Entre rap et motos, des prêtres russes passent sur YouTube pour mieux séduire les jeunes et une nouvelle station  « Salvation » de radio orthodoxe PM  en ligne aux États-Unis
Des prêtres orthodoxes arrivent sur YouTube pour permettre aux jeunes russes de découvrir les personnalités inédites qui se cachent au sein du clergé.

Un nouveau projet «Prêtre-blogueur» sera lancé en Russie au mois d’août, a annoncé à RT Nadejda Zemskova, à l’origine de l’initiative. Des prêtres de l’église orthodoxe vont ainsi se mettre à publier des vidéo sur YouTube. «Ce sera une nouvelle chaîne YouTube où nous allons présenter aux spectateurs des hommes de Dieu admirables. Nous avons des prêtres jumeaux, des motards, des informaticiens et même un prêtre rappeur», a raconté Zemskova.

«Notre objectif est de montrer que les prêtres sont très ouverts, qu'ils savent communiquer avec les jeunes, et qu’ils sont eux-mêmes jeunes et modernes !» a-t-elle expliqué.

La principale thématique de cette nouvelle chaîne sera l’amour, selon Nadejda Zemskova. Les prêtres veulent exprimer leur point de vue sur les relations entre hommes et femmes, et que évoquer leur vie privée.

En février 2017, avait déjà été lancée la première messagerie orthodoxe en Russie «PravJizn Telegramm». Grâce à cette applications, disponible en huit langues, les paroissiens peuvent s’échanger des messages et des fichiers, mais aussi s'inscrire aux fils d’actualités de leur église ou d’un monastère, adresser des messages aux prêtres, collecter des dons, etc.

Le diocèse du Patriarcat de Moscou aux États-Unis lance une station radio en ligne

Le diocèse des paroisses patriarcales russes aux États-Unis (Patriarcat de Moscou) a lancé une nouvelle station de radio orthodoxe en ligne. La station intitulée « Salvation » (« Le salut ») constitue nouveau media missionnaire des paroisses patriarcales russes, sur lequel on peut écouter des nouvelles de l’Église orthodoxe russe, des vies des saints, des explications sur les fêtes ecclésiales, de la musique liturgique, des homélies, des conférences et des discussions, etc. La station, créée avec la bénédiction de l’évêque de Naro-Fominsk Jean, administrateur des paroisses patriarcales russes en Amérique, est conçue comme un instrument missionnaire, catéchétique, éducatif, pour les fidèles de l’Église orthodoxe russe vivant en Amérique et ailleurs. La station est accessible 24h sur 24, 7 jours sur 7. Actuellement, elle n’émet qu’en langue russe. On peut écouter cette station sur ce lien.
Entre rap et motos, des prêtres russes passent sur YouTube pour mieux séduire les jeunes et une nouvelle station  « Salvation » de radio orthodoxe PM  en ligne aux États-Unis

Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 16 Juillet 2017 à 19:57 | 8 commentaires | Permalien


Commentaires

1.Posté par justine le 16/07/2017 18:06
Ce qui est curieux dans ce petit article, c'est que d'abord le titre parle de "seduire" les jeunes. Est-ce que l'objectif d'un prêtre orthodoxe peut être de "séduire"? S'il vous plait corrigez cette terminologie tout à fait impropre en Orthodoxie. On n 'est pas ici chez les séducteurs de on sait qui. Deuxièmement, ce qui est curieux c'est que dans le lien indiqué parait la photo non pas d'un prêtre russe, mais bien du métropolite grec Ignace de Volos, connu pour être un archi-écuméniste. On peut donc se poser la question de la source véritable de l'article ci-dessus et de ses motifs.

2.Posté par Tchetnik le 16/07/2017 22:21
Il nous manque les prêtres-Ninjas, les prêtres-alpinistes, les prêtres-surfeurs (Endless Summer à Vadivostock), et - pourquoi pas - les prêtres-chippendales. On avait déjà les prêtres-Bikers, les prêtres-tireurs, les prêtres-parachutistes. On pourrait même en faire un calendrier.

3.Posté par Tchetnik le 17/07/2017 08:00
Les stations de radio sont une excellente idée, mais une station de radio aux Etats Unis qui n'émet qu'en langue russe...C'est là qu'on s'aperçoit - une fois de trop - que l'Eglise Orthodoxe n'a encore rien compris à ce qui doit être sa mission et son horizon pastoraux.

4.Posté par Vladimir.G: répondre aux besoins de leurs ouailles migrantes le 17/07/2017 17:59
Notre bon Tchetnik ne peut accepter que la priorité de l'Église russe en Occident est de répondre aux besoins de leurs ouailles migrantes qui veulent garder leurs culture, langue et langue de prière maternelles. C'est d'autant plus vrai aux USA qu'il y a là-bas une Église autocéphale locale, l'OCA, qui assure la pastorale des populations locales.

5.Posté par Tchetnik: toujours le même fantasme racialiste le 17/07/2017 20:12
Notre bon Vladimir ne peut accepter que le but de l'Eglise est l'évangélisation du monde entier et pas d'une poignée de migrants qui, s'ils veulent parler russe, devraient alors rester en Russie.

L'Eglise n'est pas la synagogue.

Et - accessoirement - l'Eglise Russe a sa place pleine, entière et légitime en Russie et exclusivement en Russie. Les USA sont un pays indépendant, comme le Canada et aucun des deux pays n'a le russe comme langue officielle.

Quand on voit ensuite le résultat nul de la prétendue "pastorale" en termes de formation catéchétique et spirituelle, on se dit qu'à la rigueur, faire du rap serait presque un meilleur investissement...

6.Posté par Daniel le 17/07/2017 21:08
Les Russes en émigration perdent très rapidement la langue, au bout de 2 générations 'après mes observations voire moins. En même temps, il existe déjà des web radio orthodoxes en anglais comme Ancient Faith Radio. Celle-ci en russe peut-être intéressante pour les immigrés récents ne parlant pas anglais.

7.Posté par Tchetnik: toujours le même fantasme racialiste le 18/07/2017 10:09
@Daniel

Le problème étant qu'ils ne perdent pas seulement la langue - ce qui n'est pas grave, on en réchappe - mais aussi leur foi Chrétienne Orthodoxe, qui n'était déjà pas bien solide et enracinée au départ. La plupart des immigrés sont théologiquement et catéchétiquement sous-développés et compter sur eux pour "relancer l'Eglise" relève de l'utopie. Et on s'aperçoit que la volonté de transformer les églises en conservatoires folkloriques n'enraye pas ce mouvement logique.

Par ailleurs, pour émigrer aux USA comme au Canada, une pratique assez satisfaisante de l'anglais est requise. Quelques Pepper bellies arrivent à passer au travers, quelques "réfugiés" aussi mais ils restent l'exception.

8.Posté par justine le 18/07/2017 12:47
A Vladimir post 4: Que signifie dès lors cet appel en anglais "Listen to Orthodox Radio "Salvation"", et avant tout le sous titre: "Missionary Project of the Patriarchal Parishes of the Orthodox Russian Church in the USA"? C'est un non-sens en soi, une annonce ridicule, vu que le programme est uniquement en russe, et d'ailleurs sur la page anglaise de pravoslavie.ru où elle a paru, les commentateurs s'étonnent. La réponse du modérateur est tout aussi écervelée. Elle recommande aux commentateurs de s'avancer eux-mêmes pour l'oeuvre missionnaire en question, puisque, dit-il, les Americains russes (ou Russes americains) "n'ont ni les connaissances ni les moyens" pour le moment pour l'entreprendre!! A se demander si les auteurs de ce "Missionary project" savent ce qu'ils veulent ou ce qu'ils font?

9.Posté par Vladimir G: les faits réels dont il faut tenir compte le 18/07/2017 14:27
Votre observation, bien cher Daniel, sur la perte de la langue et le faible enracinement de l'Orthodoxie chez les émigrés est loin d'être fausse... Et c'est bien cela qui justifie les efforts pastoraux que font vers eux TOUTES les Églises orthodoxes. En effet, cette population se considère comme orthodoxe et vient à l'Église au moins pour les baptêmes-mariages-obsèques, prioritairement en langue de prière maternelle (même après plusieurs générations!). Il est évident qu'elle constitue le troupeau naturel des Églises de diaspora alors que, et je suivrai le cher Tchetnik là-dessus, les autochtones devraient concerner ... les églises orthodoxes autochtones!

Seulement voilà, on a beau scruter les paroisses, ces Églises autochtones n’existent pas et les tentatives d'en fabriquer, y compris sous les auspices de l'Église russe, ont jusqu'ici échoué (ECOF, Mission orthodoxe belge ... cf. http://www.egliserusse.eu/blogdiscussion/Orthodoxie-occidentale-la-lecon-belge_a1208.html.) Si l'Orthodoxie existe en Occident, c'est en effet uniquement grâce aux émigrés et à leurs descendants qui ont fondé, maintenus et continuent de fonder des paroisses orthodoxes en accueillant les nouveaux migrants, Et cela malgré une certaine perte de la langue et un enracinement de l'Orthodoxie ... qui apparait avec bientôt cent ans de recul comme pas si faible que cela!

Comme je l'écrivais plus haut, l'OCA constituerait l'unique exemple d'orthodoxie autochtone à suivre, avec ses diocèses non territoriaux roumain, albanais, bulgare... Mais elle se heurte à l'hostilité farouche de certaines églises locales implantées en Amériques, dont surtout Constantinople; plusieurs émigrés russes récents m'ont aussi fait part de leur désappointement devant cette Église "occidentalisée" (sic) ... Ils choisissent donc, quand ils ont le choix, les paroisses du patriarcat de Moscou. (ROCOR inclus) jugées plus "authentiques" (re-sic...) Ce sont là les faits réels dont il faut tenir compte, même s'ils déplaisent à certains théoriciens en chambre!

10.Posté par Tchetnik: la grande illusion le 19/07/2017 09:21
Vladimir tente toujours de faire prendre des vessies pour des lanternes en confondant - volontairement - immigrés d'origine russe, roumaine et autre et Chrétiens Orthodoxes. Les premiers n'étant que dans une très faible proportion identiques aux seconds. Il prend ensuite comme toujours un exemple marginal et hors-contexte pour justifier son racisme ecclésiologique, vu que la situation en Belgique a été bien plus complexe qu'il ne le dit.


Enfin, une église sous perfusion extérieure, qui a perdu 99 pour 100 de ses descendants de fondateurs d'origine et qui se transforme en club ethnique n'a spirituellement aucune vie. L'enracinement dans le pirojok est une chose, dans l'Evangile une autre, et je comprends que quand on n'a pas réellement de vie Chrétienne, la différence puisse échapper. Comme il leur échappe qu'une église peut difficilement prétendre croître sur la base d'une population complètement sous-développée en terme de formation spirituelle. Les Russes, Roumains, Grecs, et autres Moldaves fréquentant les églises sont non seulement très minoritaires mais en plus très peu Chrétiens en dehors de quelques superstitions résiduelles comme une bénédiction de koulitch à Pâques ou une médaille de saint Nicolas dans la voiture.

Selon ce raisonnement fallacieux, il faudrait construire des juridictions Russes en Grèce, Serbes en Roumanie, Bulgares en Russie...et surtout il n'aurait surtout pas fallu évangéliser les Russes en slave et par conséquent supprimer l'église russe serait logique...

Je rappelle la botte souveraine de la réalité des chiffres: plus de 400 000 Russes vers 1925, dont une proportion importante de fidèles fréquentant régulièrement une église, moins de 125 000 Orthodoxes toute ethnie confondue de nos jours.

A moins d'être un fana de la comptabilité à la ENRON ou à la Rotschild, on voit mal comment on peut faire passer cela pour un "progrès"...

11.Posté par Vladimir G: le nombre des lieux de célébration orthodoxe doublera-t-il en une génération? le 20/07/2017 18:55
« A ce rythme, on est fondé à estimer qu’en une génération, depuis le début du présent siècle, le nombre des lieux de célébration orthodoxe doublera, peut-être même largement,» écrit Christophe Levalois dans cet excellent article très bien documenté contrairement aux élucubration de Tchetnik. Il livre un tableau historique et actuel de l'Orthodoxie en France (https://fr.aleteia.org/…/lorthodoxie-en-france-dhier-a-auj…/). Ce pronostic est fondé sur la parution de "l’Annuaire 2017 de l’Église orthodoxe" (http://www.monastere-cantauque.com/annuaire-orthodoxe.html) qui compte en France "environ 280 paroisses, une bonne vingtaine de communautés monastiques, trois écoles de théologie, des organisations comme la Fraternité Orthodoxe, et de nombreux mouvements de jeunesse."

Je voudrais confirmer et développer la progression spectaculaire de l'Orthodoxie en France depuis la guerre et les changements entre les juridictions:

- Comme le dit l'article la métropole roumaine qui est largement en tête: alors qu'elle n'avait qu'une paroisse avant la guerre, celle de Paris dont il est question dans l'article elle en compte 91! Le schisme qui avait frappé la juridiction après la guerre a été résorbé en 2009 et cette réunification fait certainement partie du dynamisme de cette Église dont l'aspect patriotique est particulièrement marqué! C'est clairement à cette juridiction que nous devons l'essentiel de la croissance du nombre d'Orthodoxes en France.

- passé en seconde position "Daru" décline très nettement: d'une bonne centaine de paroisses en 1946 elle se retrouve à moins de 60 communautés ...

- La métropole grec a plus que doublé sur cette période, passant d'une quinzaine de paroisses à plus de 30 communautés aujourd'hui, et s'affirme spirituellement avec les méthoques athnonites dont le rayonnements spirituel est incontestable bien au delà de la communauté grecque...

- Le nombre de communautés du diocèse de Chersonèse a quintuplé, atteignant maintenant 69 (dont 24 en France) alors que l'Église russe à l'étranger a perdu des plumes du fait des schismes entre 2000 et 2007, passant sous la barre des 10 communautés (contre une quinzaine avant-guerre...)

- Si le diocèse serbe a perdu des paroisses récemment, sa progression reste spectaculaire: je n'ai trouvé mention d'aucune paroisse serbe avant guerre (si quelqu'un trouve l'information contraire j'en serais heureux!) Il a en particulier accepté plusieurs paroisses ECOF après l'éclatement de cette structure en 2001.

- Les juridictions moins importantes en France - antiochienne, bulgare, géorgienne... montrent aussi la progression et la diversité de l'Orthodoxie en Occident: partant de zéro, elles rassemblent plusieurs dizaines de paroisses qui démontrent l'attachement des Orthodoxes de France à leurs Églises d'origine. Ainsi le cas de l'unique paroisse du patriarcat de Géorgie est typique: elle a été fondée en opposition avec une paroisse géorgienne qui existe de longue date mais se trouve dans la juridiction grecque (Constantinople) ...

- Les juridictions non canoniques enfin, qui tentent souvent d'acculturer l'Orthodoxie en France avec des rites plus ou moins folkloriques, soulignent aussi la diversité de l'Orthodoxie et servent souvent de sas au Français de souche pour rejoindre l'Orthodoxie sans choisir au départ une juridiction attachée à des racines culturelles bien spécifiques. Ainsi nombre de paroisses de l'ancienne ECOF (Église Catholique Orthodoxe de France) ont rejoint différents diocèses canoniques alors que se multiplient les Églises Orthodoxes "des Gaules", "Celtique", "Française" ou "de France"...

Si l'on excepte ces juridictions marginales, l'essentiel de ces paroisses est toujours fondé par et pour les émigrés, même si la langue liturgique est maintenant majoritairement le français, et je partage la conclusion de l'article cité: "les défis /de l'Orthodoxie en France/ concernent la poursuite de l’enracinement local et de la coopération entre les différentes paroisses et diocèses, l’intensification du dialogue avec les autres confessions chrétiennes ainsi que les différentes traditions religieuses, mais aussi avec l’ensemble de la société."

PS: pour les curieux. La photographie qui illustre l'article de Christophe Levalois sur "L’orthodoxie en France : d’hier à aujourd’hui" est curieusement celle de la nouvelle église russe de Chypre située à Episkopi (15 Km à l'est de Limasol.) Le site orthodoxie.com, qui publie l'intégralité de l'article, a quant à lui préféré l'illustrer avec la nouvelle cathédrale russe de Paris... Une sorte de reconnaissance de cette cathédrale longuement attaquée par une bonne part des Orthodoxes russes parisiens!

Nouveau commentaire :



Recherche



Derniers commentaires


RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile