Après la signature du Traité de Brest-Litovsk les camps de prisonniers de guerre furent utilisés par la Tchéka en tant que camps de concentration

Y étaient détenus les adversaires politiques du pouvoir soviétique, les partisans de l’armée Blanche, des serviteurs du culte ainsi que des prisonniers de guerre étrangers.

En 1919-1922 on comptait à Moscou 53 lieux de détention dont 12 camps. Le pouvoir ne considérait pas, à l’époque, que les camps de concentration étaient appelés à durer. Aussi le budget qui leur était alloué était réduit.

Pour commencer ce furent les monastères orthodoxes qui ont été transformés en camps. Leur aménagement permettait d’isoler au mieux les détenus. Parmi les premiers monastères transformés en camps il faut nommer : les monastères Novospassky, Saint Jean Baptiste et Andronikov.

I.Bogomolov, chef du camp installé dans le monastère Andronikov écrit en 1919 un compte-rendu destiné à la Tchéka : « Lorsque, le 20 août 1919, je suis entré en fonction la camp n’était qu’un monastère en ruines, des murs vides et des châlits. Les toilettes étaient dans un état lamentable – ni eau courante, ni tout à l’égout, ni éclairage, aucun outil ».

Lien, le plan de Moscou, les cloîtres transformés en camps
Trad "PO"

Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 29 Mai 2020 à 08:25 | 0 commentaire | Permalien



Recherche



Derniers commentaires


RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile