Homélie pour la fête de la Transfiguration
Frères, il nous arrive, à nous chrétiens, d’être interpellés par nos contemporains agnostiques ou ayant perdu la foi sur l’utilité et le caractère pratique du message du Christ.

Certains d’entre nous sommes en effet tentés d’intellectualiser un peu trop notre foi, ou encore de la socialiser à outrance, au détriment de la dimension proprement sotériologique. Je ne dis pas qu’il ne faille pas impliquer notre intellect lorsque nous scrutons la Parole du Christ. Au contraire, notre foi serait vaine si elle n’avait l’adhésion intégrale de notre raison. Ce que je veux dire, c’est que nous ne pouvons réduire le christianisme à une théologie abstraite, de même qu’il ne peut être considéré comme le signe d’une identité particulière.

La foi chrétienne est tout à fait concrète et, si j’ose dire, pragmatique. Ou plutôt, elle est essentielle, puisqu’elle nous touche au plus profond de notre nature, elle transfigure notre être tout entier. Aujourd’hui, lorsque nous célébrons la Transfiguration de Jésus-Christ, c’est le moment de nous en rappeler.

"La Transfiguration" : une icône de mère Marie (Skobtsov)
Rédigé par Parlons d'orthodoxie le 19 Août 2017 à 08:18 | 0 commentaire | Permalien

L’enfance de Jésus
Les Evangiles canoniques n’en disent pas grand-chose et les apocryphes, abondants sur le sujet, versent souvent dans le pur merveilleux.

Pauvre parmi les pauvres d’Israël

Joseph, son père « adoptif », n’a rien d’un grand seigneur. Il est charpentier, ou tout simplement ouvrier du bâtiment, selon la manière dont on traduit le grec tektôn (Mt 13, 55). Lors de la présentation de Jésus au Temple, 40 jours après sa naissance, ainsi que le prescrit la loi juive de l’époque, Joseph et Marie offrent le sacrifice des pauvres (Lc 2, 24), « un couple de tourterelles ou deux jeunes colombes ». La famille de Jésus est donc comptée parme les pauvres d’Israël.

Cette condition modeste a peut-être gênée une partie des premiers croyants. D’ailleurs, la critique antichrétienne en a aussi longtemps fait un argument contre la divinité de Jésus. « Il n’y a rien là qui fasse pressentir le royaume de Dieu », se moque le Romain Celse (II siècle) dans son fameux discours « Contre les chrétiens ».
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 3 Août 2017 à 09:16 | 2 commentaires | Permalien

Père Serge Boulgakov :  LES PORTES DE LA PENITENCE
" Ouvre-moi les portes de la pénitence, ô Source de vie ! "

Une volonté consciente

À cette époque, l’Église prie pour l’ouverture des portes de la repentance. Quelles sont ces portes ? Où sont-elles ? Combien de fois nous nous plaignons et nous déplorons que nous ne connaissions pas le repentir, que nous ne savions pas comment se repentir ! Notre cœur reste vide et froid, même quand nous cherchons le repentir ; notre conscience continue à sommeiller.

Néanmoins, nous savons qu’il n’y a pas de salut sans repentir : sans le repentir, on ne peut pas s’approcher du Royaume de Dieu et la foi vivante demeure impossible. Le repentir est le sel qui donne à la nourriture toute sa saveur. Comment pouvons-nous connaître sa puissance ?

Photo, Crimée 1920

Le repentir commence en nous par une volonté consciente de voir et de reconnaître notre péché : " Car je reconnais mes transgressions, et mon péché est constamment devant moi " – l’âme témoigne contre elle-même dans le cri de repentance du psalmiste (Ps 50, 3).
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 2 Août 2017 à 09:13 | 19 commentaires | Permalien

Père Andrew Phillips - Panorthodoxe ou non-orthodoxe?
Même dans l'Église orthodoxe russe, nous entendons parfois parler des organisations, des assemblées, des conférences, des réunions, même des «liturgies panorthodoxes», «panorthodoxes». mais qu'est ce que ça veut dire?

Chaque liturgie est «panorthodoxe», dans la mesure où tous les orthodoxes sont invités à participer, en effet, le monde entier est invité à prier. Malheureusement, l'expression «panorthodoxe» signifie vraiment «seulement pour des orthodoxes choisis».

En fait, cela signifie «pour les nouveaux calendaristes seulement» (excluant ainsi 85% des orthodoxes) et pour les œcuménistes, les modernistes, les francs-maçons et les intellectuels libéraux (excluant ainsi 99,9% du reste). Comment cette distorsion de sens a-t-elle eu lieu?

Ce mot déformé vient de deux visions opposées de l'unité de l'Église, en particulier dans la Diaspora. La première vision de l'unité, celle «panorthodoxe», repose sur un nivellement vers le plus bas dénominateur commun, en fait, sur la protestantisation et la sécularisation.

L'autre vision de l'unité, l'orthodoxe, est basée sur une aspiration vers le plus haut dénominateur commun, en fait, elle est ascétique et conduit à la sainteté.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 27 Juillet 2017 à 11:29 | 3 commentaires | Permalien

Archange saint Gabriel
Tout au long de l’Ancien Testament, les anges sont présents pour instruire, protéger, réconforter et conduire les hommes.Le Nouveau Testament est aussi tout rempli du ministère des anges.

Nous savons que si les anges se présentèrent aux hommes comme des messagers de Dieu, ils sont avant tout, de purs esprits qui se déploient dans une dimension étrangère à notre espace, sans être soumis à la durée ni au rythme du temps.

L’ordinaire de la vie immortelle de ces créatures personnelles, pour parler comme Jésus, est de contempler sans cesse la face du Père qui est aux cieux, bonheur dont ils s’éloignent par amour de Dieu et des hommes, pour porter la parole de l’un aux autres. « Ange, dit saint Augustin, désigne la fonction non pas la nature. Tu demandes comment s’appelle cette nature ? Esprit. Tu demandes la fonction ? Ange. D’après ce qu’il est, c’est un esprit, d’après ce qu’il fait, c’est un ange. »

Après l’expulsion de nos premiers parents, l’ange à l’épée flamboyante interdit l’entrée du Paradis terrestre. Un ange consola Agar dans le désert. C’est un ange qui arrêta le bras d’Abraham prêt à immoler Isaac. Avant que Sodome fût détruite par le feu du ciel, un ange fit sortir Loth et sa famille de la ville. Le patriarche Jacob vit en songe des multitudes d’anges monter et descendre l’échelle qui allait de la terre au ciel.
Rédigé par Parlons d'orthodoxie le 26 Juillet 2017 à 04:46 | 2 commentaires | Permalien

Le 30-e anniversaire du rappel à Dieu de l'archimandrite Serge (Chévitch)
Le dimanche 23 juillet 2017
A l'occasion du 30 ème anniversaire du rappel à Dieu de l'archimandrite Serge (Chévitch) le 25 juillet 1987

Après la liturgie dominicale à sa mémoire célébrée en l’église des Saints Nouveaux Martyrs, à Vanves, à 10h15,

des agapes fraternelles seront proposées aux fidèles présents, suivies d’une communication d’Emilie van Taack (vers 14h30). Ceux qui le désirent se rendront pour une panikhide au cimetière de Sainte Geneviève des Bois (autour de 16h00).

Lire: Extraits du livre de Jean-Claude Larchet "Le Starets Serge" et « Vivre au jour le jour »
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 23 Juillet 2017 à 09:11 | 1 commentaire | Permalien

Homélie prononcée par Mgr Nestor, évêque de Chersonèse,  le jour de la commémoration des saints apôtres Pierre et Paul
Au nom du Père, du Fils et du Saint Esprit !

Nous glorifions et nous commémorons aujourd’hui saints Pierre et Paul, les deux apôtres, nos deux premiers évêques qui nous ont été donnés par le Christ Lui-même. Le Sauveur les a envoyé dans le monde afin qu’ils annoncent le salut. Sans Pierre et Paul nous n’aurions pas la foi, nous ne serions pas chrétiens. Dieu a fait que les hommes apprennent les uns des autres recevant ainsi tout ce qui est essentiel au croyant.

Souvent notre foi demeure dans notre subconscient mais elle remonte à la surface et se manifeste avec une force particulière à la suite d’une rencontre avec quelqu’un qui est apte à nous enseigner et à nous indiquer le chemin de la Vérité. Ces rencontres sont rigoureusement individuelles pour chacun d’entre nous mais à chaque fois nous sentons d’emblée que nous avons affaire à une personnalité à la spiritualité forte.

Nous sommes dans l’attente, nous sommes dans une sorte de quête mais souvent nous ne savons pas comment appréhender la vraie foi ni même comment franchir le seuil d’une église.
Rédigé par Parlons d'orthodoxie le 12 Juillet 2017 à 07:17 | 0 commentaire | Permalien

Le monastère de Chevetogne est unique en son genre: un pont entre l’Orient et l’Occident
Nicolas Imbert

Fondé en 1925 par Dom Lambert Beauduin, cette cité monastique se distingue par la coexistence, dans une seule et même communauté, de deux traditions liturgiques : d’une part celle de l’Occident (rite latin) et d’autre part celle de l’Orient (rite byzantin).

Ayant l’aspiration profonde d’une unité entre chrétiens, la vocation de ce monastère s’inscrit dans une démarche œcuménique que la célébration des deux liturgies inaugure et réalise par un « rapprochement des âmes » que formulait de ses vœux le père Beauduin. Un désir de rapprochement qui n’entre pas en dissonance avec l’identité bénédictine du monastère, bien au contraire.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 2 Juillet 2017 à 06:38 | Permalien

SAURONS NOUS LA VÉRITÉ SUR LES RELIQUES IMPÉRIALES ?  LUEURS D'ESPOIR…
Vladimir Golovanow

La scène du cinquième sceau, fresque du monastère Saint Dyonisios, Mont Athos

"Et quand l'agneau ouvrit le cinquième sceau, je vis sous l'autel les âmes de ceux qui avaient été immolés à cause de la parole de Dieu et à cause du témoignage qu'ils avaient rendu.

Ils crièrent d'une voix forte, en disant: Jusques à quand, Maître saint et véritable, tardes-tu à juger, et à tirer vengeance de notre sang sur les habitants de la terre?…" Apocalypse 6; 9-10.

C'est par cette citation de l'apocalypse que je commençais l'an dernier un article sur le sort des reliques impériales et nous n'avons rien appris de bien nouveau depuis.

Les représentants de la commission d’enquête spéciale, créée sous l'égide de l'Église russe, ont rapporté au patriarche Cyrille le 14 juin les conclusions intermédiaires de l’identification des restes exhumés entre 1979 et 2007 "dans le "Vallon du Porcelet" (voir article cité). Mais, si le patriarche a eu des informations – la réunion a duré 5 heures, aucune n'a été donnée à l'opinion publique…

L’évêque de Yegorevsk Tikhon (Chevkounov), vicaire du patriarche de Moscou responsable de l'enquête, a bien donné une courte interview à l’agence Tass mais n'a rien dit de concret sur les résultats des expertises conduites depuis dix-huit mois, tous les résultats étant couvert par le secret de l'instruction, vais il a précisé que "beaucoup d'éléments nouveaux avaient été découverts…" sans vouloir en dire plus.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 30 Juin 2017 à 21:09 | 1 commentaire | Permalien

La couronne d'épines du Sauveur
"VENITE, ADOREMUS…"

C'est de plus en plus fréquemment que l'on peut voir, un peu partout en France des copies d'icônes russes dans les églises catholiques: la Trinité de Roublev, la Vierge de Vladimir, la Face du Sauveur…

Le défunt patriarche de Moscou et de Russie Alexis II s'est rendu en France en octobre 2007.

Il a offert au cardinal de Paris Mgr. André Vingt Trois une copie de l'icône de la Vierge de Vladimir.

Cette admirable œuvre d'art peut être vue dans l'une des chapelles de la nef gauche de Notre Dame de Paris.

Le patriarche est intervenu à la session de l'Assemblée Parlementaire du Conseil de l'Europe à Strasbourg , à Paris il a été reçu par le Président Nicolas Sarkozy.

S.S. Alexis II a prié devant la Couronne d'Epines du Sauveur à Notre Dame de Paris. L'immense cathédrale était pleine, beaucoup de fidèles avaient du s'assembler sur le parvis.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 20 Juin 2017 à 11:20 | 1 commentaire | Permalien

La «Journée de l’Orthodoxie» a eu lieu dans le Centre spirituel et culturel
Le 5 juin 2017, fête du Saint Esprit, l’Assemblée des évêques orthodoxes de France (AEOF), a pris l’initiative d’organiser une Journée de l’orthodoxie. Celle-ci s’est déroulée en deux lieux : l’office eucharistique a été célébré à la cathédrale Saint-Stéphane (métropole de Gaule, patriarcat de Constantinople) ; les conférences se sont tenues au Centre du quai Branly.

Ce forum panorthodoxe a commencé par la célébration d’une divine liturgie à la cathédrale Saint Stéphane. Elle était présidée par Mgr Emmanuel, métropolite de Gaule (Patriarcat de Constantinople). L’office a été concélébré en présence des évêques des Eglises orthodoxes locales : le métropolite Joseph (Métropole Orthodoxe Roumaine d'Europe Occidentale et Méridionale) ; Mgr Jean, archevêque de Charioupolis (exarque du patriarche œcuménique, Archevêché des églises orthodoxes russes en Europe occidentale) ; Mgr Nestor, évêque de Chersonèse; Mgr Marc, évêque de Neamț (auxiliaire de l'Archevêché orthodoxe roumain d'Europe Occidentale) ; Mgr Irénée, évêque de Reghion (vicaire de la métropole de France, patriarcat de Constantinople) ainsi que des représentants du clergé de diverses Eglises orthodoxes locales.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 13 Juin 2017 à 07:38 | 0 commentaire | Permalien

Du mensonge à l’infarctus
Par le père Jean Valentin Istrati (prêtre roumain)

Si vous voulez ne plus éprouver de douleurs cardiaques commencez par aimer de tout votre cœur, prier et éprouver de la joie pour tous les humains.

Nous vivons dans un monde dans lequel les nouvelles technologies proclament avoir maîtrisé la matière.

Cela n’empêche en rien les hommes de souffrir des séquelles de la désobéissance d’Adam : elle a conduit à la fragilité de notre être et à la corruption qui suit la mort.Il y a longtemps que nous avons franchi le mur du son, que nous allons dans l’espace, nous sommes prêts d’avoir épuisé les ressources naturelles de notre planète.

Nous voilà aptes à faire tenir des macro bibliothèques dans un objet qui fait la taille d’une boîte d’allumettes.Nous restons ébaubis en contemplant le ciel étoilé et nous scrutons les ossements des dinosaures en éprouvant une indicible nostalgie du lointain passé. Notre vie ne s’en trouve pas de meilleure qualité.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 12 Juin 2017 à 19:00 | 0 commentaire | Permalien

Saint Jean Baptiste
Dans le christianisme, Jean le Baptiste est le prophète qui a annoncé la venue de Jésus de Nazareth. Il l'a baptisé sur les bords du Jourdain, laissant certains de ses disciples se joindre à lui. Précurseur du Messie, il est donc présenté dans les synoptiques comme partageant beaucoup de traits avec le prophète Élie, ce qu'il n'est pas dans l'Évangile selon Jean

par Xenia Krivocheine

L'histoire de la tête de Saint Jean Baptiste à Amiens est riche en péripéties tragiques, elle s'étale sur plusieurs siècles. Au cours des deux derniers millénaires elle a à plusieurs reprises disparu pour resurgir à nouveau. L'infâme Hérodiade avait enseveli la tête de saint Jean dans son verger tandis qu'elle rendit son corps aux disciples du martyr.

Des flots de pèlerins se mirent à affluer en Terre Sainte pour y vénérer la Sainte Croix et le Saint Sépulcre sous le règne de l'empereur Constantin et de sa mère Hélène. Une fois deux moines venus en pèlerinage virent en songe l'endroit où reposait la tête de St Jean.

Effectivement, les deux frères découvrirent la relique dans l'ancien verger du roi Hérode. Ils mirent la tête dans un sac et s'en allèrent à la recherche d'un travail. Chemin faisant un troisième compagnon se joignit à eux, c'était un potier. Fatigués de porter leur fardeau les deux moines le lui confièrent et ordonnèrent de ne pas essayer de regarder le contenu du sac.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 7 Juin 2017 à 09:00 | 10 commentaires | Permalien

Dix icônes de la Sainte Trinité
Par Marie Sentchoukova, agrégée de philosophie, professeur de culture orthodoxe et de l'histoire des religions

Traduction N.Krivocheine Pravoslavie i Mir

La Trinité

Aristote a écrit « la philosophie commence avec l’étonnement ». Cela se rapporte entièrement à la dogmatique chrétienne : comment pourrait-elle ne pas commencer avec l’étonnement ? Les univers bâtis par Tolkien, Carol Lewis et Michael Ende, avec toutes leurs énigmes féeriques, sont loin d’atteindre les profondeurs mystiques et paradoxales des dogmes chrétiens. Le christianisme se fonde sur le grand mystère de la Très Sainte Trinité.

C’est là le mystère de l’Amour Divin révélé en et par cette inconcevable unicité. Vladimir Lossky disait que nous voyons en la Trinité l’unité dans laquelle réside l’Eglise. De même que les Personnes de la Trinité ne sont pas fusionnées mais constituent un Tout, nous sommes tous réunis en un seul et unique Corps du Christ. Ce n’est ni une métaphore, ni un symbole mais une simple réalité, semblable à celle de la présence du Corps et du Sang du Christ dans l’eucharistie.

Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 4 Juin 2017 à 10:00 | 2 commentaires | Permalien

 Pèlerinage a Bruges (Belgique) Samedi le 10 juin
« Si vous ne mangez pas la chair du Fils de l’Homme et ne buvez pas son sang, vous n’aurez pas la vie en vous » (Jn 6, 47-58).

Samedi le 10 juin 2017 : Pour vénérer les reliques du Saint Sang du Christ et St Basile le Grand

Contacts: prêtre Nicolas Nikichine ou Madame Inna Botcharova
+33 (0)6 50 64 01 26 / +33 (0)6 20 34 95 46
nicolas.nikichine@gmail.com ------ SITE " PALOMNIK"

Programme et affiche ...suite >>>>
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 1 Juin 2017 à 12:58 | 0 commentaire | Permalien

 Ils ont vu la lumière!  Hallucination ou incursion dans l'au-delà?
Sans verser dans un mysticisme de mauvais aloi nous reprenons cet article, doublement intéressant car rédigé dans une optique tout à fait agnostique. "PO"

Coma. Hallucination ou incursion dans l'au-delà ? Les expériences de mort imminente fascinent.

Anne Jeanblanc

« E n 1999, j'ai fait une varicelle, avec une complication pulmonaire gravissime », raconte Pierre Roulet, directeur technique d'une société qui fabrique des prothèses articulaires. Hospitalisé en urgence à l'hôpital de Thiers, il passe trois jours critiques et il est maintenu dans un coma artificiel pendant deux semaines. « N'étant plus dans mon corps, ma souffrance physique a disparu et j'ai ressenti une liberté totale. C'est difficile à expliquer. On est à la fois tout et partie de l'environnement. Il suffit de penser à quelqu'un pour être directement en prise avec lui. J'ai perçu des communications téléphoniques qui me concernaient. »

« Je n'ai pas vu distinctement mon corps, continue ce quinquagénaire, mais j'ai observé les médecins me faire une échographie et la présence d'un spécialiste de Roanne venu tout exprès pour moi, j'ai entendu les commentaires sur mon état et j'ai mal vécu le fait d'être traité comme un objet par une infirmière. Pourtant, selon les médecins à qui j'ai raconté cela plus tard-et qui ont confirmé mes dires-, je n'étais pas en état de capter quoi que ce soit. [...] A plusieurs reprises, j'ai vraiment eu l'impression de sortir de mon corps. Une fois, j'ai repris conscience dans le corps d'une femme, hospitalisée en réanimation. Cela paraît complètement aberrant, mais je ne l'oublierai jamais. Ça m'a permis de comprendre qu'au niveau du psychisme hommes et femmes sont très différents. »
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 27 Mai 2017 à 20:50 | 0 commentaire | Permalien

Et sur cette pierre je bâtirai  mon Eglise
Traduction Elena Tastevin

YOU TUBE "Polygone Boutovo - Le Golgotha russe "

A la veille de la commémoration des Nouveau Martyrs de Boutovo qui a lieu chaque année le quatrième samedi qui suit Pâques Sa Sainteté Cyrille a présidé, comme il le fait toujours, une Divine Liturgie à ciel ouvert, non loin de l'église des Nouveaux martyrs et confesseurs de Russie.

Le "polygone" de Boutovo est le lieu ont se produites des exécutions de masse de prisonniers politiques. On compte parmi les victimes un nombre important de clercs et de laïcs qui ont été récemment canonisé.

L’higoumène Damascène (Orlovsky), membre de la Commission Synodale pour la canonisation , responsable du fonds « Mémoire des martyrs et confesseurs de l’Eglise Orthodoxe Russe »

Les premières exécutions ont eu lieu au Polygone de Boutovo en 1937, presque vingt ans après la révolution d’octobre. Ce site est peu étudié mais il est l’un des symboles les plus importants de l’histoire russe du XX siècle.
Rédigé par Parlons d'orthodoxie le 14 Mai 2017 à 21:40 | 0 commentaire | Permalien

LE PARALYTIQUE DE LA PISCINE DE BÉTHESDA - 4e dimanche après Pâques
LE PARALYTIQUE DE LA PISCINE DE BÉTHESDA (Jean 5, 1-5) (4e dimanche après Pâques)

Ces dimanches qui suivent Pâques

"Je prépare une conférence à propos de ces dimanches qui suivent Pâques (de Thomas, des Femmes Myrophores, du Paralytique, de la Samaritaine, de l'Aveugle-né), du sens de ces lectures évangéliques et de toute cette période de la Pentecôte comme réponse à la question: où est cette "nouvelle vie de la nouvelle créature" que nous recevons dans le baptismal "co-ensevelissement avec le Christ"* pour Pâques? D'une part c'est le moment de la "joie", de la communion à la nouvelle vie ressuscitée, au" jour sans soir"* (le dimanche qui "se prolonge" liturgiquement toute la semaine).

Et de l'autre côté, c'est l'explication comment "vivre" de cette vie en "ce monde" et dans son temps déchu. Ce "message"** est-il compris par qui que ce soit? Je n'e suis pas certain." (1)

Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 7 Mai 2017 à 10:49 | 0 commentaire | Permalien

La communion sans confession : interview du métropolite Kallistos (Ware)
Nous vous proposons de découvrir l’activité pastorale de Mgr Kallistos, évêque métropolite de l’Église de Constantinople et professeur à Oxford. Cet entretien concerne un des problèmes actuels, celui de la préparation à la communion et de ses rapports à la confession, il met au jour des différences entre les pratiques grecque et russe.

En 2012, à Moscou s’est tenue une conférence pastorale du type table ronde où ont été traitées les questions du jeûne, du cycle de prières et de la confession avant la communion. Dans l’Église orthodoxe russe s’est instaurée la tradition de se préparer à la communion par un jeûne de trois jours, la lecture des trois canons et du cycle de prières préparatoires à la communion et de se confesser.

Pensez-vous que l’on puisse alléger cette préparation à la communion ?

Mgr Kallistos — Nous devons tenir compte des traditions de chaque Église locale et ne pas modifier les exigences inconsidérément. La question que vous soulevez est importante, surtout pour nous qui vivons en Occident où les orthodoxes grecs vivent aux côtés d’orthodoxes russes, et parfois dans une même paroisse, comme c’est le cas, par exemple, à Oxford.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 6 Mai 2017 à 20:35 | 0 commentaire | Permalien

Le Saint Martyr Alexandre, archevêque de Semipalatinsk : "Vous n’aurez pas mon âme!"
La fête des Saints de Koursk est établie par l’Eglise Orthodoxe Russe en l’honneur des Saints nés dans la région de Koursk ou de ceux qui ont officié dans le cadre du diocèse de Koursk. La fête a été établie le jour de la translation des reliques du Saint Séraphin de Sarov (19 juillet/1 août). Les Saints de Koursk sont essentiellement martyrs et confesseurs russes du XX siècle.

L’archevêque Alexandre (Choukine) est né en 1891 à Riga dans la famille du prêtre Jean Choukine et de la pieuse Elisabeth. Son grand-père, Vassily Choukine a été diacre à Riga, son père était diplômé de l’Académie de théologie de Moscou. Ordonné prêtre, il a enseigné le catéchisme au séminaire, dans une école du diocèse et dans des lycées. Il a également enseigné le latin et le grec.

Le père Jean et Elisabeth avaient sept enfants. La fille du père Jean se rappelait que son père aimait les enfants sans les gâter pour autant. Il ne satisfaisait pas leurs caprices par peur d’en faire de mauvais chrétiens. Mais il ne les forçait pas à faire des prières quotidiennes alors qu’il consacrait lui-même tout son temps libre à la prière.
Rédigé par Parlons d'orthodoxie le 3 Mai 2017 à 09:00 | 0 commentaire | Permalien

1 2 3 4 5 » ... 21


Recherche



Derniers commentaires


RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile