Nous avions mentionné dans plusieurs billets les protestations de MMgr Innocent de Chersonèse et Hilarion (patriarcat de Moscou) et Jonas, primat de l'Eglise orthodoxe en Amérique, contre les "tentatives hégémoniques" du patriarcat de Constantinople. Cette stratégie avait aussi été bien expliquée par le pseudo-patriarche Philarète de Kiev (Eglise dissidente ukrainienne). Je vous propose maintenant un texte émanant du patriarcat de Constantinople lui-même(1):

P. Elpidophoros Lambrianidis, secrétaire du Synode de Constantinople, déclare tout bonnement que toute la "diaspora orthodoxe", qu'il définit bien comme "toute population orthodoxe habitant en dehors des frontières traditionnelles de son Eglise d'origine" (en supprimant donc "" et "soi-disant" utilisés par les primats lors de la Synaxe de 2008) DOIT ETRE SOUMISE à Constantinople (sic: "the submission of the diaspora to the Ecumenical Patriarchate"). Après cela il s’en est pris avec virulence à MMgr Jonas (Eglise orthodoxe en Amérique) et Philippe (patriarcat d'Antioche) qui, dans des article récents, contestaient cette approche; pour justifier cette position il a exposé sa vision de la primauté:

"Permettez-moi d’ajouter que le refus de reconnaître la primauté au sein de l’Eglise orthodoxe, une primauté qui ne peut être incarnée que par un primat (c'est-à-dire un évêque qui a la prérogative d’être le premier parmi ses confrères les évêques) constitue bel et bien une hérésie. On ne peut accepter l’idée souvent avancée que l’unité au sein des Eglises Orthodoxes est garantie par une règle de foi et de prière commune ou par le Concile œcuménique en tant qu’institution. Ces deux facteurs sont impersonnels tandis que dans notre théologie orthodoxe le principe d’unité est toujours une personne. Et en vérité au niveau de la Sainte Trinité, le principe d’unité n’est pas l’essence divine, mais la Personne du Père (« Monarchie » du Père) ; au niveau ecclésiologique de l’Eglise locale le principe d’unité n’est pas le presbyterium [le collège des presbytes] ou la prière commune des chrétiens, mais la personne de l’Evêque. De même au niveau Pan-Orthodoxe le principe de l’unité ne peut être une idée ou une institution, mais cela doit être nécessairement, si nous voulons être cohérents dans notre théologie, une personne." (excellente traduction DS sur le site ACER)

Je laisserai bien entendu à plus compétant que moi le soin de commenter cette prise de position théologique. A mon humble niveau, cette personnalisation affirmée et affichée semble bien à l'opposé de l'esprit de conciliarité développé par notre théologie, du moins ce que j'en connais. Il me semble aussi que cela se relie clairement au document adopté par la commission de Ravenne sur la primauté dans la chrétienté au 1er millénaire, document qui n'est pas accepté par l'Eglise Russe justement parce qu'il affirme un principe de primauté trop proche de celui que développa ensuite l'Eglise catholique.

Conclusion très personnelle: le patriarcat de Constantinople semble bien vouloir instaurer à son profit une organisation de type papale… Comme disait en substance Mgr Jonas: si nous voulons un Pape, pourquoi refuser celui qui est à Rome?

Notons que ce discours a été prononcé avant l'homélie virulente de Mgr Jonas, qui était donc la contre attaque! Notons aussi qu'un rapprochement semble réellement s'esquisser entre la métropole antiochienne et l'Eglise orthodoxe en Amérique: Constantinople essaye visiblement de s'y opposer par tous les moyens, comme il s'est opposé depuis le début à l'union et à l'autocéphalie de l'orthodoxie en Amérique. Bref, la bataille d'Amérique me semble engagée!

Note

(1) Cf. site de l'ACER http://www.acer-mjo.org/forum2/phpBB2/viewtopic.php?t=1994; Discours prononcé au séminaire Holy Cross à Boston le 16 mars 2009,

Rédigé par Vladimir Golovanow le 25 Avril 2009 à 08:20 | -344 commentaire | Permalien



Recherche



Derniers commentaires


RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile