Saints Martyrs – "Strastoterptsi" - BORIS et GLEB
Le 24 juillet/ 6 août, mémoire des Saints Martyrs BORIS et GLEB, nommés ROMAIN et DAVID au Saint Baptême; premiers Saints canonisés de l'Église russe, ils sont aussi les premiers représentants des Strastoterptsi, c'est-à-dire les Saints laïcs "qui ont souffert la passion sans résistance", catégorie de Saints particulière à l'hagiographie russe à laquelle appartiennent aussi le saint empereur Nicolas 1 et sa famille.

Mille ans déjà

C'était en 1015, le 24 juillet (calendrier julien évidemment!).

Mais revenons un peu avant.

En 988, le prince Vladimir de Kiev – païen adorateur de Peroun – se détourne de ses idoles et, comme Clovis en son temps, "brûle ce qu'il a adoré et adore ce qu'il a brûlé"... Bref, en 988, Vladimir reçoit le baptême (1).


Saints Martyrs – "Strastoterptsi" - BORIS et GLEB
Plus conséquent que le roi des Francs, Vladimir, à compter de ce jour, vécut en chrétien et modifia les lois en tenant compte de l'Evangile.

Il avait eu, précédemment, de nombreuses concubines, et par conséquent de nombreux enfants.
A sa mort, en 1015, il fallut partager le royaume.

Enfin, en théorie. Car Sviatopolk – un cousin ou un demi-frère (2) – ne l'entendait pas de cette oreille. Et pour supprimer toute contestation décida de supprimer les éventuels contestataires.

Rien que de très banal, me direz-vous.

Jusque là, oui.

Saints Martyrs – "Strastoterptsi" - BORIS et GLEB
Vladimir, le prince de Kiev avait deux fils, Sviatopolk et Iaroslav lorsqu'il épousa la princesse byzantine Anne.

Mais lorsque Boris, le premier des fils de Vladimir à être pourchassé apprit que Sviatopolk en voulait à sa vie, il refusa tout d'abord de le croire. Et quand la nouvelle lui fut confirmée, il s'exclama: "Béni soit Dieu! Je ne m'enfuirai pas d'ici ni ne m'opposerai à mon frère aîné. Que la volonté de Dieu soit faite!"

Quoiqu'il ait avec lui une armée, il décida de congédier ses troupes tout en envoyant une supplique à son frère pour implorer sa clémence.
Malgré la crainte qu'il avait, il décida de ne pas fuir, et au matin, il fit célébrer les matines par un prêtre, et pria ainsi : "Seigneur Jésus-Christ, Toi qui as daigné apparaître sur la terre sous forme humaine et qui t'es laissé volontairement clouer sur la Croix, Toi qui as accepté la passion à cause de nos péchés, donne-moi aussi d'accepter la mienne. Je la reçois non de mes ennemis, mais de mon frère: Seigneur, ne la lui impute pas comme péché."

Les envoyés de Sviatopolk arrivèrent durant l'office mais attendirent qu'il soit terminé, puis se précipitèrent dans la tente pour le tuer. Boris supplia son frère de lui laisser encore quelques instants pour prier Dieu, puis il dit en pleurant: "Approchez, frères, et terminez votre office, et que la paix soit avec mon frère et avec vous." Les hommes lui plongèrent alors leurs lances dans le corps.

Voila, en résumé, ce qui s'est passé le 24 juillet 1015...

Peu après, Gleb, autre fils de Vladimir, subit le même sort, s'y soumettant lui aussi sans résister, à l'imitation du Christ.

Je sais bien, qu'admirer les Strastoterptsi (les saints qui ont accepté de souffrir la Passion sans se défendre) est plus facile que de les imiter. Mais il est encore plus facile d'oublier qu'ils ont fait cela.

Alors, rien que pour ne pas oublier...

Source: http://cigales-eloquentes.over-blog.com/2015/07/mille-ans-deja.html

Saints Martyrs – "Strastoterptsi" - BORIS et GLEB
Без Бориса и Глеба не было бы Александра Невского

Une autre version des faits

La version ci-dessus est celle de l'hagiographie officielle basée sur la "Chronique de Nestor" (3) mais plusieurs historiens la mettent en doute en se basant sur d'autres sources historiques (4). D'après eux Boris et Gleb furent les seuls des 11 frères (ou ½ frères) de Sviatopolk à lui faire allégeance et c'est Iaroslav dit le Sage, fils d'une autre épouse de Vladimir, Rogneda de Polotsk, et 2ème dans l'ordre de succession, qui les fit tuer justement à cause de leur alliance avec Sviatopolk. Mais après sa prise de pouvoir Iaroslav fit enjoliver l'histoire par les chroniqueurs…

(1) Le prince Vladimir appartenait à la dynastie des Rurikides a commencé à gouverner Novgorod en 970. En 978 il s’empare du pouvoir à Kiev et en 988 il opte pour le christianisme en tant que religion d’Etat. Nous ne savons pas avec précision où et quand a été baptisé le prince Vladimir, à Kiev, Chersonèse ou Berestov, non loin de Kiev. Il est cependant évident que la christianisation de la « Rus » a déterminé pour l’essentiel l’avenir du pays.

(2) La mère de Sviatopolk était une Grecque prénommée Julia, épouse du frère ainé de Vladimir, Yaropolk, Grand prince de Kiev que Vladimir avait fait tuer en 980 pour s'emparer du pouvoir. D'après les chroniques, Julia était alors enceinte de Sviatopolk, Vladimir l'épousa et adopta l'enfant pour faire son 1er héritier…

(3) "Chronique des temps passés" ou " Chronique de Nestor" rédigée à la Laure des Grottes de Kiev vers la fin du XIe siècle ou le début du XIIe

(4) Thietmar ou Dithmar, évêque de Mersebourg (975-1018), "Chronique de l'histoire d'Allemagne"; "Dit d'Eymundr Hringsson" (XIVesiècle)

V.Golovanow
.

Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 6 Août 2017 à 09:26 | 0 commentaire | Permalien