Saint Basile le Bienheureux Fol-en-Christ et Thaumaturge  de Moscou ( XV-XVI siècle)
Basile le Bienheureux, le plus célèbre des Saints Fous qui fleurirent en Russie, naquit en 1469 à Élokhov, village proche de Moscou, de pieux paysans, Jacques et Anne. On situe son trépas en 1551, ou le 2 août 1552 ou en 1557, à Moscou. Il fut canonisé vers 1580

Confié dès son enfance comme apprenti à un cordonnier, il menait une vie ascétique, priait constamment et manifesta dès lors les premiers signes de la grâce divine. Alors qu'il était âgé de seize ans, il se moqua un jour d'un marchand qui venait de commander une grande quantité de bottes neuves. Le client parti, son patron lui demanda avec insistance la raison de sa conduite. Le jeune garçon lui répondit qu'il était étrange de commander des bottes, en quantité suffisante pour de nombreuses années, alors que cet homme allait mourir le lendemain. Sa prophétie s'étant réalisée, Basile ne voulut plus rester chez son maître ni retourner chez ses parents, et il partit pour Moscou.

Perdu dans la foule tumultueuse de la cité, il embrassa l'ascèse de la folie simulée, de manière à communier pleinement à la Passion de Notre Seigneur Jésus-Christ tout en restant à l'abri des honneurs des hommes. N'ayant pas de domicile fixe, et pas même de cahute pour reposer sa tête, il vivait presque nu dans les rues et sur les places publiques, passait ses nuits en prière sous le porche des églises, et gardait au milieu de la foule un silence aussi parfait que les ermites au fond des déserts.

Saint Basile le Bienheureux Fol-en-Christ et Thaumaturge  de Moscou ( XV-XVI siècle)
Quand il était obligé de prendre la parole, il feignait de parler avec difficulté. Étranger à tout homme, ayant renoncé au monde et à ses attachements, il montrait cependant une immense compassion pour les malheureux, les malades et les opprimés. Ainsi il rendait souvent visite aux détenus d'une prison pour ivrognes, afin de les exhorter à la conversion. En un temps où régnaient l'horreur et l'oppression, la vie de Saint Basile était un vivant reproche pour les boïars corrompus et une consolation pour le peuple éprouvé. Presque toutes ces actions avaient un sens prophétique.

C'est ainsi qu'à maintes reprises le Bienheureux jeta des pierres à l'angle des maisons de gens pieux; mais quand il passait devant la maison de ceux qui vivaient dans le péché, il embrassait le coin du mur. Quand on lui demanda le sens de cette conduite étrange, Basile répondit que dans les maisons où réside la sainteté, il n'y a pas de place pour les démons, et c'est pour cette raison que, les voyant à l'extérieur, il les chassait à coups de pierres. Par contre, en embrassant le coin des mauvaises maisons, il saluait les Anges qui restaient à l'extérieur, affligés de ne pouvoir y entrer. Au marché, il détruisait les étals des négociants malhonnêtes; et un jour où le tsar lui avait remis de l'argent, contrairement à son habitude, il n'alla pas le distribuer aux pauvres, mais à un marchand proprement vêtu qui, ayant perdu sa fortune, n'osait pas mendier et souffrait de la faim.

En 1521, alors que les Tatares, sous la conduite de Mehmet Hireï, menaçaient Moscou, Saint Basile priait devant les portes de la cathédrale de la Dormition en versant d'abondantes larmes pour le salut de sa patrie. On entendit alors dans l'église un bruit terrible, une flamme s'éleva et une voix venant de l'Icône de la Mère de Dieu de Vladimir annonça qu'elle délaisserait Moscou, à cause des péchés de ses habitants. Le Saint intensifia sa prière et la terrible apparition cessa. Mehmet Hireï, qui avait déjà incendié les faubourgs, fut alors repoussé par l'apparition d'une multitude de soldats, et il s'enfuit rapidement au-delà des frontières de la Russie.

Le Livre des degrés raconte qu'à l'été 1547, Basile vint au monastère de l'Ascension à Ostrog, (aujourd'hui Vozdvizhenka ou monastère d'Ostrog qui se trouve à Moscou) et pria longtemps, en pleurs, devant l'église. Le jour suivant commença le fameux incendie à Moscou, qui partit précisément du monastère de Vozdvizhenka.

SUITE

Saint Basile le Bienheureux Fol-en-Christ et Thaumaturge  de Moscou ( XV-XVI siècle)
LIRE AUSSI : Jean-Claude Larchet: "Les fous-en-Christ"

La cathédrale Saint-Basile est peut-être le symbole le plus connu de la Russie, mais peu de gens savent qui est l'homme en l’honneur duquel elle a été nommée. Ce «fol-en-christ» médiéval était largement vénéré à Moscou pour sa piété. Il était aussi le seul homme qui pouvait critiquer et même tancer Ivan le Terrible et s'en tirer sans dommages...

Quand Basile mourut, le tsar lui-même vint porter son cercueil, et le service funèbre était tenu par Macarius, le métropolite de Moscou. En 1588, sous le règne de Fiodor, il fut béatifié par Job, le premier patriarche de Moscou, et ses restes furent transférés à la cathédrale de Pokrov, qui porte depuis le nom de Saint Basile le Bienheureux.

Son sanctuaire devint un lieu de pèlerinage et de prière. Habituellement, les gens prient pour être guéris, en particulier des maladies liées à la vue - des globes oculaires argent ont été souvent placés près de son sanctuaire comme signes de gratitude pour la guérison miraculeuse que les prières à Saint Basile avaient apporté aux pèlerins. Le jour de la mémoire de Saint-Basile est le 15 août, et en ce jour le patriarche de Moscou tient un service annuel en son honneur dans la cathédrale....SUITE

Saint Basile le Bienheureux Fol-en-Christ et Thaumaturge  de Moscou ( XV-XVI siècle)

Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 15 Août 2019 à 17:43 | 0 commentaire | Permalien



Recherche



Derniers commentaires


RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile