Livre de Prières en deux langues, en français et en russe
Achetez ce petit livre magnifiquement publié à la librairie de la CATHÉDRALE DE LA SAINTE-TRINITÉ

Chers frères et sœurs !

L’édition du présent manuel de prières nous a paru répondre à la demande de nombreux chrétiens orthodoxes. Outre sa présentation bilingue, il offre pour la première fois en langue française une édition des prières du soir et du matin selon l’usage slave. Il se distingue en cela de l’ensemble des manuels de prières en langue française existants à ce jour. Le canon russe comporte en effet certaines prières qu’on ne trouve pas ailleurs et qui nous semblent importantes par leur exigence spirituelle.

Nous y avons ajouté les prières avant et après la sainte communion, l’acathiste à la très sainte Mère de Dieu, les tropaires et kondakia des dimanches et des douze grandes fêtes, quelques prières usuelles (prières avant et après les repas, prières des défunts, prière de saint Ephrem le Syrien) ainsi que les Heures Pascales.

Une grande partie des prières contenues dans ce recueil reproduisent les traductions du grec de l’archimandrite Placide /Deseille/ de bienheureuse mémoire En de rares occurrences, nous nous sommes permis d’y apporter quelques ajustements inspirés de la version slavonne ; mais, généralement, nous avons estimé qu’il était important de préserver la cohésion de son œuvre, qui constitue aujourd’hui une référence. De ce fait, on constatera en certains endroits une légère asymétrie entre les versions slavonnes et françaises.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 14 Octobre 2021 à 08:56 | 1 commentaire | Permalien

 POKROV - LE VOILE DE LA PROTECTION
Prêtre Vladimir ZELINSKY

« Sous la protection de ta miséricorde nous nous réfugions », - chante la prière la plus ancienne adressée à la Mère de Dieu.

L’idée de sa protection, née presque avec le début du christianisme, « s’est revêtue » un jour d’un événement concret et mystique : au X ème siècle Marie est apparue à un « fou en Christ et à son disciple dans l’Eglise de St Sophie avec le voile en signe de la protection de la ville de en Constantinople contre le menace venue de la mer.

La protection, en russe, "pokrov", car cette fête célébrée le 14 octobre est particulièrement aimée en Russie, ne signifie pas seulement le souvenir d'un miracle qui s'est produit une fois, mais la sollicitation maternelle qui fait partie de la foi chrétienne. "Toute la nostalgie de l'humanité" souffrante qui n'a pas l'audace d'ouvrir son âme devant le Christ par crainte de Dieu, - dit un philosophe russe G.Fedotov, - se verse librement et avec amour sur la Mère de Dieu." Parmi les images les plus aimées de Marie est celle de la Mère qui protège, qui nous accompagne et nous sauve d'un danger, celui qui peut nous attendre dans cette vie, mais surtout celui qui menace notre salut éternel.

Marie est solidaire avec toute la famille humaine, elle n'est pas "déesse", elle prie comme nous prions devant son Fils et son Père Céleste, mais elle sollicite aussi pour tous les hommes. Et sa prière, portée par l'Esprit Saint, nous fait découvrir l'aspect maternel du Dieu même.
Rédigé par Prêtre Vladimir Zelinsky le 14 Octobre 2021 à 06:52 | 5 commentaires | Permalien

SAINT SILOUANE S' ENTRETIENT  AVEC  LES ENFANTS
Les jeunes enfants courent dans les près, cueillent des fleurs, chantent et se réjouissent parce que la grâce de Dieu les remplit de joie. Mais voilà qu’ils voient le moine et lui disent :

– Regarde : le Seigneur a orné le ciel d’étoiles et la terre avec des rivières et des jardins, les aigles volent bien haut sous les nuages et jouissent de la beauté de la nature, les oiseaux chantent gaiement dans les taillis et dans les champs, alors que toi, moine, tu es là dans ta cellule et tu ne vois pas toute la beauté divine. Tu es assis là et tu pleures. Sur quoi pleures-tu dans ton étroite cellule alors que le soleil luit, le monde entier est revêtu de splendeur, et la joie est partout sur terre ?

C’est ainsi que les enfants questionnaient le moine, mais il leur répondait :

– Mes enfants ! vous ne comprenez pas mes pleurs. Mon âme pleure sur vous, parce que vous ne connaissez pas Dieu, qui a créé toute cette beauté. Mon âme le connaît et je vous souhaite cette connaissance à vous tous, et pour cela je suis dans la peine et je prie Dieu dans les larmes, pour que vous aussi vous connaissiez le Seigneur par l’Esprit Saint.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 6 Octobre 2021 à 08:27 | 12 commentaires | Permalien

La père Augustin Sokolovski  et sa vision de l’Exaltation de la Sainte Croix.
À la fin du premier mois de l’automne, le 27 septembre, le monde chrétien commémore l'Exaltation de la Sainte Croix. Si pour le christianisme occidental cette journée est devenue au cours des siècles un simple souvenir, pour l'orthodoxie,

l'Exaltation est encore aujourd'hui une grande fête. En l'an 326, la Croix sur laquelle le Seigneur Jésus a été crucifié a été trouvée par l'Impératrice Hélène à Jérusalem.

En 629, après une captivité perse brève mais historiquement très importante, la Croix du Christ fut restituée à la Ville Sainte par l'empereur Héraclius. Les deux événements sont combinés dans la fête. Cela signifie que l'origine et la signification de l'Exaltation sont à la fois historiques et idéologiques. Cela reflète le fait que les chrétiens étaient autrefois persécutés et que le pouvoir de l'Empire romain lui-même croyait en Christ.

L'empire est devenu chrétien, a commencé à patronner l'Église et à protéger les chrétiens. Certains ont vu la grandeur dans la transformation de l'Empire romain en une puissance chrétienne, d'autres y ont vu une prophétie de défaite. L'écrivain, historien et Père de l'Église Eusèbe de Césarée (+340) était convaincu que la christianisation de l'Empire remplissait les promesses de la Bible. Dans son « Histoire de l'Église », et en particulier dans son « Éloge de l'empereur Constantin », Eusèbe a vanté l'Autorité impériale romaine chrétienne comme le nouveau royaume éternel de la Croix.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 27 Septembre 2021 à 12:22 | 0 commentaire | Permalien

Le baptême est une entrée dans la vie
Père Nikolaï Tikhonchouk

Samedi dernier, la petite Victoria (Victoire) a été baptisée ; j'ai raconté sa naissance à Pâques, aux soins intensifs COVID. Et maintenant, après cinq mois, je me suis retrouvé à l'église pour son baptême.

Il est difficile d'exprimer mes sentiments de joie et de gratitude envers Dieu pour cette rencontre extraordinaire, pour cette expérience inoubliable de prière et de foi. Je ne nierai pas que tous ces événements que j'ai vécus n'ont fait qu'approfondir ma foi. C'était comme si un vent frais s'engouffrait dans les fenêtres ouvertes de mon âme, intensifiant en moi le sentiment de prière et ravivant mon cœur tiède.

Étonnamment, maintenant, selon mes sentiments, je ressens la foi exactement comme lors de mes premiers mois d'entrée au temple, comme si je revivais l'expérience des premiers offices divins et de la prière...
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 22 Septembre 2021 à 10:27 | 0 commentaire | Permalien

Le Starets Serge: LA PRIÈRE
Extraits du livre de Jean-Claude Larchet "Le Starets Serge"

On demanda au starets Serge (Chevitch) : « Quand on commence à pratiquer la prière d’une façon continuelle, ne passe-t-on pas nécessairement par des difficultés psychologiques ?

- Les difficultés psychologiques ne sont pas inévitables. Il n’ya aucun danger si l’on a une profonde humilité et si l’on n’est pas impatient d’arriver tout de suite à des résultats et à plus forte raison à des merveilles. Mais dès que la moindre pointe d’orgueil survient, des troubles se manifestent. La pratique de la prière doit aller de pair avec une vie morale et spirituelle stricte. Elle est incompatible avec les passions.

L’homme qui voudrait pratiquer la prière tout en vivant dans le péché, notamment d’orgueil et d’impureté, court à la catastrophe. Ca peut même rapidement le conduire à la folie.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 16 Septembre 2021 à 09:20 | 0 commentaire | Permalien

UN MOLEBENE LE 5 SEPTEMBRE 2021 à 15H30 A, NANTERRE
Avec la bénédiction de Son Éminence Antoine, métropolite de Chersonèse et d'Europe occidentale Patriarcat de Moscou

Le diocèse de Chersonèse célèbrera
UN MOLEBENE DIMANCHE, LE 5 SEPTEMBRE 2021 à 15H30 A NANTERRE

Auprès des reliques de la Sainte patronne de la ville de Paris, Sainte Géneviève, née à Nanterre.

En souvenir affectueux du fondateur et directeur du Centre de pèlerinage, le prêtre Nicholas Nikichine, décédé le 18 avril 2021.

Depuis plus de 1.500 ans, Paris est sous la protection de sainte Geneviève qui, par ses prières et son courage, a sauvé plusieurs fois la capitale de la pandémie, de la famine et de la destruction.

En cette période difficile pour nous tous, les orthodoxes ont la possibilité de se recueillir et de prier devant ses reliques dans la cathédrale de Nanterre.

Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 3 Septembre 2021 à 06:43 | 0 commentaire | Permalien

En quelle année a eu lieu la Dormition de la Mère de Dieu ? Elle avait 82 ans.
La date de la Dormition de la Mère de Dieu est totalement inconnue. Cependant on peut la supposer.

L’évangéliste Luc, médecin et assistant de l’apôtre Paul s’est rendu à Jérusalem aux environs de l’an 60. Selon la tradition, c’est alors qu’il y a rencontré la Mère de Dieu et, à la demande de membres de nouvelles communautés chrétiennes, réalisé trois portraits de la Vierge.

Ensuite, Luc a accompagné le prisonnier Paul jusqu’à Rome. C’est à Rome que Luc a écrit le troisième Évangile qui renferme des indications précieuses pour nous sur l’Annonciation, la Nativité et la jeunesse de Jésus. Événements qui ne sont relatés que dans l’Évangile de Luc, ce qui tend à attester que l’Évangéliste a effectivement rencontré la Mère de Dieu, car c’est d’Elle seulement qu’il ne pouvait détenir tous ces détails.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 2 Septembre 2021 à 16:59 | 0 commentaire | Permalien

Dormition ou Assomption?
L'origine de la fête

Les premières mentions connus au sujet de célébrations de la Vierge Marie apparaissent au V-ème siècle au cours duquel se tint le troisième concile œcuménique (Ephèse, 351), qui établit la doctrine mariale de la chrétienté. Les premières célébration sont eu lieu à Jérusalem le 13 Août et ne mentionnaient pas spécifiquement la Dormition –c'était une fête en l'honneur de Marie, instrument de l'incarnation (Theotokos) et Mère de Dieu. L'empereur romain d'Orient Maurice (539 - 27 novembre602)) fixe la fête de la Dormition à la date du 15 août, probablement pour commémorer la consécration de l'église de la Panagia (la toute sainte) à l'emplacement de sa tombe à Gethsémani.

Chez les Orthodoxes la fête de la Dormition est précédée par les deux semaines du carême de la Dormition, instauréau VIIème siècle et précisé au X-ème sièclel; les Catholiques ne le suivent plus et, comme la majorité des Orthodoxes* suit le calendrier julien, ce carême commence pour eux le 14 août du calendrier civil…

* Il s'agit des Églises de Russie, Serbie, Géorgie et Jérusalem ainsi que des monastères du Mont Athos et du Sinaï, qui constituent de 70 à 80% des 250-300 million d'Orthodoxes du monde
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 27 Août 2021 à 09:48 | 14 commentaires | Permalien

Petite histoire de l'icône de Saint Séraphin de Sarov ( église St Séraphin de Sarov à Paris )
Jean Liamine

Voici donc la petite histoire de l’icône de Saint Séraphin de Sarov à Paris. Cette histoire est doublement miraculeuse: elle comprend deux épisodes intimement liés bien que distants de 80 ans.


Premier épisode

1922 en Russie, dans la ville d’Orel, la révolution bolchevique bat son plein. Zénaïde, jeune fille d’une vingtaine d’années, partage depuis plus de 2 ans la vie quotidienne des sœurs au monastère de la Présentation. Elle habite chez la supérieure, l’higoumènia Alexia (veuve Timacheff-Behring, née Polouektoff). Celle-ci a veillé à son éducation depuis la mort prématurée de la propre mère de ZénaÏde; elle est devenue en fait sa mère adoptive; matouchka Alexia a pour neveu Ivan Liamine, le promis de la jeune fille. Il y a déjà plusieurs années, en 1916, les deux jeunes gens s’étaient fiancés; mais les événements tragiques de la révolution les séparent, et Ivan se retrouve à Paris où il invite instamment Zénaïde à venir le rejoindre, afin de s’y marier comme ils en avaient fait le serment.

La jeune fille, qui ne se sent pas faite pour la vie monastique, accepte :elle part d’abord pour la Sibérie, à Tomsk (six jours de voyage dans un wagon à bestiaux), pour y faire ses adieux à son père. Son retour à Orel va durer plusieurs semaines : elle reste bloquée à Tcheliabinsk, son passeur à travers les lignes de l’armée rouge venant d’être fusillé; mais des amis retrouvés providentiellement l’aident à rejoindre le monastère d’Orel.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 1 Août 2021 à 08:36 | 6 commentaires | Permalien

Quelle joie que Vladimir soit devenu chrétien!
Père Sergey Kim

Saint Vladimir Égal aux Apôtres

Aujourd'hui nous commémorons Saint Vladimir, égal aux Apôtres , le Baptiseur de la Russie. Quelle joie qu'il soit devenu chrétien ! En effet, c'était une chose merveilleuse! Grâce à son choix, nous avons eu le droit d'oublier et nous avons le droit de ne pas nous souvenir de la vie païenne, de ne pas connaître ceux qui peuvent sacrifier des humains, même des enfants….

Quelle joie que Vladimir soit devenu chrétien! Et nous faisons confiance à son choix, car le riche, le prodigue, le cruel ne peut pas devenir tout d'un coup honnête, fidèle, attentif, si le Christ Maître n'avait pas vraiment bouleversé toute son son âme. Nous faisons confiance à son choix, considérant que c'était lui qui a été choisi d'en-haut.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 28 Juillet 2021 à 19:49 | 2 commentaires | Permalien

Sainte Grande Olga, taris tes larmes et ne pleure pas!
Père Sergey Kim né en 1982 a été ordonné prêtre le 12 février 2018 par Mgr Nestor, évêque de Chersonèse

Königin Helga est très proche de nous tous : nous connaissons tous son amour pour son mari, sa revanche sur la tribu des Drevlyans, sa conversion au christianisme.

La princesse Olga était originaire des Varègues, c'est-à-dire des Scandinaves, mais les Slaves actuels - les descendants des anciens Slaves - l'aiment toujours. Les amoureux de Byzance (ils sont moins nombreux chaque année) se réjouissent qu'elle ait été reçue à Constantinople par l'empereur Constantin Porphyrogénète. Il y a une fresque à l'ancienne basilique Sainte Sophie à Kiev, où ils sont représentés côte à côte.

Je m'intéresse à autre chose : comment a-t-elle vécu en tant que chrétienne dans un pays non-chrétien ? Kiev dans les années 950 était le cœur commercial de ce pays, et il y avait dit-on l'église Ilyinskaya.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 24 Juillet 2021 à 18:16 | 0 commentaire | Permalien

Père Théophore ANTOINE, fondateur de la Laure des GROTTES de KIEV
Notre Saint Père Antoine naquit en 983 à Lubetch, dans la région de Tchernigov, et reçut le nom d'Antipas au Saint Baptême.

Désirant depuis son plus jeune âge se consacrer à Dieu, il quitta sa patrie et, passant par Constantinople, il parvint sur la Sainte Montagne de l'Athos. Après avoir visité les Monastères, où la vie angélique des moines embrasa encore plus son coeur d'amour pour le Seigneur, il fut reçu au monastère d'Esphigménou et devint disciple de l'Higoumène Théoctiste, homme à la vertu éminente. Se faisant violence en tout pour observer les commandements à la perfection, Antoine faisait la joie des frères.
Au bout de quelques années, Théoctiste, à la suite d'une révélation divine, renvoya son disciple en Russie, en lui disant: « Antoine, va en Russie, afin d'y devenir un exemple et un guide pour le peuple. Que la bénédiction de la Sainte Montagne soit avec toi! »

Parvenu à Kiev, en 1013, il visita les Monastères de la ville, mais ne trouva pas l'endroit qu'il recherchait. Se dirigeant vers les collines voisines, il découvrit, à Berestovo, une grotte jadis creusée par les Varanges (ou Varègues)(1), et s'y installa pour y persévérer dans l'ascèse et la prière.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 23 Juillet 2021 à 13:30 | 0 commentaire | Permalien

Pèlerinage pour adorer la  tête de Sainte Marie-Madeleine
A la bienheureuse mémoire du fondateur et responsable du centre de pèlerinages le père Nicolas NIKICHINE, décédé le 18 avril 2021

Le samedi, 31 juillet 2021 le centre de pèlerinages PALOMNIK du diocèse de Chersonèse organise un pèlerinage pour adorer la vénérable tête de Sainte Marie-Madeleine, Apôtre des Apôtres, dans la ville de Saint Maximin

Pèlerinage conduit par :l’Archiprêtre André ELYSEEV de la Cathédrale Saint-Nicolas à Nice


Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 22 Juillet 2021 à 10:35 | 2 commentaires | Permalien

Traduction Elena Tastevin

Le numéro 82 de « Pravda », journal moscovite du parti communiste russe, en date du 16 avril 1919 a publié le procès-verbal de l’exhumation des reliques de Saint Serge de Radonège. Ce sacrilège a eu lieu le 11 avril 1919. L’article était intitulé « Saints miracles ».

Le procès-verbal de l’exhumation était un document officiel. Il commence par la liste des personnes présentes. Elles sont toutes des bolcheviks, des membres de la « commission technique chargée de l’autopsie », et des médecins (Y.Gvozdikova et I.Popova, docteurs ès sciences médicales) ainsi que des prêtres.

A 20h50 précises, sur l’ordre du finnois Vankhanen, président du comité exécutif de Serguiev Possad, l’hiéromoine Jean et l’higoumène de la Laure furent obligés, le revolver sur la nuque, de desceller la tombe de l’un des saints les plus vénérés de l’Eglise. Pendant deux heures ils démêlaient les linceuls des reliques de Saint Serge qui 500 ans auparavant avait béni le peuple russe pour le combat avec le joug tatar au nom du salut et de l’union de la Russie.orthodoxe.

Rédigé par Parlons d'orthodoxie le 18 Juillet 2021 à 14:05 | -3 commentaire | Permalien

Père Nikolaï Tikhonchuk: Homélie "Notre prière pour les autres..."
Quatrième dimanche après la Pentecôte

Chers frères et sœurs !

Tout à l’heure nous avons entendu l’Evangile selon saint Matthieu où un officier romain est venu pour demander à Jésus de guérir son serviteur malade. Jésus lui dit : « Je vais aller le guérir », mais l’officier lui répond que Jésus n’a pas à venir chez lui, qu’il n’est pas digne de l’accueillir dans sa maison, mais que Jésus a le pouvoir d’ordonner la guérison du serviteur, tout comme lui-même, le centurion, donne des ordres à ses serviteurs, ses subordonnés : « Dis seulement un mot et mon serviteur sera guéri », - dit-il. Jésus est très étonné de la foi de cet homme et, s’adressant à ses disciples et aux gens autour de Lui, Il dit : « En vérité, je vous le déclare, chez personne en Israël je n’ai trouvé une telle foi ». Puis Il s’adresse au Centurion : « Rentre chez toi ! Qu’il te soit fait comme tu as cru. » Et sur le chemin le serviteur fut guéri.

Qu’y a-t-il de si étonnant dans les paroles du Centurion que Jésus le félicite pour sa foi en montrant son acte de foi au-delà de tout Israël ?
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 18 Juillet 2021 à 09:14 | 0 commentaire | Permalien

Le Starets Serge « Vivre au jour le jour »
Extraits du livre de Jean-Claude Larchet "Le Starets Serge"

« Le détachement doit s’exercer vis-à-vis du présent, mais aussi de l’avenir et du passé. De là le conseil fréquemment donné par le Starets, de « vivre au jour le jour ».

Pour établir et entretenir cet état d’esprit, il recommande de prendre l’habitude de commencer chaque journée sans regarder en arrière et sans penser au lendemain, comme si elle était entièrement nouvelle et comme si c’était la seule que l’on eût devant soi.

D’une part, il ne faut pas s’inquiéter pour l’avenir : d’abord par ces craintes, on ne peut rien changer (l’enseignement du starets est ici axé sur l’enseignement du Christ dans l’Evangile, Lc, 22-31)

Ensuite, en se projetant dans l’avenir, on s’éloigne du présent et on risque de passer toute son existence à le négliger. Le Starets ne pousse pas pour autant à l’imprévision. Il affirme en même temps qu’ « il faut préparer l’avenir ».
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 15 Juillet 2021 à 04:12 | 0 commentaire | Permalien

Saint Jean Baptiste
Dans le christianisme, Jean le Baptiste est le prophète qui a annoncé la venue de Jésus de Nazareth. Il l'a baptisé sur les bords du Jourdain, laissant certains de ses disciples se joindre à lui. Précurseur du Messie, il est donc présenté dans les synoptiques comme partageant beaucoup de traits avec le prophète Élie, ce qu'il n'est pas dans l'Évangile selon Jean

par Xenia Krivocheine

L'histoire de la tête de Saint Jean Baptiste à Amiens est riche en péripéties tragiques, elle s'étale sur plusieurs siècles. Au cours des deux derniers millénaires elle a à plusieurs reprises disparu pour resurgir à nouveau. L'infâme Hérodiade avait enseveli la tête de saint Jean dans son verger tandis qu'elle rendit son corps aux disciples du martyr.

Des flots de pèlerins se mirent à affluer en Terre Sainte pour y vénérer la Sainte Croix et le Saint Sépulcre sous le règne de l'empereur Constantin et de sa mère Hélène. Une fois deux moines venus en pèlerinage virent en songe l'endroit où reposait la tête de St Jean.

Effectivement, les deux frères découvrirent la relique dans l'ancien verger du roi Hérode. Ils mirent la tête dans un sac et s'en allèrent à la recherche d'un travail. Chemin faisant un troisième compagnon se joignit à eux, c'était un potier. Fatigués de porter leur fardeau les deux moines le lui confièrent et ordonnèrent de ne pas essayer de regarder le contenu du sac.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 7 Juillet 2021 à 09:00 | 19 commentaires | Permalien

Un extrait du livre de l’archiprêtre Boris Stark « Toute ma vie est un miracle »
Boris Georgevich Stark (1909-1996 ) était un missionnaire et un prêtre russe. Né le 15 juillet 1909 à Kronstadt, en Russie. Son père était l'amiral Georgy Karlovich Stark, commandant de la flotte sibérienne, émigré en France en 1922. Boris rejoignit son père à Paris en 1925, à l'âge de seize ans. Le père Boris était le fils spirituel du métropolite Euloge. Il a toujours rêvé de revenir en Russie. En 1952 son rêve s'est réalisé: il est décédé en 1996 étant recteur de l'une des grandes paroisses de Yaroslavl. Un volume de 800 pages de ses mémoires à été édité après son décès. Il y raconte ses rencontres avec des émigrés éminents.

En voici un court extrait consacré aux autres confessions chrétiennes

"Mes parents m’ont baptisé orthodoxe. J’ai à l’égard des catholiques, des protestants, des autres croyants une attitude fraternelle. Je ne me lasse pas de répéter que mon idéal est « le curé de campagne ». Pour toute ma vie je me suis souvenu des vers d’Alexandre Blok « Mon âme se réjouit de tout être vivant, de chaque bébé grenouille, ce sont à mes yeux des sujets et non seulement des « objets ».
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 17 Juin 2021 à 08:48 | Permalien

Père Anton Odaysky: Saint Luc de Crimée "L'EXPLOIT DE TOUTE UNE VIE"
Les 18 mars et 11 juin nous commémorons Saint Luc de Crimée, archevêque de Simferopol né Valentin Felixovitch Voïno-Iassenetski

Collection Cerf Patrimoines

Saint Luc de Crimée (Voïno-Iassenetski) : un médecin qui soignait des gens ordinaires, parmi lesquels beaucoup peuvent encore témoigner ; un professeur qui donnait des cours à des étudiants aujourd'hui devenus médecins.

Un détenu politique qui connut l'exil, la prison, les tortures et fut lauréat du prix Staline. Un chirurgien et un prêcheur de talent, qui parfois hésitait entre ces deux vocations, médicale et sacerdotale.

Au début de la Seconde Guerre mondiale, il envoie un télégramme personnel au Président du præsidium du Soviet suprême Mikhaïl Kalinine, dans lequel il demande à pouvoir soigner les soldats blessés au combat et il se dit prêt à repartir en exil à la fin de la guerre.

Un chrétien doué d'une énorme force de volonté, d'honnêteté, de foi intrépide, et qui cependant n'évita pas de sérieuses erreurs sur son chemin. Un être pleinement humain. Un pasteur. Un savant. Un saint.

L'archevêque Luc a été canonisé en 2000.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 12 Juin 2021 à 13:27 | -1 commentaire | Permalien

1 2 3 4 5 » ... 25


Recherche



Derniers commentaires


RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile