La joie de Macha
Anne Khoudokormoff-Kotschoubey

Des temps difficiles peuvent cacher des moments heureux. Voici un cadeau pour beaucoup qui pourrait réconcilier quelques uns d’entre nous qui ont tant désespérés récemment à cause de la situation précaire qui a prévalu cet été (*).

Il vous suffit de vous promener a Moscou à la gare de Kiev ( bâtie sans étage, nommée gare de Briansk jusqu'en 1934)

Levez vos yeux sur la façade principale, vous verrez à gauche et à droite deux splendides majoliques colorées représentants saint Georges, l’emblème de Moscou, et l’archange Michel, l’emblème de Kiev. Magnifique et superbe art.

Rédigé par l'équipe rédaction le 26 Avril 2017 à 08:13 | 0 commentaire | Permalien

MOLEBEN le 30 avril et PELERINAGE le 22 mai
Moleben et pèlerinage avec la bénédiction de Son Éminence Mgr Nestor, évêque de Chersonèse.

Le 30 avril Moleben de Pâques devant les reliques de Sainte Marie-Madeleine Égale aux Apôtres
Le 22 mai Pèlerinage, vénération des reliques de Saint Nicolas à Saint- Nicolas du Port

Contacts: prêtre Nicolas Nikichine ou Madame Inna Botcharova
+33 (0)6 50 64 01 26 / +33 (0)6 20 34 95 46
nicolas.nikichine@gmail.com ------ SITE " PALOMNIK"

Programme et affiche ...suite >>>>
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 17 Avril 2017 à 17:58 | 0 commentaire | Permalien

Le sang du Сrucifié – en 1931
Voici le miracle qui se produisit dans le grand village de Kalinovka.

A côté de la sucrerie, se trouvait une église près de laquelle s’élevait une grande croix de bois qui portait, peinte à l’huile sur fond métallique, l’image du Crucifié.

Le 1 septembre 1931, le comité du parti communiste arriva sur les lieux pour fermer l’église. Il apportait avec lui, toute prête, une « décision unanime du peuple » signée par tout le monde, paraît-il, afin de justifier la fermeture du sanctuaire pour « inutilité », mais les femmes commencèrent à crier : « Fermez d’abord vos synagogues si elles ne vous sont pas utiles ! Nous, nous voulons nos églises ! »

Au son de tout ce vacarme, les ouvriers surgirent de l’usine tandis que bientôt les paysans s’assemblaient aussi. Un des représentants du pouvoir ordonna à la foule de se disperser immédiatement sur menace de faire tirer sur elle. Pour effrayer cette manifestation, les soldats tirèrent en direction du Crucifié. Une des balles atteignit l’Homme-Dieu au côté droit, un peu au-dessous de la poitrine. Un flot de sang jaillit du trou !
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 14 Avril 2017 à 07:56 | 7 commentaires | Permalien

Georges et Akoulina
Au cours de l’hiver 1918, les bolcheviks complètement débrides se livraient à tous les excès imaginables dans la région du Don. Ils massacraient tous les cosaques qui ne leur plaisaient pas et profanaient les églises. Près du village Velokoknijeskaya, demeurait un faible d’esprit, Georges ainsi qu’une jeune épileptique, Akoulina.

Tous deux étaient de fervents croyants qui se rendaient chaque dimanche, depuis leur hameau, jusqu’à l’église du village.

Un jour, ils virent les bolcheviks qui faisaient entrer un cheval dans l’église. Profondément émus, ils se mirent à protester. Alors les bolcheviks les arrêtèrent et les lièrent l’un à l’autre ; après quoi ils célébrèrent pour eux un mariage sacrilège. Ceci fait, ils les amenèrent, toujours liés l’un à l’autre, jusqu’à la prison.

Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 8 Avril 2017 à 06:00 | 0 commentaire | Permalien

Père Alexis SKVORTSOV, prêtre et martyr
Le père Alexis est né le 9 février 1875 dans le village de Viélino (district de Bronnitsk, province de Moscou) dans la famille du prêtre Pierre Skvortsov.

En 1895, Alexis a terminé ses études au grand séminaire de Moscou et a été affecté en 1899 comme psalmiste à l’église de la Décollation-de-Saint-Jean-le-Précurseur du couvent de filles Saint-Jean à Moscou. Le 5 mars 1898, il fut ordonné diacre et en 1917 prêtre de la même église. En 1920, il fut honoré du port de la kamilavka.

Après qu’en 1918, époque de répression de l’Église orthodoxe russe, le monastère a été fermé par les incroyants et les cellules des sœurs transformées en prison pour condamnés politiques, l’église abbatiale Saint-Jean-le-Précurseur est devenue paroissiale, le père Alexis a continué d’y officier jusqu’à sa fermeture. Ensuite il a desservi la paroisse de la Dormition à Gjel (district de Bronnitsk).

En 1929, lorsque fut arrêté son recteur, le conseil de la paroisse de l’Archange-Michel du village de Zagornovo, situé non loin de Gjel, fit appel au père Alexis qui s’installa dans le village avec sa famille.

Au début des années trente, la section locale de la GPU a cherché le moyen d’arrêter le père Alexis.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 1 Avril 2017 à 09:06 | 0 commentaire | Permalien

Le ministère de la culture de la Fédération de Russie participe à la mise en œuvre du programme de restitution de leurs biens aux vieux-croyants
L’Eglise orthodoxe russe se prépare aux solennités du 400-e anniversaire de l’archiprêtre Avvakoum /1620-1682/ vénéré par les vieux-croyants en tant que martyr et confesseur.

Dans le cadre du comité d’organisation de ces festivités Alexandre Jouravsky, vice-ministre de la culture, a déclaré :

« Les représentants des communautés de vieux-croyants m’ont prié de contribuer à la rénovation et à la restitution de plusieurs monuments. Il s’agit entre autre du monastère de la Transfiguration à Moscou, foyer des vieux-croyants « sans-prêtres ».

C’est la loi qui définit les modalités de la restituion, elles sont assez simples. Il suffit à la communauté successeur en droit de s’adresser à l’agence « Rosimouchtchevstvo » pour initier les procédures. Il n’existe pratiquement pas de raisons officielles d’un éventuel refus.

Nous nous appliquerons à résoudre le plus rapidement possibles les problèmes qui risquent de survenir ».
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 31 Mars 2017 à 10:28 | 0 commentaire | Permalien

Venise: Exposition de photos de la cathédrale orthodoxe de la Sainte Trinité à Paris
Du 18 février au 2 mai 2017 la galerie "Wilmotte Foundation" expose les photos d'Alexandra Chemollo à Venise : la cathédrale orthodoxe du quai Branly à Paris. Lien

The exhibition "CATHEDRALE ORTHODOXE PARIS" by Alessandra Chemollo, will be inaugurated at the Wilmotte Foundation's gallery in Venice.


Wilmotte Foundation Gallery
Fondamenta dell’Abazia
Cannaregio 3560 - 30121 Venezia
Vaporetto Ca’D’Oro - Madonna dell’Orto | Taxi station Misericordia
Open : 10:00 am-1:30 pm / 2:00 pm-6:00 pm
Closed on Monday and bank holidays
tel: + 39 041 476 1160
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 30 Mars 2017 à 10:38 | 0 commentaire | Permalien

Les restaurateurs de Novgorod vont reconstituer d’anciennes fresques à partir de trois millions de fragments
Le Centre de restauration de Veliki Novgorod a reçu les fragments manquants des compositions murales vieilles de 637 ans de l’église Saint-Sauveur de la Transfiguration, catholicon du monastère du Sauveur-sur-Kovalev

Le Centre de restauration de la peinture monumentale de Veliki Novgorod est un établissement unique en Russie.

C’est là que plusieurs ateliers ont envoyé toutes les compositions murales de l’église Saint-Sauveur de la Transfiguration du monastère du Sauveur-sur-Kovalev, pour que les restaurateurs puissent poursuivre leur travail d’une extrême minutie : la reconstitution d’une image de 15 x 20 cm nécessite plus de trois semaines, et pour faire revivre toutes les fresques d’une église il faut parfois des dizaines d’années.

La méthode élaborée par les époux Grekov, explique la responsable du Centre Tamara Anissimova, facilite considérablement la tâche des artistes restaurateurs : la collecte et le tri des éclats des fresques sont effectués sur le lieu même des fouilles, conformément à leur disposition sur les murs du monument. Toute cette « poussière des siècles », parfois au sens propre, certains fragments ne mesurant que quelques millimètres, est rassemblée au Centre de restauration.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 27 Mars 2017 à 20:00 | -1 commentaire | Permalien

Monseigneur Tikhon, évêque d'Egorievsk, présidera le 25 mars au Centre spirituel du quai Branly une table ronde consacrée à l'Encyclopédie orthodoxe
Monseigneur Tikhon /Chevkounov/, évêque d'Egorievsk, présidera le 25 mars au Centre spirituel du quai Branly une table ronde consacrée à l'Encyclopédie orthodoxe

Dans le cadre du Salon du livre qui se tient actuellement à Paris le Centre du quai Branly organise le 25 mars à 12 h une Table ronde consacrée à l'Encyclopédie orthodoxe. Interviendront Serge Kravetz, responsable de l'édition de l"Encyclopédie orthodoxe ainsi que des chercheurs russes et français.

Cette importante publication a commencé avec la bénédiction du défunt patriarche Alexis II, elle se poursuit jusqu'à présent. Quarante cinq volumes de l'Encyclopédie ont déjà paru.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 20 Mars 2017 à 13:10 | 0 commentaire | Permalien

 Centre spirituel et culturel orthodoxe russe: soirée « CAMP DU BAN SAINT-JEAN »
Veuillez trouver ci-jointe et avec ce lien une annonce de la soirée « CAMP DU BAN SAINT-JEAN » (1941-1944)

Rencontre avec Gabriel Becker, auteur de «Trou de mémoire» le vendredi 10 mars (à 19h30) au Centre spirituel et culturel orthodoxe russe (1 Quai Branly, 75007 Paris), présentation d'un film.

Entrée gratuite. La présentation et le film seront en français.

Notez qu'à partir du 11 février tous les samedis à 10 h le Séminaire orthodoxe russe en France assurera la célébration de la Liturgie en français.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 10 Mars 2017 à 08:56 | 0 commentaire | Permalien

Un vétéran de la Wehrmacht remet une collection d’icônes anciennes à une église russe
L’église Saint Jean de Cronstadt Hambourg, ( PM) a reçu en don une collection d’icônes d’un ancien soldat allemand ayant participé aux combats de la Deuxième guerre.

L’archiprêtre Serge Babourine, recteur de la paroisse, a précisé : « Il s’agît d’une personne très secrète. Le donateur a très peu parlé de soi. Ce que nous savons de son passé est très intéressant. Il a été fait prisonnier par les russes. Il a consacré les 35 ans qui ont suivi sa libération à réunir cette collection. Il acquérait ces œuvres à des ventes aux enchères, cela lui procurait le sentiment de sauver les icônes de leur captivité.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 10 Mars 2017 à 05:00 | 0 commentaire | Permalien

Nouvelle rencontre : « le Grand Exode »  dans le cadre du cycle des débats et conférences « Les Russes hors-frontière »
L’Union des Descendants de Combattants russes et le Mouvement en la Mémoire des Russes Blancs vous invitent à cette rencontre dans le cadre des « Russes hors frontière ».

Cette foi-ci, notre hôte sera Monsieur Andreï Adreevitch Moussine-Pouchkine ; sa conférence portera sur le « Grand Exode à travers le souvenirs de mes proches »

Le 11 novembre 1920, le grand-père d’Andreï Moussine-Pouchkine quitta, sans savoir ou il ira, avec sa famille, la ville de Sébastopol. Son grand-père fut le Colonel Boris Nikolaevtich Gonorskiy, défenseur de Perekop, allié et ami du Général A.P. Koutepov

Grâce aux témoignages oraux de la mère de M. Andreï Moussine-Pouchkine, nous avons cette unique et si précieuse parole vivante retraçant les épreuves de la Crimée, jadis, l’exode, et le regard de cette fille qui à l’époque n’avait que 9 ans. Ces souvenirs vivaient en elle comme des peintures vivantes jusqu’à son trépas
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 9 Mars 2017 à 10:56 | 0 commentaire | Permalien

Un nouveau livre de Grzegorz Ojcewicz « Les vérités simples. Les mystères de Sainte Mère Marie (Skobtsov) et autres œuvres »
Pologne, "Szczytno", 2017

Professeur Grzegorz Ojcewicz : « Dans mon livre "Les vérités simples. Les mystères de Sainte Mère Marie (Skobtsov) et autres œuvres" je présente trois mystères de la moniale orthodoxe russe, écrits alors qu’elle se trouvait en exil en France entre 1939 et 1942.

L’intégralité des trois textes ont été inspirés par la réaction de Mère Marie à des problèmes à caractère spirituel, religieux et éthique, extrêmement importants pour elle .

Le mystère Anna est devenu une sorte de témoignage personnel littéraire . Elle avait sa propre définition du service du prochain, tout en plaidant pour l’exercice intensif du ministère religieux en dehors de l’église. Selon Mère Marie, la liturgie se réalisait à chaque instant, en forme du soutien prêté à toutes les personnes dans le besoin.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 4 Mars 2017 à 21:36 | 0 commentaire | Permalien

La Série Documentaire " Cent ans après la révolution russe, hériter de 1917 " du lundi 20 au jeudi 23 février de 17h à 18h sur France Culture
De lundi 20 à jeudi 23 février de 17h à 18h, vous pourrez écouter sur France Culture la série documentaire en 4 épisodes que nous avons réalisée avec Julie Beressi à l'occasion du centenaire de la révolution russe de 1917. Les émissions seront bien entendu écoutables en ligne et podcastables après diffusion sur le site de l'émission.

Lundi 20 février :

Le quotidien révolutionné
À Saint-Pétersbourg, cent ans après la révolution russe ICI

Mardi 21 février :

Bâtir, nommer, façonner les traces de 1917
À Moscou, cent ans après la révolution russe ICI

Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 19 Février 2017 à 14:32 | -1 commentaire | Permalien

Le fait religieux dans l’Empire russe et au début de l’URSS
V.G.

Nombreuses sectes marginales

Nous avons l’habitude de considérer l’empire russe comme un état quasiment mono-religieux, avec une Orthodoxie omniprésente derrière l’empereur orthodoxe, un peu comme Byzance.

En y regardant de plus près, on peut aussi reconnaitre plusieurs autres "religions traditionnelles": l’Islam, confessé par près de 1/3 des sujets après les dernières conquêtes du XIXe siècle, le judaïsme et le catholicisme, largement présent en Pologne et Lithuanie annexées à la fin du XVIIIe, le protestantisme luthérien, traditionnel en Lettonie, Estonie et dans les colonies allemandes de la Volga.

Par contre bien peu de choses sont connues sur les sectes issues de l’Orthodoxie, sauf les "Vieux Croyants" et l’article de Juliette Cadiot, « Le fait religieux dans l’Empire russe et au début de l’URSS » (1) fait un point sur les études de ce domaine spécifique parues récemment. Son article permet de se faire une première idée de ce foisonnement religieux généralement mal vu par les autorités.

Photo: Un fragment du tableau "Boyarine Morozova" de Vassili Sourikov qui représente la poursuite des vieux-croyants
Rédigé par Vladimir Golovanow le 14 Février 2017 à 09:40 | 0 commentaire | Permalien

LA PAROISSE de la SAINTE TRINITE à Clichy 1927-1972
par Igor OROBCHENKO

Quand les Russes sont poussés par le besoin, ils sont entreprenants. Arrivés dans le pays d’accueil, de multiples associations virent le jour : militaires, religieuses, artistiques, éducatives, caritatives !

Les anciens combattants se regroupèrent par armes, école ou campagnes... On ouvrit des écoles du jeudi, on bâtit des églises, de nombreux journaux de différentes tendances firent leur apparition, etc...A Clichy-la-Garenne, où plus de 60 familles se retrouvèrent aux environs de 1927, elles s’organisèrent en communauté. En 1941, l’on recensait 332 Russes émigrés. Une paroisse orthodoxe du nom de « Paroisse orthodoxe russe de la Sainte-Trinité » fut créée, un magasin ouvrit ses portes, une association se mit à vivre activement.

* * *
L’ancienne église et la première (parce que il y en a eu deux), était située au 15 rue KLOCK, dans des locaux prêtés par la communauté protestante (Pasteur Maroger) je crois.En guise de locaux c’était un entrepôt ou même une ancienne grange, en bois, qui formaient un U avec une cour couverte de gravier et avec des platanes dont un descendant existe encore à ce jour.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 27 Janvier 2017 à 10:52 | 0 commentaire | Permalien

(un petit extrait du film)
L’association Chersonèse vous invite le 3 février a 19h 30 au Centre culturel russe du quai Branly :

Présentation du film documentaire franco-russe de Ekaterina Tsvetkova « Trois chansons de perle ».
Ce sont trois vies, trois destinées racontées à la première personne. La recherche existentielle y porte sur l’esprit de la Russie, sur « l’âme russe ». Le film est en russe, sous-titres français et anglais

Rassemblement devant l'entrée de la Cathédrale de la Sainte-Trinité - 1 Quai Branly Pour toutes questions, appelez au 06 69 13 12 41 Anton Sidenko. Veuillez trouver ICI le planning des évènements

affiche_trois_chansons_de___perle_a0_1_.pdf Affiche_Trois chansons de perle_A0(1).pdf  (1.13 Mo)

Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 26 Janvier 2017 à 12:07 | 0 commentaire | Permalien

Sur les traces d'Andreï Roublev  (1360 — 1428)
L’Eglise orthodoxe compte beaucoup de peintre d’icônes mais le plus connu est indéniablement Andreï Roublev. Célébré en Russie, et aussi, grâce au film de Tarkovski, au-delà des frontières. Mais que savons-nous au juste de ce mystérieux personnage ?

Un destin clément

Andreï Roublev a vécu une vie plutôt heureuse : il était reconnu de son vivant, est mentionné dans les chroniques, les Grand-Princes et les monastères lui passaient des commandes, il a travaillé à Moscou, Vladimir, Zvenigorod.Et après sa mort, son nom a traversé les siècles. Ses icônes ont été reconnues comme modèles pour les autres iconographes par le Synode Stoglav dès 1551.

Ses icônes étaient particulièrement adulées par les Vieux-croyants. Elles incarnaient le canon iconographique et l’image religieuse orthodoxe par excellence. Même au XIXè siècle, alors que les icônes ont perdu de leur popularité, les siennes sont restée un modèle de l’art religieux.

A l’ère soviétique, Andreï Roublev est devenu le symbole de la culture de la vieille Russie. En 1960, l’UNESCO a fêté solennellement l’anniversaire de ses 600 ans et Moscou a inauguré le Musée de la culture et de l’art de l’ancienne Russie Andreï Roublev, tandis que les chercheurs et scientifiques ont commencé à s’intéresser à ses œuvres, rassemblées en grande partie à la Galerie Tretiakov.

Lire aussi: Un nouveau projet hors du commun sous le nom de Rublev.com une base de données sur l’Orthodoxie, un guide et réseau social pour les fidèles et tous ceux qui s’intéressent au christianisme. Chacun peut se joindre au projet : devenir bénévole ou produire un apport à cette bonne œuvre
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 24 Janvier 2017 à 10:24 | 0 commentaire | Permalien

La fête de Noel à la cathédrale russe Sainte-Trinité

Рождественское_мероприятие__1_.doc Рождественское мероприятие (1).doc  (45 Ko)

Chers amis,

A l’occasion des fêtes de Noël, la communauté orthodoxe parisienne de la cathédrale Sainte-Trinité invite chaleureusement les habitants de Paris ainsi que les hôtes de la capitale française à prendre part dans la foire-exposition et le concert de bienfaisance qui se dérouleront au Centre culturel et spirituel russe (1, quai Branly, Paris).

La cathédrale Orthodoxe Russe de la Sainte-Trinité vous invite à un concert de bienfaisance : « Les compositeurs russes, du classique au contemporain ».

Le concert aura lieu le 15 janvier à 19h00 dans l’amphithéâtre du Centre Culturel. Entrée : 1, quai Branly

Au programme du concert, des œuvres vocales et instrumentales de compositeurs russes interprétées par des solistes de l’Opéra National de Paris et des lauréats de concours internationaux.
Dans la pièce ci-jointe vous trouverez le programme de la fête, qui débutera par un buffet russe, des master-classe, une vente de souvenirs!
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 14 Janvier 2017 à 10:38 | 1 commentaire | Permalien

«Je n’ai jamais décoré de sapin»
Larissa

« A l’époque soviétique, les étoiles de Bethléem et les anges de cires ont été changés pour des étoiles rouges à cinq branches ou étoiles du Kremlin ».

C'est vers 330 que l'empereur Constantin fixa la date au 25 décembre, mais ce n'est qu'en 353, sous le pape Liberius (ou Liberos) que la fête de la naissance du Christ fut instituée à Rome. L'Eglise d'orient, qui jusqu'alors célébrait la naissance de Jésus le 6 janvier jour de l'Epiphanie, adopta en 381 elle-aussi la date du 25 décembre sur l'initiative de Grégoire de Nazianze, célébrant ainsi la venue sur terre du sauveur.

En 425, l'empereur d'Orient Théodose II codifia officiellement les cérémonies de la fête de Noël, ainsi Noël devint une fête exclusivement chrétienne. Le concile d'Agde en 506 rendit cette fête obligatoire, et l'empereur d'Orient Justinien, en 529, en fit un jour férié. C'est à partir du Ve siècle, sous le pontificat de Grégoire le Grand que l'on commença à célébrer la messe de minuit.

Au VIIe siècle, l'usage s'établit à Rome de célébrer 3 messes : la vigile au soir du 24 décembre, la messe de l'aurore et la messe du jour le 25 décembre.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 2 Janvier 2017 à 12:05 | 57 commentaires | Permalien

1 2 3 4 5 » ... 27


Recherche



Derniers commentaires


RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile