Pere Anton Odaysky: Saint Luc de Crimée "L'EXPLOIT DE TOUTE UNE VIE"
Les 18 mars et 11 juin nous commémorons Saint Luc de Crimée, archevêque de Simferopol né Valentin Felixovitch Voïno-Iassenetski

Collection Cerf Patrimoines

Saint Luc de Crimée (Voïno-Iassenetski) : un médecin qui soignait des gens ordinaires, parmi lesquels beaucoup peuvent encore témoigner ; un professeur qui donnait des cours à des étudiants aujourd'hui devenus médecins.

Un détenu politique qui connut l'exil, la prison, les tortures et fut lauréat du prix Staline. Un chirurgien et un prêcheur de talent, qui parfois hésitait entre ces deux vocations, médicale et sacerdotale.

Au début de la Seconde Guerre mondiale, il envoie un télégramme personnel au Président du præsidium du Soviet suprême Mikhaïl Kalinine, dans lequel il demande à pouvoir soigner les soldats blessés au combat et il se dit prêt à repartir en exil à la fin de la guerre.

Un chrétien doué d'une énorme force de volonté, d'honnêteté, de foi intrépide, et qui cependant n'évita pas de sérieuses erreurs sur son chemin. Un être pleinement humain. Un pasteur. Un savant. Un saint.

L'archevêque Luc a été canonisé en 2000.

Pere Anton Odaysky: Saint Luc de Crimée "L'EXPLOIT DE TOUTE UNE VIE"
Valentin Felixovitch WOJNO-JASIENIECKI (1877–1961) est né d'un père catholique d'origine polonaise et d'une mère orthodoxe. Élevé dans l'orthodoxie (selon la loi faite au couple mixte), il reste marqué par la piété de son père et se découvre une passion pour la médecine, plus particulièrement l'anatomie et la chirurgie.

Après la mort de son épouse, le jeune médecin veuf, désireux de servir les simples gens des campagnes, entend aussi l'appel à approfondir sa vie chrétienne.

Ses quatre jeunes enfants trouvent une seconde mère en la personne d'une infirmière, Sophia SERGUÉIEVNA, mais Valentin pressent que Dieu l'appelle à un don plus total. Nous sommes en 1920 : la persécution s'abat sur l'Église orthodoxe et le pouvoir suscite un schisme, une « Église vivante » à la botte du pouvoir. Ordonné diacre, prêtre puis évêque par des « réfractaires », il devient Mgr Luc, en 1923.

La première arrestation se produira bientôt, suivie de longues années de souffrances, d'interrogatoires, d'exil...

L'extraordinaire de cette aventure tient au don prodigieux de chirurgien de cet évêque hors norme, un don au service de son ministère et en même temps vécu en « concurrence » de la charge pastorale : une tension intérieure qui parcourt la vie de Mgr Luc DE SIMFÉROPOL. Cette vocation de médecin lui donne de rencontrer le petit peuple russe et sibérien, d'échapper à la mort, de recevoir même le prix Staline et une médaille de mérite national pour services rendus durant la guerre.

Canonisé comme saint de l'Église orthodoxe russe en août 2000, il symbolise la résistance de l'Église au stalinisme. Marquée par onze années d'exil et de camps, voici une vie livrée au Christ par la prédication et la médecine, tel l'apôtre Luc, un voyage à travers la souffrance... jusqu'en la gloire du ressuscité.
................................
Biographie d'Anton Odaysky

Le père Anton Odaysky est recteur de la paroisse Saint Michel Archange à Cannes et représentant du Primat de l'Eglise orthodoxe russe hors frontières. Il est ingénieur informatique à Sophia Antipolis. Outre sa formation d'ingénieur, il a suivi des études de philosophie et de théologie à l'Institut Saint Jean le Théologien à Moscou et d'histoire à l'Ecole Pratique des Hautes Etudes à Paris. Marié, il est père de quatre enfants.

Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 11 Juin 2019 à 16:27 | 2 commentaires | Permalien



Recherche



Derniers commentaires


RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile