Un  projet grandiose de l’Eglise et du gouvernement
Traduction pour "PO" Laurence Guillon

Le trésorier de l’Eglise Orthodoxe russe Monseigneur Tikhon nous parle de la construction de 200 églises. La construction qui débute de 200 églises à Moscou est le plus important projet commun à l’Eglise et au gouvernement depuis le moment de leur séparation. Un chantier immense est en projet depuis la coordination des démarches jusqu’au pilotage des travaux et la collecte des fonds. Le Patriarche Cyrille a nommé coordinateur du projet l’évêque de Podolsk Tikhon , responsable de la gestion financière du Patriarcat de Moscou

– Votre Eminence, vous avez présidé le conseil d'administration du Fonds du soutien de la construction des sanctuaires de Moscou. Le conseil de tutelle de cette organisation est présidé par le maire et le patriarche, au sein duquel figurent des ministres fédéraux et d’autres hauts fonctionnaires. C’est vraiment un organisme de haut niveau ?

Mgr Tikhon – En effet, il nous faut tenir compte du principe de la laïcité de l'État, ainsi que du fait que, d'après les études sociologiques, jusqu'à 90 % des Russes se considèrent comme orthodoxes. Il nous faut trouver des solutions à la question difficile de l’attribution des terrains. L’idée du patriarche compense l’impossibilité de restituer à l’Eglise les terrains qui étaient les siens au centre de Moscou par la possibilité, envisagée par les pouvoirs laïcs, de lui attribuer des terrains dans les cités dortoirs de la périphérie.

Pour que les nouvelles églises s’intègrent bien dans le paysage urbain et les infrastructures, il faut absolument prendre en compte le volet « urbanisme » du projet. Pour cet aspect des choses nous comptons sur l’ architecte en chef de Moscou.

– Les églises seront construites non à des emplacements historiques, mais dans des endroits nouveaux. Pourquoi?

Mgr Tikhon: – C’est la meilleure solution. Notre présent deviendra histoire. Voyez vous-même. En 1991, la Fédération de Russie reconnaissait le droit de l’Eglise russe sur les terres et les bâtiments qui lui avaient été enlevés au début du siècle dernier.

En réalité, les restituer tous n’est pas possible. C’est dans le centre-ville de Moscou que l’Eglise a subi les pertes architecturales les plus graves. Mais à l’emplacement des anciens monastères et sanctuaires se dressent des éléments de l’infrastructure urbaine qui, sans présenter de valeur historique, sont tout à fait nécessaires à la ville. Le patriarcat fait preuve de souplesse, il y a dans le centre presque suffisamment d’églises, mais en revanche dans la périphérie, il n’y en a pratiquement pas. C’est pourquoi, la meilleure approche consiste à construire des églises de proximité. Tout le monde n’a pas une voiture pour faire les quelques kilomètres qui séparent son domicile du lieu de culte le moins éloigné.

– Vous pensez que toutes ces églises seront pleines ?

Mgr Tikhon: – Bien sûr que oui. On a détruit à Moscou près de 1000 églises, quand la ville était beaucoup plus restreinte qu’aujourd’hui en surface et en population. Et maintenant, on en construira seulement 200. Dans la capitale, il y a en moyenne une église pour 40 000 habitants. Et dans certains quartiers de 80 ou 100 000 personnes, il n’y en a pas du tout ou seulement une seule. De sorte que pour se confesser, les gens font des queues énormes les dimanches ordinaires, et lors des fêtes, n’arrivent parfois même pas à entrer. Il est plus que difficile aux personnes âgées et aux gens qui ont des enfants de se rendre à l’église.
Dans les quartiers-dortoirs les des transports sont, en effet, très pénibles.

– Qui décide sur quels emplacements seront construites les églises ?

Mgr Tikhon: – Bien sûr, la décision nous appartient. Mais c’est un processus en plusieurs étapes. La ville nous propose des emplacements disponibles. Nous choisissons parmi ceux qu’on nous propose, puis l’on procède à des audiences publiques.

– Sur quelle base s’opère le choix ?

Mgr Tikhon : – Il est pour nous très important que le choix des terrains ne soit pas mis en cause. Nous considérons que la paix et la concorde, en matière de construction d’églises, sont très importantes. Et bien sûr, l’endroit doit être beau, bien situé. Nos ancêtres construisaient toujours leurs églises dans les endroits les plus beaux. L’histoire de notre peuple s’est toujours reflétée dans l’architecture des églises.

– Vous vous préoccupez de l’aspect financier de la question ? Construire à telle échelle n’est évidemment pas facile. Calculer le coût approximatif d’une église est toujours possible, mais comment savoir si l’on recueillera assez de dons?

Mgr Tikhon: – Je crois que l’on trouvera l’argent qu’il faut. Rappelez-vous comment furent apportées à Moscou les reliques de saint Spiridon, vénéré comme un prompt secours dans les situations difficiles. Les gens faisaient la queue presque vingt-quatre heures pour pouvoir toucher la châsse. Savez-vous pourquoi ? Parce qu’ils savent par expérience que ce que l’on demande avec foi dans le but de faire le bien est toujours exaucé. Dieu a tout ce qu’il faut pour chacun. Ceux qui ont, ne fût-ce qu’une fois aidé l’Eglise, savent par expérience que la main de celui qui donne est bénie.

Il y a des mécènes qui, sur leurs propres deniers, font construire non pas une ou deux, mais des dizaines d’églises. Et il y a des gens simples dont les plus modestes aumônes ont permis d’édifier les murs majestueux de nouveaux lieux saints. Tout sera mené à bien, avec l’aide de Dieu.

Anastasia Gorckova
"Vetcherija MOSKVA"
..................................
"PO" sur le même thème

7 nouvelles églises dans 7 villes en un jour aux quatre coins de la Russie
Les 200 églises qui seront construites à Moscou changeront le paysage religieux de la Russie
Vladimir Legoyda: "Il y aura suffisamment de prêtres pour les 200 nouvelles églises de Moscou"

Rédigé par Parlons d'orthodoxie le 23 Août 2011 à 12:18 | 1 commentaire | Permalien


Commentaires

1.Posté par Vladimir: Consécration du premier édifice du programme "200 églises à Moscou" le 20/10/2012 16:57
Consécration du premier édifice du programme "200 églises à Moscou"

Consécration de l'église de la Décollation-de-Saint-Jean-Baptiste. (photo : patriarcat de Moscou)
Le patriarche Cyrille de Moscou a consacré la première église du programme « 200 églises à Moscou », l'église de la Décollation-de-Saint-Jean-Baptiste. Le prélat a lui-même instigué ce projet en 2010, peu après son élection à la tête de l'Église orthodoxe russe. Il bénéficie du soutien du maire de Moscou, Sergei Sobianine. La nouvelle église qui pourra accueillir 600 fidèles a remplacé l'église en bois, temporaire et devenue trop petite pour un quartier qui compte près de 100 000 habitants. Selon le patriarcat, le nouvel édifice a été construit sur l'emplacement d'un ancien lieu de culte, démoli en 1982 par les communistes.

L'ambitieux programme « 200 églises à Moscou » vise à pourvoir les quartiers périphériques en lieux de culte. Actuellement, on compte en moyenne environ une église pour 35 000 âmes à Moscou. Mais dans certains quartiers périphériques, ce chiffre est plutôt d'une église pour 150 à 300 000 habitants. Si une majorité de Moscovites se déclarent orthodoxes, très peu se rendent régulièrement à l'église. Le patriarcat avait d'ailleurs lancé ce programme de construction d'églises pour encourager les fidèles à fréquenter plus assidument les lieux de culte orthodoxe. A l'époque, Cyrille Ier avait déclaré : « Si nous réussissions à mener à bien ce programme, la présence de la religion en Russie s'en trouvera grandement renforcée ».

Lors de la consécration, le patriarche de Moscou a salué les efforts de tous « malgré les difficultés ». En effet, l'Église orthodoxe pourrait être amenée à suspendre les travaux du programme « 200 églises à Moscou » à cause d'un nouvel amendement du Code civil qui empêcherait les mairies de mettre gratuitement des terrains à disposition des institutions religieuses. Jusque là, les onze chantiers du programme ont pu être entamés grâce aux dons de terrains. L'Église pourrait donc être obligée de racheter les parcelles sur lesquelles elle a bâti des édifices ou de payer un loyer. La menace est d'autant plus grande que la nouvelle loi prévoit de nouvelles normes de faillite et le détachement d'un administrateur judiciaire dédié aux institutions religieuses. Le patriarche a dénoncé l'ingérence de l'État et a prié via missive le Président Vladimir Poutine de considérer la situation de l'Église. La loi sera débattue à l'automne.

Nouveau commentaire :