Nous publions ci-dessous la réaction de M. Basile de Tiesenhausen à l'article de Nikita Struve sur l'église russe de Nice, publié dans le journal SOP en son n° 347 d’avril 2010, p. 30-31.

On peut rappeler que le SOP est dirigé par M. Antoine Nivière, membre éminent et parmi les décisionnaires du Conseil de l’Archevêché des églises orthodoxes russes en Europe Occidentale (exarchat du patriarcat de Constantinople, rue Daru). Tout comme l’est M. N. Struve.
------------

Le titre du point de vue de N. Struve est :
« Un déni de l’oeuvre historique visant à édifier une église indépendante de toute coloration nationaliste et de toute pression venant d’un pays étranger »

J’ignorai que l’empereur Nicolas II et le gouvernement de Russie qui ont été à l’origine de la construction de la cathédrale Saint Nicolas à Nice avaient pris leur décision avec ce ferme objectif, découvert par N . Struve. Ils voyaient loin.

N. Struve écrit « L’action intentée (demande faite par le gouvernement de Russie à la justice française de faire reconnaître un bail emphytéotique que l’autre partie ne veut plus honorer) ne fait pas honneur au Patriarcat de Russie qui a été sans aucun doute à l’origine de cette tentative d’expropriation »

- D’après les documents que j’ai pu lire l’action intentée par le gouvernement russe est l’acte formel par lequel un propriétaire, qui a donné (par un acte notarié), pour une durée précise, son bien en usage à quelqu’un et veut le récupérer à l’issue du délai (et qui se trouve en face de ce quelqu’un qui à l’issue du délai ne veut plus lui rendre son bien).

Les parties en présence sont : l’Etat russe et l’association bénéficiant du bien prêté par le bail. Il semble que pour N. Struve un bail qui donne un bien en usage pour une durée donnée est une donation.

- N. Struve affirme que le Patriarcat de Moscou est à l’origine de l’action du gouvernement russe. Qu’est ce qui lui permet de l’affirmer avec autant d’assurance ? A-t-il des informations et des preuves qu’il ne montre pas ? Ou s’agit il d’un nouveau ……… ?

- N. Struve affirme qu’il s’agit d’une « «expropriation » Il se substitue sans hésiter au droit français et aux décisions des juges français qu’il critique par là sans vergogne. Juges et Tribunaux qui ont conclu à l’inverse apparemment des souhaits de N. Struve.

N. Struve écrit :

« L’Eglise de Moscou mène depuis près de sept ans une campagne effrénée contre l’Archevêché d’origine russe en Europe Occidentale dans le but de le ramener contre la volonté de son archevêque et d’une très large majorité de ses clercs et de ses fidèles dans le giron du Patriarcat de Moscou ou à défaut de le démanteler (comme cela fut fait dans le diocèse de Grande Bretagne »

N. Struve pourrait il expliciter sous quelle forme a été menée cette campagne effrénée contre
l’archevêché? Fait il référence à :
- à la lettre du Patriarche Alexis II du 1 avril 2003 ?
- aux propos et engagements pris le 1 mai 2003 par Mgr Gabriel en assemblée générale
de l’archevêché ?
- à la réponse du 11 mai 2003 de Mgr Gabriel au Patriarche Alexis II ?
- à la lettre du 27 septembre 2003 de soutien du Patriarche Bartholomée à Mgr Gabriel
contre le Patriarche Alexis II ?
- aux déclarations de Mgr Gabriel au Conseil de l’Archevêché du 2 juin 2003 ?
- à la déclaration de N. Struve, lui-même, au Conseil de l’Archevêché du 15 septembre
2003 ?
- à la déclaration faite le 3 mars 2004 par Mgr Gabriel au journal « La Pensée Russe » ?
- à l’interview donnée le 27 juillet 2004, par Mr M. Sollogoub, à Religare.ru ?
- à la déclaration du Conseil de l’Archevêché du 2 décembre 2004 ?
- à la déclaration du Conseil de l’Archevêché du 12 janvier 2005 ?
- à l’interview donnée fin 2005 par Mgr Gabriel à Orthodoxie.com ?

Tous sujets en liaison avec les relations Archevêché / Patriarcat de Moscou
Pourquoi ne se réfère-t-il pas à ces documents? ou craint-t-il de devoir arriver à une conclusion différente de ce qu’il affirme ?

N. Struve a l’audace d’incriminer au Patriarcat de Moscou le démantèlement de leur propre Métropole en Grande Bretagne. Cela quand il sait mieux que quiconque que c’est l’actuel Monsieur Basile Osborne qui a organisé la division au sein de cette métropole de l’Eglise russe. Division organisée avec, au moins, l’assentiment de ceux vers qui il est allé avant /ensuite.
Le défunt métropolite Antoine (Bloom) de bienheureuse mémoire était jusqu’à son dernier souffle resté immuablement fidèle à l’Eglise Russe. Il s’était réjoui de la lettre du patriarche Alexis II en date du 1 avril 2003. Fait attesté par M. Osborne lors d’une Table Ronde organisée par l’OLTR.
Mais la technique de N. Struve est la même que celle d’un certain nombre de ses amis. Il faut accuser les autres de ce que l’on fait soit même. Comment ne pas ajouter que dans sa rubrique du « Live Journal » M. Daniel Struve dénigre systématiquement l’Eglise Russe et ses hiérarques, n’hésite pas à lancer des accusations brutales ad hominem à l’égard de ceux qui sont en désaccord avec les positions des Struve.

N. Struve écrit :
« La grande majorité des orthodoxes de France ont ressenti la décision d’exproprier la cathédrale de Nice comme un affront »
N. Struve s’arroge le droit d’estimer où se trouve la majorité des émigrés et de parler en leur nom. Cela alors que des personnalités comme le chef de la Maison des Romanov exprime un avis contraire à celui de l’omniprésent N. Struve.

B. de TIESENHAUSEN


24 avril 2010

("Parlons d'orthodoxie" reprend cet article publié sur un autre site).

Le texte de N. Struve (à propos de l’église de Nice) a également paru dans
Le Messager Orthodoxe n°149, II, 2009





Rédigé par l'équipe de rédaction le 24 Avril 2010 à 15:42 | 8 commentaires | Permalien