Le patriarcat de Moscou étudie la possibilité d’ouvrir de nouvelles paroisses à l’étranger, là où ses fidèles se trouvent privés de communion du fait de la rupture avec l’Église de Constantinople.

L’archiprêtre Nicolas Balashov, vice-président du Département synodal aux relations ecclésiales extérieures, a déclaré à Interfax : « La suspension des relations du patriarcat de Moscou avec celui de Constantinople en raison des activités anti-canoniques de ce dernier à propos de l’Église en Ukraine, conduit l’Église russe à accentuer ses efforts pour répondre aux besoins spirituels de ses fidèles de la diaspora. »

Il a également indiqué que la direction du patriarcat de Moscou aux institutions étrangères étudie actuellement les demandes émanant de différents points du monde où des fidèles de l’Église orthodoxe russe fréquentaient jusqu’à présent des paroisses sous juridiction de Constantinople.

Le père Nicolas Balashov a ajouté que « l’objectif est d’ouvrir dans les meilleurs délais des paroisses de l’Église orthodoxe russe (…) avant tout dans les pays qui ne sont pas sous juridiction d’une Église orthodoxe locale. »

Moscou, 6 novembre 2018. INTERFAX Trad PO

РПЦ рассматривает вопрос открытия дополнительных приходов за границей для своих верующих на фоне разрыва с Константинополем

Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 8 Novembre 2018 à 16:53 | 10 commentaires | Permalien


Commentaires

1.Posté par Vladimir.G: nécessite d'assurer la pastorale de ses fidèles dispersés dans la diaspora le 09/11/2018 10:17
Décision logique dans le cadre de la doctrine officielle de l'Église russe, qui justifie sa présence en dehors de ses frontières traditionnelles par la nécessite d'assurer la pastorale de ses fidèles dispersés dans la diaspora.

On peut penser que c'est en France que cette action s'effectuera en priorité car "l'Archevêché des Églises orthodoxes de Tradition Russe en Europe occidentale", qui dépend de Constantinople et regroupe beaucoup plus de paroisses que le diocèse de Chersonèse (Moscou), attire de nombreux fidèles de tradition russe; de plus, l'Église russe dispose en France du vivier de prêtres que constitue le séminaire d'Épinay... Cela

2.Posté par Tchetnik:en expansion comme un cimetière. le 09/11/2018 14:41
L'EORHF est tellement "dynamique" en France que la paroisse de Pau tombe en ruine et que celle de menton attend toujours un prêtre permanent, avec deux dames en fourrure et trois golden boys. Elle est tellement dynamique en Suisse que la cathédrale de Genève a dû augmenter les prix des cierges et des prosphores vu que l'argent ne rentrait plus et que, conjointement à l'église de Vevey, elle a du mendier des subventions aux cantons pour ne pas obliger les quelques fidèles qui y viennent à porter de vieux casques de l'armée pour ne pas se prendre des morceaux qui tombent.

3.Posté par По просьбе русских верующих le 12/11/2018 13:18
Патриарх Кирилл направил за границу первого священника в ответ на действия Константинополя

В минувшее воскресенье в храме Константина и Елены на территории летней резиденции генконсульства Россиии в Стамбуле по благословению патриарха Кирилла была отслужена литургия, которую совершил назначенный патриаршим указом исполняющий обязанности настоятеля храма священник Георгий Сергеев.

4.Posté par justine le 12/11/2018 13:45

5.Posté par Gueorguy le 12/11/2018 15:00
@4 - Justine.

Il faut ajouter le message très diplomatique - C'est le moins qu'on puisse dire - de cette décision.

Il faut lire le texte précis. Le prêtre est nommé pour desservir l'Eglise qui se trouve sur le territoire de l'ambassade de Russie en Turquie. Par conséquent, selon les normes reconnues par tous, sur le territoire de la Fédération de Russie et, donc, sur le territoire canonique de l'Eglise de Russie.

D'autres ne se sont pas embarrassés de telles précautions et se sont implantés sur le territoire canonique d'une autre église.

6.Posté par Alexandre de LaCerda le 12/11/2018 17:37
Tchetnik : "la paroisse de Pau tombe en ruine" ? C'est une mauvaise plaisanterie, vous devez confondre avec l'église de Biarritz. Notre paroisse se porte à merveille, comme en témoigne la magnifique liturgie célébrée hier devant une assemblée de fidèles considérablement rajeunie, par le Père Nicolas (Rehbinder) qui a littéralement "dynamisé" la paroisse, rétabli les cours de catéchisme pour les jeunes et aidé à la reformation du chœur avec l'aide de sœur Vivea (toujours "cap et tout" comme on dit en gascon !) Après la liturgie, comme à l'habitude, des agapes avec toasts (dont celui que j'ai eu le plaisir de prononcer pour rappeler la mémoire des soldats russes tombés pendant la Grande Guerre et l'engagement conséquent de l'Empire russe dès le début de la guerre de 14 qui avait préservé Paris de l'entrée des Allemands et permis, en partie, le « miracle de la Marne », en attendant l'offensive Broussilov en 1916.

7.Posté par Tchetnik le 13/11/2018 13:14
@Alexandre

Vous avez donc réussi à faire tous les travaux qui s'imposaient? Il y avait plus d'humidité que de vêtements liturgiques et suffisamment de salpêtre sur les murs pour fournir la Grande Armée en poudre à canon.
PUBLIÉ LE 12 MARS 2013


http://www.larepubliquedespyrenees.fr/2013/03/12/des-travaux-d-urgence-effectues-a-l-eglise-orthodoxe,1121596.php

8.Posté par justine le 13/11/2018 18:31
A Gueorguy: Vous faites bien de le souligner! C'est en effet un message très subtil de la part de 'Eglise de Russie à l'adresse des brigands qu'on sait.

9.Posté par Alexandre de LaCerda le 13/11/2018 20:35
Tchetnik : il y a belle lurette que non seulement les travaux ont été effectués, mais en plus le sol de l'église a été entièrement refait en carreaux. En revanche, il reste à rénover la maison qui se trouve dans le jardin, où nous avons coutume de nous réunir et organiser les agapes fraternelles après chaque liturgie, bien que RdC avec la salle de réunions et la cuisine soient acceptables. Mais je souhaite à beaucoup de paroisses une gestion aussi attentionnée et rigoureuse que celle de la famille Pochitaloff !

En revanche Biarritz tombe hélas en quenouille (à l'image du diocèse de la rue Daru, au moins sur le plan doctrinal et moral…).

10.Posté par Tchetnik le 13/11/2018 22:01
@Alexandre

Tellement "attentionnée et rigoureuse" qu'il a fallu attendre des décennies pour que des travaux soient - enfin - faits et que - comme de coutume - il a fallu mendier des subsides auprès de l'état républicain pour ce faire. On vit une époque formidable.

11.Posté par Alexandre de LaCerda le 13/11/2018 23:02
Ecoutez, je ne suis pas qualifié pour vous répondre sur la provenance des dits subsides, mais l'essentiel est que les travaux ont été faits, contrairement à l'église de Biarritz qui est en train de s'écrouler, et nous avons eu de très bons prêtres depuis des années, il règne un très bon esprit dans notre paroisse, et au lieu d'affabuler, vous feriez mieux de venir un jour participer sur place à la liturgie et aux agapes qui suivent, vous vous rendriez ainsi compte de la réalité sur le terrain. Adishatz, boune nueyt et heit beroye, comme on dit en gascon/béarnais…

12.Posté par Tchetnik le 14/11/2018 07:33
@Alexandre

Aucune affabulation, rien que le constat du réel.

Entre parenthèses, vu que la paroisse de Pau appartient à l'EORHF je ne savais pas que le P. Rehbinder en faisait désormais partie. Quant aux "bons prêtres" depuis des années", la formulation est maladroite car une paroisse qui va bien n'a pas de "bons prêtres" mais un seul prêtre à demeure. Pas des bouche-trou qui font le voyage depuis Genève...

13.Posté par Vladimir.G: un excellent pasteur... le 14/11/2018 10:56
Je vous félicite, bien cher Alexandre, de bénéficier de la pastorale du père Nicolas, que vous aviez évidemment connu à Biarritz. J'espère que vous allez le garder comme recteur, mais cela signifierais que vous quittiez le diocèse de Genève ou bien le père Nicolas lui est "prêté" car il manque cruellement de prêtres?

Pour ce qui est des subventions, il me semble tout à fait normal que nos associations cultuelles en bénéficient quand elles le peuvent (nous payons tous des impôts !) D'ailleurs Biarritz doit en bénéficier après le classement de l'église...

14.Posté par Vladimir.G: Commencer par Istanbul est très symbolique le 14/11/2018 11:08
Bien chers Gueorguy et Justine,

Vous avez bien raison de souligner cette subtilité diplomatique. Commencer par Istanbul est très symbolique et d'autant plus remarquable qu'il y a las-bas une paroisse de tradition russe (ou deux?) pour la communauté russe locale qui est desservie par un prêtre de Moscou en accord avec Constantinople. Et il me semble qu'il y d'autres en Turquie (Antalya?)...

Nouveau commentaire :



Recherche



Derniers commentaires


RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile