Père Mikhaïl Vinogradov, prêtre et nouveau martyr
Le père Mikhaïl est né le 6 mai 1873 dans le village Staraïa Sitnia (canton de Biélopiésotsk, district de Serpoukhov, province de Moscou) dans la famille du prêtre Nikolaï Ivanovitch Vinogradov.

En 1887, Mikhaïl a terminé ses études primaires, il est entré au grand séminaire de Moscou, en 1895. De 1896 à 1902, Mikhaïl a enseigné dans l’une des deux classes de l’école paroissiale de l’Ermitage de l’Ascension et David du district de Serpoukhov, de 1902 à 1906, il a servi comme psalmiste à l’église Sainte-Élisabeth du cimetière Dorogomilovski de Moscou.

En 1906, il est ordonné prêtre et affecté l’ermitage de la Trinité-Saint Zosime (district de Vereïsk, province de Moscou), en 1911, il devient professeur titulaire de l’école du Saint-Archange située non loin de l’ermitage. En 1930, le père Mikhaïl est muté dans le village Lisintsevo (district de Naro-Fominsk) à l’église du Signe, auprès de laquelle vivent trois moniales de l’ermitage Saint-Zosime.

Le 22 mai 1931, sont arrêtés le père Mikhaïl et cinq moniales de l’ermitage Saint-Zosime domiciliée à Lisintsevo et à Loukino, le village voisin. Le jour même ont été reçus les témoignages de l’ancien président du conseil de village et du président du kolkhoze de Lisintsevo, qui ont déclaré : « Vinogradov qui voulait attirer plus de monde dans son église a, avec les religieuses, tout fait briller dans l’église, a organisé avec les moniales et des croyants un chœur magnifique c’est pourquoi le nombre des croyants fréquentant l’église a augmenté et après les offices religieux dans les villages de Lisintsevo et Loukino s’est sensiblement accrue l’opposition au kolkhoze.

Père Mikhaïl Vinogradov, prêtre et nouveau martyr
Du fait de la propagande systématique de Vinogradov et des moniales contre le kolkhoze, jusqu’à ce jour le village de Lisintsevo n’est collectivisé qu’à 85 % et à Loukino n’a pas pu s’organiser de kolkhoze. (…) Le prêtre, d’après les paroissiens, disait des homélies qui faisaient pleurer l’assistance, je ne sais pas ce qu’il disait mais après les offices l’opposition des paysans individuels au kolkhoze se renforçait. »

Lire aussi Les martyrs du communisme

Le lendemain, le père Mikhaïl fut interrogé :

« Je n’ai pas mené de propagande antisoviétique parmi les paysans, je ne me suis pas non plus opposé aux kolkhozes. Pour ce qui du mécontentement contre le pouvoir soviétique, j’en ai parlé, mais uniquement en présence des seules moniales. Les sœurs de leur côté disaient que, peut-être, Dieu nous enverra la guerre, et qu’alors la vie changera. »

Le lendemain il fut accusé d’ « avoir systématiquement monté les gens contre le pouvoir soviétique et fait capoter les initiatives du pouvoir soviétique à la campagne. » Le 25 mai 1931, la troïka de la GPU de la province de Moscou a condamné le père Mikhaïl à cinq ans d’exil au Kazakhstan et l’a envoyé à Alma-Ata où il est décédé le 31 mai 1932. Le père Mikhaïl a été enterré dans la fosse commune.

Le père Mikhaïl Vinogradov fut canonisé parmi les saints nouveaux martyrs et propagateurs de la foi sur décision du Synode épiscopal de l’Église orthodoxe russe des 13 – 16 août 2000.

Lien RusLin Traduction "PO"

Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 25 Avril 2019 à 03:42 | 0 commentaire | Permalien



Recherche



Derniers commentaires


RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile