eglise orthodoxes, mais non orthodoxes.

En brisant ainsi ses liens spirituels avec l'Eglise Orthodoxe Russe, le néo-Institut Saint-Serge se trouve ainsi au diapason de l'Archevêché, qui refuse obstinément de retourner d'où il vient, de reprendre le feu sacré avec son Eglise-mère, avec le Patriarcat de Moscou. Car il n'y a pas, contrairement à l'Eglise catholique ou aux églises protestantes, d'Eglise Orthodoxe sans Eglise locale. L'Orthodoxie sans Eglise n'est qu'une abstraction occidentalisante, transnationale, désincarnée. L'Orthodoxie sans Eglise est le projet rêvé de la Fraternité Orthodoxe, dont bon nombre de membres du Conseil de l'Archevêché et de professeurs à Saint-Serge en sont les promoteurs. Or, le principe ecclésiologique de l''organisation en Eglises locales reflète à lui seul que l'Orthodoxie sans enracinement, mais plus encore, sans incarnation dans un peuple, une géographie et une Histoire, n'existe pas dans la foi orthodoxe, qui est à l'image du Dieu-Homme, incarné dans un Peuple et une Histoire. Seule cette incarnation peut la rendre universelle, et non pas un trans-nationalisme décidé au-dessus des hommes aux mains d'un super-clergé omnipotent et universaliste.

Avec le transfert de l'Insitut Saint-Serge au coeur des Eglises protestantes, privé d'église, rompant ses liens avec l'Archevêché, sonne le glas de l'essence russe de cette prestigieuse institution russe orthodoxe, et indique un alignement avec l'internationalisme hors-sol des Eglises catholique et protestantes.

2.Posté par père Joachim le 04/07/2017 10:43
Vous dites "Saint-Serge deviendra de facto une section protestante d'enseignement sur la foi de l'Eglise Orthodoxe".

A présent, les émigres de la colline, ne peuvent plus prétendre à l'aura du savoir théologique des pères fondateurs.

Bien que les règles de la laïcité leurs permettent d'accomplir leur vocation "nouvelle" selon le penchant de leur âme et conscience, ils ne peuvent prétendre à la moindre légitimité successorale.
Et on peut se demander si une autorité ecclésiale orthodoxe pourra offrir à cette aventure, son concours au point de confier à ces gens de nouveaux étudiants ?

Qu'il soit limpide, jamais ne sera lié à l"aventure d'Arago" le diplôme académique octroyé par l'Institut et qui pouvait être reçu après examens et contrôle des connaissances, par les facultés du monde entier.

A présent, il en va de la Coline Saint Serge et de son Institut prestigieux, comme de Halkis, ce sont des lieux prestigieux voués au silence académique et en attente d'une reprise d'activité.

Quand à l'hospitalité de l’Église Réformée. MERCI pour le geste humanitaire en faveur "de l'enfant mineur"de la Parabole !
Elle ne peut qu'être saluée avec respect. Elle n'est d'ailleurs pas sans rappeler les contributions "faramineuses" versées pendant des décennies par le COE pour la vie de l'Institut.

En résumé tragique: il est bien évident qu'en laissant mêler dans de "vielles outres"remplit de vin aigri, des passions nouvelles, les mauvais sommeliers que nous sommes, ne peuvent obtenir qu'un breuvage détestable, qu'ils nous faut à présent consommer !

3.Posté par Tchetnik le 05/07/2017 11:40
Un siècle de présence en France et l'Eglise orthodoxe doit encore y vivre de perfusions extérieures, tant en immigrés qu'en lieux de cultes et en subsides...

Il n'y a pas à dire, l'Eglise est entre de bonnes mains...

N'importe quelle entreprise privée aurait déjà déposé le bilan et ses chefs inculpés.

4.Posté par Clovis le 05/07/2017 17:13
Je contresigne ! Malheureusement.
Mis à part les déficiences internet à l'orthodoxie, il faut dire que le dialogue religieux et l'écuménisme n peuvent donner de fruits.
Le statu quo et les politesses ne font guère avancer l'évangile, et la Vérité est coincée par le consensus mou et l'hypocrisie.

Imaginons Saint Paul essayant de mettre tout le monde d'accord à Athènes pour ne froisser personne.

Il est grand temps de remettre sur le tapis la question des prébendes des églises extra-nationales (peu ou prou ethnicistes) pour pouvoir semer la graine de l'orthodoxie en terre hétérodoxe.

On vante l'orthodoxie et ses multiples traditions et on empêche pourtant aux autres de voler sous leurs propres ailes, jusqu'à l'excommunication et l'anathème.
L'orthodoxie c'est l’Église du Christ pas seulement le troupeau d'untel.

Voir se jouer en Europe la gue-guerre des juridictions est un pitoyable spectacle.

5.Posté par Clovis le 05/07/2017 17:20
Le cas de Saint Serge est à part cela dit.
D'une part nous avons un corps professoral solidaire de Colossimo et de facto contre l'archevêque dont il nient le rectorat.
Il y avait deux solutions, soit l'archevêque sanctionnait le corps professoral dans cet entreprise, (Mgr Gabriel en a anathématisé pour moins que cela), soit on laisse faire et on perd toute crédibilité.

On sait quelle option a été choisie.
C'est malheureux mais c'est latent, à quoi peut-on prétendre lorsque l'on est de mauvaise volonté ?
Il faut avoir vu l'état de la colline Saint Serge et des bâtiments pour voir que l'incurie ne date pas d'hier.
Certes, il faut reconnaître qu'il y a eu quelques tentatives avec Mgr Job, mais mal lui en prit.
C'est d'une tristesse.

6.Posté par Daniel le 06/07/2017 09:54
Il s'agit d'un simple déplacement pour des raisons de rénovation des lieux qui menacent de s'effondrer. Il n'y a pas de quoi en faire un plat.

7.Posté par Clovis le 06/07/2017 15:50
Non justement, il s'agit d'une question plus profonde, pastorale même. L'institut semble vouloir voler de ses propres ailes et ce hors de toute juridiction épiscopale.

8.Posté par Кирилл Петрович Семенов-Тян-Шанский le 06/07/2017 16:44
Si c'était un simple déplacement pour raisons pratiques, alors l'Institut n'aurait pas eu besoin d'accuser l'Archevêché de les mettre en faillite, la bibliothèque Saint-Serge suivrait l'Institut, et les nouveaux lieux d'accueil provisoire seraient munis d'une chapelle orthodoxe. Il n'y aurait pas eu nécessité non plus à radier l'Archiprêtre Nicolas Ozoline de toute fonction d'enseignement ni de l'expulser dans des conditions chrétiennement indignes de son logement de fonction.
Pour rappel :
http://orthodoxie.com/communique-de-linstitut-de-theologie-orthodoxe-saint-serge-suite-a-lassemblee-generale-qui-sest-tenue-le-22-juin/

9.Posté par Tchetnik le 06/07/2017 19:42
L'institut Saint Serge est mort depuis plus de 20 ans.

Ils viennent juste de retrouver le corps, simplement.

Il était un de ces sarments de vigne devenu sec et stérile que le Christ nous recommande de brûler. pas de continuer à arroser. Sa disparition ne va émouvoir personne ni changer la vie de qui que ce soit. Pas même dans une église orthodoxe si habituée à produire ce genre de sarment en Occident.

So long, and no regret.

10.Posté par Théophile le 07/07/2017 10:00
@ Tchetnik
Non, l'Institut Saint-Serge n'est pas encore mort. Il produit toujours de beaux fruits, moins nombreux, même si son rayonnement a sacrément diminué, faute de soutien financier et pastoral digne de ce nom. En Russie l'Institut jouit toujours d'une bonne réputation, en Roumanie aussi.
Les sarments secs? Ils sont nombreux en Occident, certes. Mais le Christ ne nous recommande pas à nous de les brûler, car c'est une prérogative divine - c'est Lui qui émonde et nettoie sa Vigne, non pas nous-mêmes. Attendons la fin de l'histoire.
Donc, oui, la situation est grave, mais jusqu'à présent, l'Institut a toujours survécu malgré les turbulences. A mon avis, il survivra encore.

11.Posté par N.B. le 07/07/2017 11:59
Théophile
"En Russie l'Institut jouit toujours d'une bonne réputation, en Roumanie aussi"
La queue d'une comète est composée d'une queue de gaz ionisé et d'une queue de poussières. Sa visibilité est plus qu'éphémère....

12.Posté par Tchetnik le 07/07/2017 13:43
Théophile

On se demande bien où Jésus-Christ aurait demandé aux Hommes de ne pas faire le ménage eux-mêmes...Dieu n'a jamais été exclusif quant au choix de Ses instruments et l'Homme est doté d'une certaine volonté et capacité d'action. Ce qui demande à être exercé avec responsabilité, surtout de la part d'hommes ayant reçu une responsabilité pastorale. "Qui vous écoute m'écoute"...
J'espère d'ailleurs que vous dites la même chose aux évêques qui anathématisent comme on tire une balle dans la nuque...

On se demande aussi où donc auriez-vous vu que Saint Serge aurait une "bonne réputation" en Russie...?

13.Posté par Théophile le 07/07/2017 14:22
Pour comprendre, ce qui se passe, il faut comparer les vocations institutionnelles des centres orthodoxes:

Séminaire orthodoxe russe:
"Le séminaire orthodoxe Sainte-Geneviève est le premier et, à ce jour, l'unique établissement de formation des membres du clergé de l’Église orthodoxe russe en Europe occidentale. Son objectif est d'aider le patriarcat de Moscou à se doter de pasteurs polyglottes, ouverts, connaissant leur propre tradition et l’héritage des chrétiens d’Occident, capables de mener un dialogue de confiance avec les autres Églises et de s’engager dans la réflexion sociale entreprise par l’Église orthodoxe depuis plusieurs années."

Centre orthodoxe du Patriarcat oecuménique (Chambésy):
"Le Centre Orthodoxe du Patriarcat Œcuménique est une présence dynamique au cœur de l’Europe. Le Patriarche Athénagoras 1er, d’heureuse mémoire, et le Saint-Synode ont décidé sa création pour que, par le culte, la théologie et son activité œcuménique, le Centre manifeste l’esprit et le sentiment du Siège œcuménique. Les bâtiments administratifs et la splendide église, dédiée au saint et glorieux Paul l’Apôtre des Nations, se trouvent à Chambésy près de Genève, dans un site d’une magnifique beauté naturelle. La douceur du paysage helvétique, la diversité et la richesse de la forêt, l’azur du lac genevois se prêtent admirablement à la méditation, la prière, l’étude, au débat théologique et à la discussion sereine sur des questions préoccupant l’orthodoxie et la chrétienté universelle."

Institut Saint-Serge:
"Ayant à l'esprit la collaboration et l'unité des églises orthodoxes autocéphales dans le monde ainsi que l'unité des orthodoxes en France et en Europe occidentale, prenant à cœur le dialogue œcuménique et inter-religieux, soucieux de témoigner du christianisme dans la société contemporaine, l'Institut accomplit sa vocation en proposant les programmes et activités suivants : ..."

En gros, l'Institut Saint-Serge n'est visiblement pas assez aligné avec Constantinople et le Patriarcat de Moscou joue sa propre partition, car il en a les moyens financiers. Et personne ne veut visiblement de la libre unité entre orthodoxes qui est au coeur du projet de Saint-Serge depuis toujours. Chacun veut former ses pasteurs comme il l'entend, pour ses objectifs propres (de politique étrangère et de prestige).
Et c'est bien dommage pour l'Orthodoxie en Occident, qui est condamnée à végéter, comme végète Saint-Serge.

14.Posté par Théophile le 07/07/2017 15:04
@ Tchetnik
« Il leur proposa une autre parabole, et il dit : Le royaume des cieux est semblable à un homme qui a semé une bonne semence dans son champ. Mais, pendant que les gens dormaient, son ennemi vint, sema de l'ivraie parmi le blé, et s'en alla. Lorsque l'herbe eut poussé et donné du fruit, l'ivraie parut aussi. Les serviteurs du maître de la maison vinrent lui dire : Seigneur, n'as-tu pas semé une bonne semence dans ton champ ? D'où vient donc qu'il y a de l'ivraie ? Il leur répondit : C'est un ennemi qui a fait cela. Et les serviteurs lui dirent : Veux-tu que nous allions l'arracher ? Non, dit-il, de peur qu'en arrachant l'ivraie, vous ne déraciniez en même temps le blé. Laissez croître ensemble l'un et l'autre jusqu'à la moisson, et, à l'époque de la moisson, je dirai aux moissonneurs : Arrachez d'abord l'ivraie, et liez-la en gerbes pour la brûler, mais amassez le blé dans mon grenier. »
Ce n'est qu'à la fin que l'ivraie sera arrachée, lorsque le Seigneur en aura donné ordre à ses anges. Ne soyons pas impatients à vouloir nous faire justice nous-mêmes. De nombreuses paraboles évangéliques vont dans ce sens.
Quant à la réputation, c'est une valeur subjective, mais beaucoup de Russes sont attachés à l'ITO, à ce que j'ai pu constater. Par ailleurs l'ITO vit en grande partie grâce aux étudiants russophones qui la fréquentent.

15.Posté par Tchetnik le 07/07/2017 17:58
Théophile

Je crains que vous ne fassiez un contresens sur le sens de cette parabole. Car si vous la lisez bien, il n'interdit pas aux moissonneurs d'enlever l'ivraie mais simplement de le faire avec discernement et prudence.

Par ailleurs, il est aussi écrit Jean 20, 21 Il leur dit alors, de nouveau: "Paix à vous! Comme le Père m'a envoyé, moi aussi je vous envoie." 22 Ayant dit cela, il souffla sur eux et leur dit: "Recevez l'Esprit Saint. 23 Ceux à qui vous remettrez les péchés, ils leur seront remis; ceux à qui vous les retiendrez, ils leur seront retenus."
Cela montre bien que Jésus Christ remet bien aux Apôtres – et donc à leurs descendants, qui ont une charge, une légitimité et une responsabilité pastorales, certains pouvoirs de décision, de rédimation, de réparation, de correction, mais aussi de fermeté et de coercition. Comme un berger, un pasteur, un enseignant en a sur ses brebis ou sur ses élèves. De même chaque Homme, Femme de par son image divine, est détenteur d’une capacité d’action, de décision, une certaine liberté qui demande à être exercée avec responsabilité dans le sens du Bien, du Vrai, du Juste. Il est inutile et même hérétique de dire de manière quiétiste que Jésus Christ se charge seul d’émonder Sa vigne et de corriger les Hommes quand ils en ont besoin et que l’Homme ne devrait en aucun cas intervenir, influer sur l’œuvre de l’Eglise. L'Eglise agit bien dans le monde des Hommes avec comme vecteurs d'action des Hommes. Si la Justice est une prérogative divine, Il en a cependant très bien délégué la pratique pour peu qu'elle se fasse dans la lignée de la vérité.

16.Posté par Vladimir.G: il semble que les contacts se raréfient après 2003. le 07/07/2017 18:39
Merci Théophile! Excellente analyse et bonne leçon de théologie appliquée!

La réputation de l'ITO en Russie est évidente pour qui s'intéresse au développement de la théologie dans ce pays. Il est vrai qu'il s'agit essentiellement de références à "l'École de Paris" de la première moitié du XXe siècle...

Mais il y a aussi bon nombre de théologiens contemporains qui y ont étudié ou soutenu leurs thèses, du père Georges Kotchetkov (1993) à Mgr Hilarion de Volokolamsk (1999), sans oublier Mgr Nestor de Chersonèse (1999-2004_ et le père Alexandre Siniakov (2002, il est actuellement le recteur du séminaire d'Épinay) ... Il semble malheureusement que ces contacts se raréfient après 2003.

17.Posté par Mischa le 08/07/2017 09:44
Человек стареет и сколько бы его не лечили, вливали витамины и оживляли искуственными процедурами - приходит смерть.

С древними структурами несколько иначе, многие из них существуют несколько столетий и не умирают, но это происходит от умного руководства, от умения найти кооперацию с профессурой и главное программой для студентов. Примеров много: Сорбонна, Оксфорд...

К сожалению, Институт св.Сергения больше похож на умирающего человека. Многие пытались ему помочь, но этот больной организм отказывается от всяческих "лекарств". А поэтому, он дошел до того, - Как его не воскрешай, не вози в другую больницу - он в том состоянии которое сейчас скорее умрет, чем воскреснет.
Самое фатальное для Института - это перемена места.

Что будет с ХРАМОМ? Вот главный сейчас вопрос. Это достояние ВСЕЙ эмиграции, это произведение искусства нужно спасать всем миром. Кто думает об этом в Архиепископии?

18.Posté par Tchetnik le 08/07/2017 09:53
@Théophile

Il semble que vous fassiez aussi un contresens sur la notion de "serviteurs" de cette parabole.

Non seulement vous admettrez que le maire leur délègue bien le pouvoir d'enlever l'ivraie, même s'il le leur demande de le faire avec prudence, mais vous nous expliquerez aussi pourquoi ils seraient exclusivement des anges...

19.Posté par Vladimir G: situation de l'église St Serge ? le 08/07/2017 12:01
Pour autant que je sache, et je serais très reconnaissant à toute personne qui aurait des informations précises là dessus, l'église St Serge et la paroisse ne sont pas concernées par le déménagement ni par les problèmes de "malformation géologique des sols génère désormais une situation menaçante qui entraîne la détérioration accélérée de bâtiments déjà forts vétustes, le tout provoquant des injonctions des services préfectoraux avec le risque, à terme, d’une évacuation sous contrainte..." (http://orthodoxie.com/les-mutations-en-cours-de-linstitut-de-theologie-orthodoxe-saint-serge-a-paris/)

Il est en revanche possible que le déménagement de l'ITO puisse changer la vie de la paroisse, bien que rien n'exclut que les étudiants restent attachés à cette paroisse et en suivent les offices malgré l'éloignement tout relatif (30 mn en métro pour ceux qui résideront Bd. Arago...)

20.Posté par Théophile le 08/07/2017 15:07
@ Tchetnik
Il suffit de lire l'Evangile selon Saint Matthieu, chapitre 13:

36 Alors il renvoya la foule, et entra dans la maison. Ses disciples s'approchèrent de lui, et dirent: Explique-nous la parabole de l'ivraie du champ.
37 Il répondit: Celui qui sème la bonne semence, c'est le Fils de l'homme;
38 le champ, c'est le monde; la bonne semence, ce sont les fils du royaume; l'ivraie, ce sont les fils du malin;
39 l'ennemi qui l'a semée, c'est le diable; la moisson, c'est la fin du monde; les moissonneurs, ce sont les anges.
40 Or, comme on arrache l'ivraie et qu'on la jette au feu, il en sera de même à la fin du monde.
41 Le Fils de l'homme enverra ses anges, qui arracheront de son royaume tous les scandales et ceux qui commettent l'iniquité:
42 et ils les jetteront dans la fournaise ardente, où il y aura des pleurs et des grincements de dents.
43 Alors les justes resplendiront comme le soleil dans le royaume de leur Père. Que celui qui a des oreilles pour entendre entende.

21.Posté par Tchetnik le 08/07/2017 21:45
@Théophile

Ce passage parle de la FIN DU MONDE, Théophile. Pas du monde tel qu'il existe maintenant. Ne faites pas de contresens et lisez justement les passages jusqu'au bout.

Je rappelle ce que Jésus avait dit aux Apôtre en Jean 20, 21 Il leur dit alors, de nouveau: "Paix à vous! Comme le Père m'a envoyé, moi aussi je vous envoie." 22 Ayant dit cela, il souffla sur eux et leur dit: "Recevez l'Esprit Saint. 23 Ceux à qui vous remettrez les péchés, ils leur seront remis; ceux à qui vous les retiendrez, ils leur seront retenus." Suite à Matthieu 16 : 19 (Pouvoir de lier et de délier confié d’abord à Pierre) et Matthieu 18 : 18 (à l’ensemble des Apôtres ensuite).
Passage qui avec le Luc 10, 16 "Qui vous écoute m'écoute, qui vous rejette me rejette, et qui me rejette, rejette Celui qui m'a envoyé.".

Lesquels Apôtres ne sont bel et bien pas les Anges.

Je rappelle aussi ce que Saint Paul disait en 1 Corinthiens 6 : 3 « Ne savez-vous pas que nous jugerons les anges ? "

Jésus Christ a donc bel et bien délégué aux Hommes dans l'Eglise une responsabilité de direction, de pastorale, ce qui implique aussi l'exercice d'une certaine fermeté.
La providence Divine agit bel et bien par le truchement des Hommes...

Nouveau commentaire :