Un appel au Patriarche de Moscou et de toute la Russie Cyrille à propos de la présence d’une image de Joseph Staline dans l'église principale des Forces armées de la Fédération de Russie
Votre Sainteté !

En 2020, dans le quartier Odintsovo de la région de Moscou, un temple-monument consacré à la Résurrection du Christ, le temple principal des Forces armées de la Fédération de Russie, devrait être inauguré.

De nombreuses sources, nous avons appris que dans ce temple apparaîtra la représentation d'un portrait de Joseph Staline porté par les participants au défilé de la victoire sur la place Rouge à Moscou. Malgré le fait que cette image ne soit pas une icône, l'apparition même du portrait de Staline dans l'Église de Dieu, dans un contexte complètement positif et glorifiant, deviendra une tentation pénible pour de nombreux croyants en Russie et dans d'autres pays.

Staline était le chef d'un parti politique qui professait l'athéisme militante, il a lancé des répressions anti-religieuses massives. Au cours des décennies de son règne - et avec son consentement - de nombreuses personnes innocentes ont été soumises aux tourments et à la mort, notamment des évêques, des prêtres et des laïcs de l'Église orthodoxe russe. La plupart des églises et des monastères ont été détruits ou fermés.


De nombreuses victimes des persécutions staliniennes ont été canonisées et vénérées en tant que nouveaux martyrs et confesseurs de l'Église russe. Par conséquent, l'apparition du portrait de Staline dans une église orthodoxe serait une manifestation de négligence flagrante à l’égard des chrétiens orthodoxes qui ont témoigné de leur fidélité au Christ et ont subi de graves tourments et la mort pour Lui.

Pendant son règne, Staline a mis en place un véritable culte de sa personnalité et il a reçu des honneurs qui ne peuvent que concerner notre Seigneur Jésus-Christ lui-même. Dans la doctrine orthodoxe, une personne qui prétend à la gloire, à l'adoration, à des 'actions de grâce et à la dévotion est perçue comme l'Antéchrist – un faux Christ , qui est l'un des « nombreux Antéchrist »' mentionnés par le saint apôtre Jean le Théologien (1 Jean 2:18).

Par conséquent, toute image positive de Staline dans une église orthodoxe est inévitablement perçue par les chrétiens orthodoxes comme blasphématoire et antichrétienne. Rien d’étonnant à ce que cette image a déjà provoqué un scandale médiatique international.

Il est évident que l'image de Staline dans l'église principale des Forces armées de la Fédération Russie permettra aux opposants à l'Église orthodoxe russe de l'accuser de s'écarter de la foi chrétienne et sapera inévitablement sa position dans le dialogue avec d'autres Églises locales.

Dans l'histoire de la Russie, il y a eu suffisamment de commandants qualifiés et de guerriers héroïques qui, contrairement à Staline, ne se souillaient pas de crimes contre l'Église. La glorification des adorateurs et des persécuteurs du christianisme est inappropriée dans n'importe quel contexte – surtout celui l'Eglise. Tous les dirigeants du Parti communiste, à un degré ou à un autre impliqués dans la terreur contre l’Eglise, à commencer par Lénine, Trotski et Staline, peuvent être représentés dans les églises orthodoxes exclusivement comme des persécuteurs de la foi chrétienne, comme ils étaient représentés dans l'iconographie traditionnelle.

Compte tenu de tout ce qui vient d’être dit nous sollicitons humblement et profondément Votre Sainteté de prendre des mesures pour surmonter cette grave tentation et interdire l'image de Staline dans l'église de la Résurrection du Christ, l'église principale des Forces armées de Russie.

3 mai 2020, MOSCOU

Lien "Radonezh" en russe Открытое обращение к Патриарху Московскому и всея Руси Кириллу в связи с изображением И.В.Сталина в Главном храме Вооруженных сил России Traduction "PO"

SIGNATAIRES:

- Alekseev Sergey Viktorovich, docteur ès sciences historiques, professeur, rédacteur en chef de l'almanach annuel «Historical Review».

- Aksyuchits Viktor Vladimirovich, homme politique, publiciste

- Antonov Konstantin Mikhailovich, docteur en philosophie, professeur, responsable du département de philosophie et d'études religieuses de la faculté de théologie de PSTGU.

- Atayev Arthur Viktorovich, candidat ès sciences politiques, professeur agrégé du GIEC, vice secrétaire du SRNA .

- Bolshakov Maxim Vladimirovich , rédacteur en chef de la revue "Orthodox Book Review".

- Volodikhin Dmitry Mikhailovich , docteur ès sciences historiques, professeur, lauréat du prix littéraire patriarcal, lauréat du prix présidentiel dans le domaine de l'éducation, membre de la présence intercommunale de l'Église orthodoxe russe.

- Grill Philip Alexandrovich , publiciste.

- Eliseev Gleb Anatolyevich, candidat ès sciences historiques, membre du comité de rédaction de la revue "Historical Review".

- Eliseeva Olga Igorevna, candidate ès sciences historiques, professeure agrégée au Département d'histoire et d'études archivistiques de l' Institut d'État de la cinématographie de Moscou .

- Esaulov Ivan Andreevich, docteur en philologie, professeur à l'Institut littéraire Gorki et directeur du Centre d'études littéraires de l'Université orthodoxe russe de Saint-Jean le théologien.

- Zalessky Konstantin Aleksandrovich, historien, professeur émérite de l'Académie européenne des sciences naturelles (Hanovre), vice-président de l'Association des historiens de la Seconde Guerre mondiale Rzeshevsky, lauréat du Prix du Journal de Moscou.

- Zalesskaya Maria Kirillovna, écrivain, rédactrice en chef adjointe de la maison d'édition "Young Guard", lauréate du prix du magazine "Moscou", prix international eurasien.

- Ivanishko Igor Viktorovich, expert religieux du Ministère de la justice de la Fédération de Russie, maître de conférences au Département du droit pénal.

- Irtenina Natalya Valerievna, écrivaine, publiciste, lauréate des concours littéraires de l'Eglise "Les Lumières à travers un livre" et "Nouvelle bibliothèque".

- Alexander A. Korshikov, directeur adjoint de l'École orthodoxe missionnaire, missionnaire principal de la cathédrale de l'Épiphanie à Moscou.

- Andrei Kostryukov, docteur ès sciences historiques, chercheur principal du département de recherche sur l'histoire récente de l'Église orthodoxe russe. Membre du Conseil d'experts de la Commission supérieure de certification du Ministère de l'éducation et des sciences de la Fédération de Russie sur la théologie .

- Kot Yuri Vladimirovich, attaché de presse du Conseil national mondial russe.

- Krivochéine Nikita Igorevich , traducteur, écrivain.

- Krivochéine Xenia Igorevna , publiciste.

- Kublanovsky Yuri Mikhailovich, poète, écrivain, membre du Conseil patriarcal pour la culture.

- Lavrov Vladimir Mikhailovich, docteur ès sciences historiques, professeur, chercheur en chef à l'Institut d'histoire russe de l'Académie russe des sciences, professeur au Séminaire théologique orthodoxe de Nikolo-Ugreshsky.

- Lidov Alexey Mikhailovich, critique d'art, académicien de l'Académie russe des arts, chef du département de l'Institut de la culture mondiale, Université d'État de Moscou M.V.Lomonosov, directeur du Centre scientifique de la culture chrétienne orientale.

- Mahler Arkady Markovich , Maître de conférences au Département de philosophie, GAUGN, chef de la Katekhon Intellectual Club, membre de la Commission théologique biblique synodale et présence intercommunale de l'Église orthodoxe russe.

- Elena Mahler , chercheuse en histoire de la philosophie russe, responsable adjointe du club orthodoxe Katekhon, organisatrice de la salle de conférence Trinity Church sur les collines Sparrow et de l'Université d'État de Moscou, chef de la société missionnaire orthodoxe Southern Cross, représentante du diocèse argentin et sud-américain de l'Église orthodoxe russe en Russie.

- Minakov Arkady Yuryevich, docteur en sciences historiques, professeur au département d'histoire de l'Université d'État de Voronej, directeur de la bibliothèque de l'université d'État de Voronej.

- Muzafarov Alexander Azizovich , historien, écrivain.

- Multatuli Petr Valentinovich, candidat en sciences historiques, chargé de cours au Département d'histoire et d'études archivistiques historiques de l'Institut d'État de la cinématographie de Moscou

- Mikhail S. Nasonov, président du Département des relations de l'Église avec la société et les médias du diocèse de Kurgan, membre de l’Assemblée intercommunale de l'Église orthodoxe russe.

- Evgeny Konstantinovich Nikiforov , président de la Radonezh Spiritual-Educational Society, membre de l’Assemblée intercommunale de l'Église orthodoxe russe.

- Mikhail Povalyaev, fondateur de l'Université Dmitry Pozharsky, directeur adjoint de l'école Filippovskaya.

- Razumovsky Felix Veljevich, historien, journaliste de télévision, animateur de l'émission de télévision "Qui sommes-nous?" sur la chaîne "Culture".

- Leonid Petrovich Reshetnikov, candidat aux sciences historiques, lieutenant-général, vice-président de la Société pour le développement de l'enseignement historique russe "Aigle bicéphale".

- Ekaterina Petrovna Orlova, rédactrice en chef du site Web du Monastic Herald du Département synodal des monastères et du monachisme, rédactrice en chef du site Danilov «Paroissien», membre de l’Assemblée interconseil de l'Église orthodoxe russe.

- Solodkov Andrey Ivanovich , professeur d'études sectaires et d'histoire des religions à l'Université orthodoxe russe de Saint-Jean le Théologien et au Séminaire théologique orthodoxe Perervinsky.

- Smolin Mikhail Borisovich, candidat en sciences historiques, rédacteur en chef de la revue "Imperial Renaissance, rédacteur en chef adjoint de la chaîne Tsargrad-TV.

- Khandorin Vladimir Gennadievich, docteur en sciences historiques, professeur, département d'histoire russe et d'études archivistiques, PSTGU.

- Kholmogorov Egor Stanislavovich , politologue, publiciste, chroniqueur pour la chaîne de télévision Tsargrad-TV.

- Khoudiev Sergey Lvovich , publiciste, animateur de radio, membre de l’Assemblée intercommunale de l'Église orthodoxe russe.

- Chudinova Elena Petrovna , écrivain, dramaturge, publiciste.

- Shafalinov Vladislav Anatolevich , docteur en sciences médicales.

Un appel au Patriarche de Moscou et de toute la Russie Cyrille à propos de la présence d’une image de Joseph Staline dans l'église principale des Forces armées de la Fédération de Russie

Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 10 Mai 2020 à 17:55 | 6 commentaires | Permalien


Commentaires

1.Posté par Tchetnik le 04/05/2020 09:12 (depuis mobile)
Il est évident que se telles représentations, même si elles ne sont pas à vénérer, sont plus que contradictoires.

Il existe d'autres possibilités de rendre hommage aux combattants de la Grande Guerre Patriotique sans pour autant mélanger les genres.

2.Posté par Motovilov le 04/05/2020 11:34
Si Staline n'a pas à être représenté sur une fresque dans une église ou une cathédrale orthodoxe pour des raisons plus qu'évidentes, cela est également valable pour Poutine ou des militaires en armes de l'armée russe. Tout cela est profondément scandaleux et choquant.


Le patriarche de Moscou était-il d'avance au courant de ces fresques aussi laides que blasphématoires ?

3.Posté par Alexandre le 04/05/2020 17:42
Quelle joie immense de lire cet appel actuel au Patriarche Kirill, écrit et signé par des Russes ! Cela en dit long sur le réveil de la foi et de la conscience ecclésiale de la Russie contemporaine ainsi que sur le retour d’une certaine liberté de parole au service de la vérité. Oui l’Église russe doit unir dans la foi au Christ le peuple et ses forces armées au service de la civilisation chrétienne : c’est le devoir de la 3ème Rome, mais bien entendu non, l’Église russe ne doit pas servir les intérêts de l’État ni amener le peuple à se soumettre aux pouvoirs civils et c’est ainsi que les signataires disent fort justement : "La glorification des adorateurs et des persécuteurs du christianisme est inappropriée dans n'importe quel contexte – surtout celui de l'Eglise".

Depuis le grand concile de 1917 qui a rétabli le patriarcat, aboli par Pierre le Grand, l’Église russe n’est restée libre que pendant 10 ans (avant elle était au service de l’empire chrétien tsariste, après au service de l’empire antichrétien soviétique).

C’est Staline en personne qui a recréé le patriarcat en 1943 et évidemment on mesure la difficulté pour l’actuel patriarche Kirill, qui en est issu (ayant été ordonné évêque en 1976 par le métropolite Nicodème de Leningrad) de naviguer dans cette contradiction dénoncée par le Christ, à savoir que nul ne peut servir deux maîtres. J’ajouterais en forme d’anecdote avoir toujours été surpris de la vénération d’un chef aussi nul que Staline, largement responsable à mon avis des vingt millions de morts de la guerre patriotique : j’étais dans une électritchka dans la banlieue de Moscou lorsque mon vis-à-vis me demanda ce que je lisais, c’était "l’URSS de la révolution à la mort de Staline" de H. Carrère d’Encausse. Je lui posai la question et il s’ensuivit une sacrée discussion dans le wagon, car il était un communiste pur et dur, mais il en reste beaucoup en Russie où des générations entières ont été façonnées dans le mensonge d’État. Finalement la société de consommation occidentale et la civilisation communiste seront parvenues à ce même résultat de l’affaiblissement de la foi et de l’abaissement de l’Église. Mais dans les deux cas la foi refleurit car les racines sont vivaces. J’en profite pour renouveler mon appel à qui veut lire gratuitement : "Les racines orthodoxes de l’Occident" (histoire de l’Église indivise du premier millénaire), un article synthétique et illustré de 50 pages ; adressez-vous à hwopeiphu@gmail.com et merci à PO pour m’avoir déjà permis cette diffusion, purement historique.

4.Posté par Gueorguy le 05/05/2020 11:39
@3 - Alexandre
Pardon de réagir en marge du sujet proposé et qui fort souhaitable; à savoir l'appel à faire disparaitre l'image de Staline de l'enceinte d'une église). Je ne voudrais pas détourner le sujet mais apporter deux amendements indispensables:
1/ Alexandre écrit: "Depuis le grand concile de 1917 qui a rétabli le patriarcat, aboli par Pierre le Grand, l’Église russe n’est restée libre que pendant 10 ans..".
Il faudrait préciser à quelles dix années Alexandre fait allusion. Peut-être évoque-t-il un certaine liberté à la période soviétique. Je serais reconnaissant à Alexandre d'apporter cette précision. Car si l'on prend en compte la période qui débute en 1917 et qui coure jusqu'à aujourd'hui, on ne peut qu'admettre la très grande liberté de l'Eglise en Russie, depuis la fin de la période soviétique. Personnellement, j'aime situer, symboliquement, cette date à la fête de la Transfiguration, en 1991, le jour du fameux putsch manqué de cet été-là. J'avais évoqué, il y a quelques années, un témoignage à ce sujet (mentionné dans ce lien ci-dessous). Hormis les dix ans que mentionne Alexandre, nous avons là 20 ans de liberté de l'Eglise russe. Et donc, en tout, bien plus que 10 ans.
2/ Alexandre écrit, ensuite: « @3 - Alexandre
Pardon de réagir en marge du sujet proposé et qui fort souhaitable; à savoir l'appel à faire disparaitre l'image de Staline de l'enceinte d'une église). Je ne voudrais pas détourner le sujet mais apporter deux amendements indispensables:
1/ Alexandre écrit: "Depuis le grand concile de 1917 qui a rétabli le patriarcat, aboli par Pierre le Grand, l’Église russe n’est restée libre que pendant 10 ans..".
Il faudrait préciser à quelles dix années Alexandre fait allusion. Peut-être évoque-t-il une certaine liberté à la période soviétique. Je serais reconnaissant à Alexandre d'apporter cette précision. Car si l'on prend en compte la période qui débute en 1917 et qui coure jusqu'à aujourd'hui, on ne peut qu'admettre la très grande liberté de l'Eglise en Russie, depuis la fin de la période soviétique. Personnellement, j'aime situer, symboliquement, cette date à la fête de la Transfiguration, en 1991, le jour du fameux putsch manqué de cet été-là. J'avais évoqué, il y a quelques années, un témoignage à ce sujet (mentionné dans ce lien ci-dessous). Hormis les dix ans que mentionne Alexandre, nous avons là 20 ans de liberté de l'Eglise russe. Et donc, en tout, bien plus que 10 ans.
2/ Alexandre écrit, ensuite: « C’est Staline en personne qui a recréé le patriarcat en 1943 et évidemment on mesure la difficulté pour l’actuel patriarche Kirill, qui en est issu (ayant été ordonné évêque en 1976 par le métropolite Nicodème de Leningrad) de naviguer dans cette contradiction dénoncée par le Christ, à savoir que nul ne peut servir deux maîtres. ». Je reprends la citation complète de la phrase mais je pointe, surtout, sur la première allégation.
NON, NON et NON… Staline n’a recrée aucun patriarcat en 1943. C’est une déformation de la réalité. Le patriarcat de Moscou a été restauré lors du Concile de 1917-18 et c’est, d’ailleurs, l’œuvre la plus symbolique et la plus achevée de ce concile. On oublie trop que ce Concile, par cette décision, au-delà de la restauration du trône patriarcal a restauré l’autorité de l’Eglise sur l’Eglise. Malheureusement, cette décision a subi la tragique obstruction du pouvoir soviétique, justement sous la houlette de Staline ; sans surtout oublier le terrible martyre qu’il lui fit subir et qui rend vraiment insupportable une quelconque allusion à son existence, déjà, dans l’enceinte d’une cathédrale. Mais pour rester sur le point abordé ici, celui qui succéda au Saint Patriarche Tikhon, le métropolite Serge fut interdit de prendre le titre de patriarche et resta le locum tenens du trône patriarcal (c’est dire que le patriarcat existait mais était vacant). En 1943, pour des motivations qui n’avaient rien à voir avec une quelconque volonté réelle de libérer l’Eglise, Staline autorisa le métropolite Serge à prendre le titre le patriarche. Mgr Hilarion dans son texte remarquable sur Staline (https://www.pravmir.ru/mitropolit-ilarion-alfeev-stalin-byil-chudovishhem-duhovnyim-urodom) donne l’explication d’une démarche intéressée de plaire aux alliés anglo-saxons. J’ai toujours entendu une autre explication qui n’est pas moins valable. Voulant susciter un élan patriotique, Staline fit rouvrir de nombreux édifices religieux et autorisa, dans ce dessein, le métropolite Serge a retrouvé le titre de Patriarche. De toutes façons, il est impossible d’affirmer que Staline a recrée le patriarcat en 1943. C’est une affirmation qui est, parfois, distillée par nombre de détracteurs de l’Eglise russe. Malencontreusement, Alexandre dans la suite de sa phrase, semble « tomber dans le panneau » car, en réalité, je perçois plus de maladresse dans son allégation qu’une réelle intention de nuire. Et la suite de sa phrase continue, tout aussi malheureusement, sur cette lancée en croyant percevoir, une quelconque dette envers Staline, du moins envers l’Etat, de la part du Patriarche Cyrille, pour expliquer la réticence de ce dernier à faire retirer cette mosaïque insensée.

5.Posté par Alexandre le 05/05/2020 18:25
Précisions pour Gueorguy
Merci tout d’abord d’avoir pris la peine de me lire. Je vais tenter d’éclaircir mon post. L’Eglise russe est restée libre de 1917 à 1927, date à laquelle l’archevêque Serge Stragorodsky signe l’acte d’allégeance à l’Etat bolchevik. Comme vous le dites le "métropolite Serge fut interdit de prendre le titre de patriarche et resta le locum tenens du trône patriarcal".

On peut préciser qu’il n’était alors que le remplaçant du locum tenens (le véritable locum tenens, Pierre, croupissant au Goulag pour n’avoir pas voulu justement servir la cause bolchevique) et que l’Eglise russe officielle n’était représentée après 1927 que par quatre évêques, des dizaines et des dizaines d’autres étant morts au Goulag ou bien y croupissaient, beaucoup avaient pris le chemin de l’Eglise des Catacombes ou bien de l’Eglise russe libre Hors Frontières, suivant en cela l’Oukase du saint Patriarche Tikhon, assassiné en 1925. Effectivement, si Staline change la politique religieuse de l’URSS pendant la guerre c’est qu’il s’aperçoit de son caractère contreproductif par rapport à Hitler qui, lui, ouvre les églises, et qu'il comprend que seul l’appel à la défense de la Sainte Russie lui permettra de rallier le peuple pour susciter un élan patriotique : je vous rejoins totalement !

Mais c’est également un fait historique que Staline en personne réunit en 1943 dix-neuf évêques, la plupart sortis des camps, pour faire nommer sur son ordre le métropolite Serge (son titre depuis 1934) patriarche de l’Eglise russe officielle. C’est pourquoi donc Staline crée de toutes pièces une structure illégitime, l’ordination des évêques installés par le pouvoir civil étant invalide selon le 3ème canon du 7ème Concile Œcuménique. On peut comparer cela à la création du saint-synode par Pierre le Grand après qu’il ait lui aussi, comme les bolcheviks, interdit le patriarcat. Je ne juge personne et ne m'aventurerai pas sur la question du sergianisme. Ce n'est pas pour cela que j'avais écrit mon précédent post. Mais l’histoire de l’Eglise n’est pas un long fleuve tranquille ! Depuis 1991, bien sûr, comme vous le dites, nous assistons à un fantastique renouveau de la foi en Russie ce dont je me réjouis, tout comme vous.

6.Posté par Tchetnik le 07/05/2020 08:41 (depuis mobile)
D'une manière générale, les représentations historiques n'ont que très peu leur place dans une église, à moins se porter la présence de Dieu.

7.Posté par Gueorguy le 07/05/2020 11:37
Merci, cher Alexandre pour vos précisions. Je souscris, volontiers, à votre texte. Les deux premiers paragraphes sont parfaitement clairs et apportent les utiles précisions.
Il en est de même du 3ème paragraphe. Mais, justement dans la présentation que vous faites des événements de 1943, ressort ma nuance suite à votre texte précédent.
En fait, Il n’est pas question de nier l’immixtion brutale du pouvoir dans les affaires de l'Eglise, en Russie, à cette époque et, plus généralement sur toute la période soviétique (*).
Mais ceux que je m’attachais à préciser est que la restauration du patriarcat était une décision du Concile de Moscou de 1917. C’est donc une décision de l’Eglise. Certes Staline a permis, pour les motivations que l’on a évoquées, que Mgr Serge prenne le titre de patriarche et lui a même donné un synode. Si on veut, par volonté de conciliation, on peut dire qu’il a « rétabli » - je mets volontairement les guillemets – le patriarcat mais ce n’est pas une décision ecclésiale mais politique. Le rapport entre l’Eglise et l’Etat ne cesse de faire couler de l’encre. C’est un sujet délicat (en dehors de celui, tragique, que nous avons largement abordé). Autorisez-moi à vous proposer, lien ci-dessous, cette réflexion de Séraphin Rehbinder sur ce sujet.
---
(*) Dans un livre remarquable (Mémoires des deux mondes), dans la deuxième partie de ce livre, Mgr Basile Krivocheine évoque sa participation au Concile qui élira Mgr Pimène, le dernier patriarche de l'ère soviétique et on perçoit, encore, nettement une attitude, une retenue, des évêques des diocèses de l’URSS d’alors de ceux de la diaspora, bien plus libre.

8.Posté par Alexandre le 08/05/2020 14:23
Réponse à Gueorguy
Je vous réponds avec plaisir cher Gueorguy, car il est extrêmement rare de trouver de nos jours quelques personnes s’intéressant encore à toutes ces questions que d’aucuns qualifieraient volontiers d’historiques, ennuyeuses et dépassées, alors qu’elles sont parfaitement actuelles et vitales pour le rayonnement de l’orthodoxie.

Vous écrivez : "la restauration du patriarcat était une décision du Concile de Moscou de 1917. C’est donc une décision de l’Eglise". Oui ! Et l’on pourrait préciser : de la 3ème Rome !… Il est symptomatique que la revue "Contacts" qui consacre tout un numéro (263 juillet/sept 2018) à la réception du Concile de Moscou ne voie dans ce concile que le retour à l’aspect démocratique de l’institution, en oubliant totalement le fait majeur de la reconstitution du Patriarcat, son aspect hiérarchique. En sommeil depuis 1721, lorsque Pierre le Grand l’a remplacé par un Saint Synode d’Etat, il a été rétabli de manière providentielle, effectivement, comme vous le dites, à la veille de la révolution de 17. Mais la révolution bolchevique a anéanti l’Eglise russe. Son dernier chef, le locum tenens Pierre de Kroutitsa est mort au Goulag en 1936. En 1927, sortant de prison où il avait été torturé par le Guépéou, Mrg Serge (un ancien de l’Eglise vivante pardonné par Mgr Tikhon) accepta de dire exactement l’inverse de ce qu’il disait auparavant : "il ne parle plus de contradictions entre le christianisme et le communisme ; il ne demande plus la séparation de l’Eglise et de l’Etat, mais il les associe au contraire autant que possible" (citation de Timothy Ware in L’Eglise des sept Conciles p213). Il va donc signer l’acte d’allégeance au régime bolchevik, qui se construit entièrement sur une base antireligieuse.

C’est à partir de cette première usurpation du pouvoir légitime de Pierre de Kroutitsa par Mgr Serge, que Staline en 1943 va créer avec lui et trois autres évêques une Eglise soviétique : bref le patriarcat de 1943 n’est pas celui de 1917, il n’a pas été constitué à partir de l’Eglise, mais c’est au contraire une institution purement politique, comme vous l’admettez aussi.

La véritable Eglise russe survivra en Russie dans le cœur des croyants et dans l’Eglise des Catacombes, tout comme à l’étranger, dans l’Eglise Russe Hors Frontières de l’émigration. Voici ce que le beau texte de Séraphin Rehbinder, auquel vous me renvoyez, masque hélas, lorsqu’il écrit, après avoir parlé de l’asservissement de l’Eglise russe depuis Pierre le Grand et de son renouveau fin 19ème jusqu’au Concile de 1917 : "ces évolutions lui permirent d'affronter les terribles persécutions des bolcheviques". Une phrase d’une terrible ambiguïté et que je ne peux accepter. Cela ne m’empêche pas de me réjouir avec vous pour le 9 mai de la grande fête de la victoire du peuple russe, qui marque non pas la fin de la Grande Guerre Patriotique, que la Russie poursuivra contre le Japon, mais l’écrasement de l’hydre satanique nazie. Que Dieu protège la Russie !

9.Posté par Tchetnik le 08/05/2020 18:56
Oh, l'Eglise Russe Hors Frontières, outre qu'elle a bien soutenu le regretté chancelier - pour des raisons qui peuvent se comprendre - est bien tombée dans un ethnicisme racialiste et un ritualisme superficiel qui ne correspondait pas non plus à un idéal.

L'Eglise en Russie avant la Révolution portait de bons fruits, mais était loin d'être parfaite...

Nouveau commentaire :



Recherche



Derniers commentaires


RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile