Sainte Marie d'Egypte: Extrait d'un sermon du père  André Kordotchkine
... Sainte Marie d'Egypte aurait vécu dans le désert pendant un peu moins de 50 ans.

Il est difficile d'appliquer cette expérience à soi-même.
Nous savons que nous n'aurons pas le courage de vivre 50 ans seuls.

Nous savons que dans le monde, les gens sont plus susceptibles d'être seuls parce qu'ils ont un mauvais caractère et qu'ils ne savent pas comment se faire des amis, ils ne savent pas comment nouer des relations avec les autres, et non parce que la solitude est leur choix et une expression de leur liberté.

Nous savons que nos proches nous sont donnés pour que nous nous soutenions et nous nous consolions les uns les autres.

Mais l'exemple de la solitude de la Sainte est important car, sur le chemin de la Semaine de la Passion, il nous ramène à l'image de la solitude du Christ lui-même.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 11 Avril 2022 à 12:47 | 0 commentaire | Permalien

Archange saint Gabriel
Tout au long de l’Ancien Testament, les anges sont présents pour instruire, protéger, réconforter et conduire les hommes.Le Nouveau Testament est aussi tout rempli du ministère des anges.

Nous savons que si les anges se présentèrent aux hommes comme des messagers de Dieu, ils sont avant tout, de purs esprits qui se déploient dans une dimension étrangère à notre espace, sans être soumis à la durée ni au rythme du temps.

L’ordinaire de la vie immortelle de ces créatures personnelles, pour parler comme Jésus, est de contempler sans cesse la face du Père qui est aux cieux, bonheur dont ils s’éloignent par amour de Dieu et des hommes, pour porter la parole de l’un aux autres.

« Ange, dit saint Augustin, désigne la fonction non pas la nature. Tu demandes comment s’appelle cette nature ? Esprit. Tu demandes la fonction ? Ange. D’après ce qu’il est, c’est un esprit, d’après ce qu’il fait, c’est un ange. »

Après l’expulsion de nos premiers parents, l’ange à l’épée flamboyante interdit l’entrée du Paradis terrestre. Un ange consola Agar dans le désert. C’est un ange qui arrêta le bras d’Abraham prêt à immoler Isaac. Avant que Sodome fût détruite par le feu du ciel, un ange fit sortir Loth et sa famille de la ville. Le patriarche Jacob vit en songe des multitudes d’anges monter et descendre l’échelle qui allait de la terre au ciel.
Rédigé par Parlons d'orthodoxie le 8 Avril 2022 à 08:46 | 10 commentaires | Permalien

Comment la petite Lisa Pilenko est devenue  SAINTE MARIE DE PARIS
Pour le 75e anniversaire de la mort de Mère Marie Skobtsov à Ravensbruck en 1945

Chers amis,

Je tiens à vous parler d’une femme remarquable dont le nom appartient à l’histoire du XXe siècle. Sa vie est en quelque sorte similaire à celle de nombreux Russes ayant connu la révolution de 1917 et contraints à l’exil. Ce livre est destiné aux adolescents comme aux adultes, aux croyants comme aux agnostiques. Chacun a dans son cœur l’amour, l’espoir et la compassion. Le 31 mars 1945 mère Marie périssait en martyre dans le camp de Ravensbrück!

Le livre en français a été publié avec la bénédiction de Monseigneur Joseph, Archevêque d’Europe Occidentale, Métropolite de la Métropole Orthodoxe Roumaine d’Europe Occidentale par les Editions Apostolia (série Vie des Saints). Xenia Krivocheine

Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 6 Avril 2022 à 06:59 | -22 commentaire | Permalien

Homélie de saint Jean Climaque pour le quatrième dimanche du Carême
Chers frères et sœurs,

lorsque j’ai commencé la préparation de cette homélie, j’ai jeté un coup d’œil à notre calendrier liturgique et y ai découvert, avec surprise, qu’en plus de saint Jean Climaque, dont la mémoire est associée au quatrième dimanche du Carême, nous célébrons cette année également saint Grégoire le Grand, pape de Rome (+604) et saint Siméon le Nouveau Théologien (+1021).

Trois grands docteurs réunis en un seul jour ! J’aurais tellement aimé vous parler de chacun d’eux en particulier, mais me voici contraint à vous proposer un bref et pauvre florilège de l’immense richesse que l’œuvre de chacun de ces trois Pères représente pour l’Eglise.

J’aimerais que nous prenions pour point de départ à notre réflexion un détail de la lecture évangélique de ce jour, sur la guérison du démoniaque épileptique (Mc 9, 17-31)

Quand les apôtres interrogent le Seigneur sur la raison de leur impuissance face au démon qui tourmentait l’enfant, il leur répond : « Cette espèce-là ne peut sortir que par la prière et le jeûne » (Mc 9, 29). Juste en passant, il faudrait mentionner que certains manuscrits ne parlent ici que de la prière, mais le lectionnaire byzantin, comme la tradition des Pères (notamment saint Basile le Grand), présentent la version que nous venons d’entendre. La prière et le jeûne sont donc les armes qui permettent aux disciples du Christ d’affronter le démon avec succès.
Rédigé par Parlons d'orthodoxie le 3 Avril 2022 à 07:30 | 1 commentaire | Permalien

La  Sainte Croix  du Christ
Troisième dimanche de Carême, semaine de la Sainte Croix comprend un rituel spécifique de vénération de la Croix qui prépare les fidèles à la commémoration de la Crucifixion et à la Résurrection du Seigneur.

Extrait de : Archevêque Basile ( Krivochéine)

« L’œuvre salvatrice du Christ sur la croix et dans la résurrection »
Dieu, l’homme, l’Eglise. Lecture des Pères

Nous devons tout d’abord souligner que, pour la conscience théologique ecclésiale orthodoxe, toute l’œuvre du Christ, en particulier sa crucifixion sur la croix et sa mort rédemptrice, est un mystère insondable et inexprimable, son sens et sa portée ne peuvent être exprimés complètement et avec exactitude dans le langage des notions humaines sans risque d’être déformés ou réduits.

Pour la raison humaine non éclairée par la grâce, la croix du Seigneur restera toujours quelque chose d’inacceptable et d’abject, alors que pour nous, croyants, elle est une « puissance invincible, indestructible et divine » (grandes complies) (1) . Comme l’écrit l’apôtre Paul : « Les Juifs demandent des signes et les Grecs recherchent la sagesse, mais nous, nous prêchons un Christ crucifié, scandale pour les Juifs, folie pour les païens, mais pour ceux qui sont appelés, tant Juifs que Grecs, il est le Christ, puissance de Dieu et sagesse de Dieu » (1 Co 1, 22-24).
Rédigé par Prêtre Serge MODEL le 27 Mars 2022 à 22:04 | 2 commentaires | Permalien

« J'ai donné ma parole d'honneur au Tsar de rester avec lui tant qu'il serait en vie»
Le médecin de l'Empereur Eugène Botkine a été glorifié par l'Assemblée des Évêques en 2016

Pravoslavie i Mir Traduit du russe par Marie et André Donzeau

Eugène Botkine est né le 27 mai 1865 à Tsarskoïe Selo, dans la famille de l'éminent scientifique et médecin russe, fondateur de la médecine expérimentale, Sergueï Pétrovitch Botkine. Son père était médecin de la cour des empereurs Alexandre II et Alexandre III.

Dans son enfance, il reçut une excellente instruction et fut immédiatement admis en cinquième classe du lycée classique de Saint-Pétersbourg.

A la fin de ses études secondaires, il entra à la faculté de physique et de mathématiques de l'Université de Saint-Pétersbourg, mais après la première année, il décida de devenir médecin et fut admis au cours préparatoire de l'Académie de médecine militaire.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 21 Mars 2022 à 14:00 | 19 commentaires | Permalien

Saint Grégoire Palamas (1296-1359)
Ce deuxième dimanche de Carême, nous faisons mémoire de notre Père parmi les Saints, Grégoire Palamas, Archevêque de Thessalonique

père Nikolaï Tikhonchuk

Saint Grégoire Palamas vécut à la fin de l'empire byzantin De tempérament mystique, dès l'âge de vingt ans, il devient moine et vit en ermite sur le Mont Athos où commence pour lui une vie d'ardente contemplation. Mais bientôt les obstacles se multiplient : la vie monastique et mystique est attaquée ; on tente même de faire passer les moines contemplatifs mystiques pour des hérétiques.

Moine au Mont Athos, Grégoire développe la prière du coeur et rédige de nombreuses homélies sur la Vierge Marie

Grégoire prend la défense des moines qu'on appelle " hésychastes " et donne le fondement de cette expérience spirituelle en définissant une théologie fondamentale qui distingue en Dieu l'inaccessible (l'essence) et le participable (les énergies).

Ce ne sera qu'après plusieurs années de luttes, que la doctrine de Palamas sera officiellement adoptée par l'Eglise byzantine. Grégoire deviendra évêque de Thessalonique.

Bien que la réflexion théologique sur cette question soit encore en discussion entre l'Orient et l'Occident, la spiritualité "hésychaste" est adoptée actuellement par de nombreux fidèles dans l'Eglise d'Occident. Grégoire Palamas est aussi l'auteur de nombreuses homélies sur la Vierge Marie. Moine orthodoxe, il est fêté le 14 novembre au calendrier byzantin.
Rédigé par Parlons d'orthodoxie le 20 Mars 2022 à 07:04 | 14 commentaires | Permalien

A propos des événements en Ukraine, le patriarche Cyrille a exhorté les croyants à prier sans arrêt la Très Sainte Mère de Dieu
Le patriarche Cyrille de Moscou et de toute la Russie a lancé mercredi un appel aux évêques, prêtres, diacres, moines et moniales et à tous les enfants fidèles de l’Église orthodoxe russe à propos des événements en Ukraine

« Chers pères, frères et sœurs ! Aujourd’hui, nous vivons une période historique difficile: toutes nos pensées, nos angoisses et nos prières sont liées aux événements qui se déroulent en Ukraine. Dans les moments les plus difficiles notre peuple a toujours demandé la protection de la Très Sainte Mère de Dieu, qui a toujours intercédé pour la Sainte Russie », indique l’appel publié sur le site Web de l’Église orthodoxe russe.

Le patriarche Cyrille a rappelé que maintenant, pendant le Grand Carême, « l’Église dans la repentance se tient devant le Seigneur » et a appelé tous les croyants à lire quotidiennement le la prière à la Très Sainte Mère » avec l’ajout de la prière précédemment approuvée pour le rétablissement de la paix.

Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 17 Mars 2022 à 11:06 | 1 commentaire | Permalien

Le Pape consacrera la Russie et l'Ukraine au Cœur Immaculé de Marie
La consécration aura lieu le vendredi 25 mars pendant la célébration de la pénitence que le Pape François présidera à 17 heures dans la basilique Saint-Pierre. Le même acte, le même jour, sera accompli à Fatima par le cardinal Krajewski, aumônier pontifical, en tant qu'envoyé du Pape.

C’est le vendredi 25 mars, que le Pape François consacrera la Russie et l'Ukraine au Cœur Immaculé de Marie. C'est ce qu'a annoncé le directeur de la salle de presse du Saint-Siège, Matteo Bruni. Le jour de la fête de l'Annonciation du Seigneur a été choisi pour cette consécration.

Lors de l'apparition du 13 juillet 1917 à Fatima, la Vierge avait demandé la consécration de la Russie à son cœur immaculé, déclarant que si cette demande n'était pas accordée, la Russie répandrait «ses erreurs dans le monde entier, favorisant les guerres et la persécution de l'Église».
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 16 Mars 2022 à 09:30 | Permalien

Homélie du métropolite Antoine Bloom, à l’occasion de l’entrée des troupes soviétiques en Tchécoslovaquie (août 1968)
Au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit.

Une fois de plus, sur notre terre humaine qui souffre tant, la coupe de la colère, la coupe de la douleur, la coupe de la souffrance humaine est pleine et déborde. Et nous ne pouvons rester indifférents à cette douleur, qui accable aujourd'hui des milliers, des millions de personnes. Devant notre conscience chrétienne se dresse, redoutable et exigeante, la parole de Dieu, ou plutôt l'image du Christ lui-même, qui s'est fait homme, qui est venu dans notre monde, qui ne s’est lié ni à la gloire ni à la vertu, mais qui s'est fait frère des opprimés et des pécheurs.

La solidarité de Dieu avec l'homme n'a pas détruit sa solidarité avec le Père ; et nous avons devant nous un modèle très difficile à comprendre et encore plus difficile à imiter : l'image de Celui qui a voulu être un, aussi bien avec les justes qu’avec les coupables, qui a embrassé toute l’humanité d'un même amour, un amour qui l’a conduit à souffrir la passion sur la croix pour les uns, et un amour plein de joie et - là encore – allant jusqu’au sacrifice sur la croix pour les autres.

Or aujourd’hui, dans l'esprit de beaucoup d’entre nous, surgit la colère, qui conduit à choisir certains et à en exclure d'autres ; dans notre façon de vouloir la vérité, de ressentir de la sympathie et de la compassion, nos cœurs humains ont tendance à choisir les uns et à maudire les autres.

Et cela, ce n'est pas la voie du Christ, ni notre voie : notre voie consiste, tout en étant pleinement conscients de l'horreur, à accueillir les uns et les autres dans un même amour, à embrasser - non pas avec sympathie mais avec compassion, non pas en étant d’accord, mais en étant pleinement conscients de l'horreur devant laquelle se dresse l'injustice et la croix devant laquelle se tient la vérité.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 15 Mars 2022 à 08:15 | 0 commentaire | Permalien

 Dimanche du triomphe de l'Orthodoxie: POUR LE GRAND CARÊME TEXTES D’AUJOURD’HUI ET D’HIER
V. Golovanow

Le jeûne avant Pâques a été décidé aux conciles de Nicée (325) et de Laodicée (365). Ces quarante jours commémorent la tentation de Jésus dans le désert. L’Evangile raconte qu’en réponse à la tentation du démon qui lui proposait de changer des pierres en pain, Jésus répondit : "Il est écrit, l’homme ne vivra pas seulement de pain mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu" (Matthieu 4:4).

Durant les premiers siècles du christianisme, le Carême était une période de pénitence pour les pécheurs qui seraient lavés de leurs fautes durant la nuit de Pâques, et de préparation des catéchumènes au baptême qu’ils recevaient durant la nuit de Pâques. Sous Charlemagne, celui qui ne respectait pas le jeûne, sans dispense spéciale, durant le Carême risquait la peine de mort.

JEUNE, PRIERE ET AMOUR

Père Boris BOBRINSKOY (1)

La période du Carême des 40 jours, peut être comprise comme un temps unique, exclusif, un temps de préparation à la Pâque annuelle du printemps, et par cela, à la Pâque éternelle du «passage» (c'est le sens littéral du mot hébreu Pesah-Pâque), de la vie corruptible à la vie éternelle, des pénombres à la lumière, de l'exil dans une terre lointaine, celle du péché, à la vision dans le face à face du Royaume.

Le programme du Carême qui résume et récapitule l'ascèse permanente de toute vie chrétienne consciente et responsable, c'est la réponse aux trois tentations qu'a subies le Christ au désert, au terme des 40 jours où il ne mangea pas et où il eut faim (Mt 4, 3).
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 13 Mars 2022 à 09:00 | 18 commentaires | Permalien

Prière pour la paix +🙏🏻
Chers frères, sœurs, amis, amis,

Nous n'avons jamais eu autant d'insécurité au quotidien, un monde avec tant d’oppression de tant de gouvernements, tant de vices, de crimes, de corruption, de violence, d'abus et de peur pour l'avenir de nos jeunes.
J’ai une idée que je voudrais vous partager :

Pendant la Seconde Guerre mondiale, un conseiller du Premier ministre britannique Winston Churchill a organisé un groupe de personnes qui, à une certaine heure chaque nuit, s'arrêtaient, quoi qu'elles fissent, pour prier ensemble pour la paix et la sécurité des personnes résidentes en Angleterre. Ils faisaient cela tous les jours et c'était comme si la ville était suspendue, telle était la puissance de la prière.

Le résultat fut si prodigieux que, en peu de temps, le bombardement cessa !

Maintenant, nous nous organisons à nouveau, un groupe de personnes de nationalités différentes, pour prier pendant une minute pour la sécurité de nos pays, pour la fin des problèmes qui nous oppriment et nous affligent, et pour que Dieu guide les décisions de nos dirigeants.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 8 Mars 2022 à 10:00 | 15 commentaires | Permalien

Homélie POUR LA PAIX
Père Nikolaï Tikhonchuk

Chers frères et sœurs,

Les paroles que je vous adresse aujourd’hui résonnent dans un contexte très particulier. Comme vous tous, j’ai été profondément choqué par l’invasion armée de l’Ukraine par la Russie. Beaucoup d’entre nous ont des amis, de la famille en Russie ou en Ukraine, notre cœur est meurtri par l’angoisse, les divisions, l’incompréhension.

Face à cette terrible tragédie de la guerre, dans laquelle des frères attaquent leurs frères, nous regardons les combats depuis la France, avec le sentiment d’une terrible impuissance. Comment arrêter l’irréparable, alors que chaque jour apporte des nouvelles de plus en plus terribles ?

Au cours des dernières années, l’humanité entière s’est unie pour lutter contre le fléau de la pandémie, la communauté médicale a fait preuve de solidarité pour inventer et diffuser des vaccins, les peuples sont restés soudés face à un ennemi commun. Et voilà qu’aujourd’hui, la fraternité s’écroule et la guerre surgit entre des peuples aussi proches que les Russes et les Ukrainiens, la discorde divise familles et amis qui ne partagent plus la même réalité.

Quel regard porter sur cet échec collectif, pour nous chrétiens ?
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 26 Février 2022 à 21:36 | 63 commentaires | Permalien

Pourquoi saint Christophe est  représenté avec une tête de chien?
Saint Christophe est connu pour être le saint patron des voyageurs. Il est communément représenté portant le Christ enfant sur l’épaule et l’aidant à traverser une rivière. Mais ce ne fut pas toujours le cas. Sur les premières icônes, il était représenté avec une tête de chien. Alors pourquoi ces deux traitements très différents ?

Dans de nombreuses cultures ancestrales, il existait le mythe des hommes à tête de chien. Ce mythe est d’ailleurs toujours présent dans notre culture moderne en la figure du loup-garou.

Par ces représentations mythologiques, l’idée était de signifier que les hommes qui étaient sortis du droit chemin et vivaient dans le péché se comportaient comme des animaux. Le péché fut toujours associé aux pulsions primaires, autrement dit animales, de l’homme. Dans certains récits, l’homme pécheur allait jusqu’à prendre une figure de bête. Chez les Égyptiens, on retrouvait la figure du Dieu Anubis, un homme à tête de chacal. Si bien que ce genre de représentations finit par intégrer naturellement l’iconographie chrétienne.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 22 Février 2022 à 15:13 | -2 commentaire | Permalien

LA SAINTE RENCONTRE
Prêtre Vladimir Zielinsky

Il y a une capacité merveilleuse propre à tous les personnages de l’Evangile : l’élévation des circonstances concrètes de la vie, d’histoires lointaines vécues par d’autres, à un moment de l’avenir qui sera vécu par chacun de nous.

Comme si le récit du Christ passait à travers chaque existence humaine et que chacune, scrutée en profondeur, nous dévoilait les mages suivant l’étoile qui les mena vers la grotte de Bethléem, ou l’annonce faite à Marie résonnant dans le message de salut apporté en secret a tout chacun par l’Ange gardien, ce message qui retentit d’inexpugnable espoir.

Le vieux juste, nommé Syméon, reçoit Jésus, âgé de quarante jours, bénit Dieu et part … vers la mort. Sa mission s’est accomplie, sa prière a recueilli toute sa vie-attente.

« Et l’Esprit Saint était sur lui », dit l’Evangile.

Après avoir conçu Jésus dans les entrailles de Marie, l’Esprit L’a amené au Temple dans les bras de sa Mère et a conduit Syméon en ce lieu de rencontre pour se manifester, pour laisser son empreinte au seuil de la mort de l’un et de la vie de l’Autre. L’Esprit « va où Il veut », mais partout où Il passe, Il y fait son habitation, temporaire ou permanente. Ses demeures construites en Evangiles sont dispersées dans les innombrables croisées des contacts et des destins scellées par l’image du Christ qui se forme en eux et par le « passage » de l’Esprit qui les a touchées. Quand nous parlons de l’Eglise invisible, je pense à ces demeures cachées où l’homme consciemment, mais aussi à son insu, vient à la rencontre de Dieu
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 14 Février 2022 à 14:18 | 1 commentaire | Permalien

Saint Nikita (Nicétas) de Novgorod
Sa vie est exemplaire pour les moines, car, alors qu'il était moine au monastère des Grottes de Kiev, il tomba sous l'emprise du diable par orgueil et mit beaucoup d'années à sortir de cet état.

Par les prières des frères de la laure, il fit pénitence et fut digne de devenir évêque à Novgorod.

C'est un saint qui nous est si proche, et pourtant il a vécu il y a presque un millénaire, un siècle après la christianisation de la Russie !

Récit en russe de la vie de saint Nikita (20 mn) (Moinillon.net)


Dans ce récit, on apprend que le premier iconographe pensait représenter le saint avec une barbe, alors qu'il n'en portait pas. Il eut alors un songe : une voix lui ordonna de ne pas peindre de barbe, et d'informer les autres iconographes qu'il ne fallait pas représenter le saint avec une barbe, car il n'en portait pas.
Rédigé par Parlons d'orthodoxie le 13 Février 2022 à 09:15 | -11 commentaire | Permalien

De la parole dans la prière de Saint Ephrem le Syrien (306 - 373)
Saint Ephrem nous apprend à remplacer l’Esprit de bavardage par l’esprit de chasteté, d’humilité, de patience et de charité. L’esprit de ces vertus est laconique.

Protopresbytre André Tkatchev
Traduction Elena Tastevin

Selon Saint Innocent traitant de la prière de Saint Ephrem le Syrien, l’orant prononce un mot et il croit que sa parole se dissout dans l’air et s’y dilue. Alors que ce faisant celui qui prie se met en voyage pour traverser les jours, les siècles et les esprits. Il demeure avec nous jusqu’au Jugement Dernier pour que l’Evangile s’accomplisse : « par tes paroles tu seras justifié et par tes paroles tu seras condamné ».

Selon Saint Jean Chrysostome, la charité de Dieu est grande parce qu’Il nous jugera sur nos propres paroles et non pas sur celles des autres. Selon l’un des textes messianiques d’Isaïe: « Il ne jugera point sur l'apparence, Il ne prononcera point sur un ouï-dire. Mais il jugera les pauvres avec équité, Et il prononcera avec droiture sur les malheureux de la terre; Il frappera la terre de sa parole comme avec une verge, Et du souffle de ses lèvres il fera mourir le méchant (Is 11 :2 – 4) ». Autrement dit, nos propres paroles seront notre verdict.

Selon Saint Innocent, nos paroles établissent le véritable portrait de notre « moi », celui qui sera jugé.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 10 Février 2022 à 14:33 | -1 commentaire | Permalien

Le Starets Serge: La vie selon les vertus
Le détachement

L’une des vertus de base de la vie spirituelle est le détachement.

Le progrès dans la vie spirituelle se manifeste moins par des acquisitions brillantes que par un détachement progressif. Le Starets cite à cet égard cette parole du père Sophrony : « Notre enrichissement est un appauvrissement ».

Le détachement est une prise de distance. Il est important, dans la vie courante, de ne pas se laisser accabler par les pensées des choses matérielles, de ne pas se crisper sur elles, mais de garder vis-à-vis d’elles un certain détachement. En ayant ce détachement, nous pourrons non seulement être plus libres spirituellement mais mener plus facilement toutes nos entreprises.

Paradoxalement, on méprise d’autant mieux les choses et les situations que l’on est plus détaché à leur égard. Le Starets recourt à cette image : si l’on veut soulever une lourde pierre avec un levier, ce n’est pas près de la pierre que l’on aura plus de force mais loin d’elle.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 8 Février 2022 à 10:51 | 0 commentaire | Permalien

Нomélie prononcée par le p. Alexandre (Siniakov)

Saint Tikhon avait raison : la souffrance endurée par de nombreux chrétiens dans les pays soumis pendant la majeure partie du XXe siècle à l’idéologie soviétique totalitaire ne restera pas stérile. Puisse leur témoignage rester toujours le fondement d’une nouvelle évangélisation, d’un second baptême, des pays de l’Europe orientale et servir d’exemple de courage et de fidélité aux chrétiens vivant partout dans le monde.

Ce dimanche 6 février l’Église orthodoxe russe fait mémoire des milliers de nouveaux martyrs et confesseurs de la foi qui ont rendu témoignage au Christ au cours des persécutions antireligieuses dans la Russie post-révolutionnaire du XXe siècle. C’est le concile de Moscou de 1917-1918, témoin des bouleversements de la Révolution et de la terreur instaurée par les pouvoirs bolcheviks, qui a décidé de commémorer les victimes des persécutions contre l’Église le 9 février (en réalité, 25 janvier du calendrier julien) ou le dimanche qui suit cette date.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 6 Février 2022 à 10:12 | 9 commentaires | Permalien

Sainte Gudule de Bruxelles : 650 - décédée entre 680 et 714
Portrait d'une sainte méconnue, la sainte patronne de la capitale belge

Sainte Gudule de Bruxelles (ou Gudule de Moorsel), née à Moorsel, elle est la sainte patronne de la ville de Bruxelles dont la cathédrale est consacrée à son nom.

Gudule, combien de fois avons-nous prononcé le prénom de cette sainte sans en connaître l'histoire. Avec l'archange Michel, elle veille sur Bruxelles. Selon les dires de l'hagiographe Onulphe d'Hautmont, relatés dans la "Vita Gudilæ", Gudule était la fille du comte de Brabant Witger et de sainte Amelberge de Maubeuge. Elle serait née vers 650 au château de Hamme dans le Brabant. Après la naissance de Gudule, sa mère Amelberge, qui sera elle-même vénérée comme sainte, embrassa la vie de religieuse.

Dès son plus jeune âge, Gudule vécut dans une atmosphère de piété et de soumission à Dieu. C’était, selon les légendes, une petite fille « chaste de corps, chaste d’esprit, affable envers tous, remarquable par sa patience et son humilité, forte dans sa foi ». Elle reçut sa première vraie éducation religieuse à l’Abbaye de Nivelles, auprès de sa marraine sainte Gertrude, à la mort de celle-ci en 659, elle revint à Hamme. La jeune Gudule partageait sa vie entre la prière et œuvres de charité. Elle se consacra entièrement à Dieu, jeûnant et priant avec zèle.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 3 Février 2022 à 09:05 | -1 commentaire | Permalien

1 2 3 4 5 » ... 25


Recherche



Derniers commentaires


RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile