Homélie prononcée par Mgr Nestor, évêque de Chersonèse,  le jour de la commémoration des saints apôtres Pierre et Paul
Au nom du Père, du Fils et du Saint Esprit !

Nous glorifions et nous commémorons aujourd’hui saints Pierre et Paul, les deux apôtres, nos deux premiers évêques qui nous ont été donnés par le Christ Lui-même. Le Sauveur les a envoyé dans le monde afin qu’ils annoncent le salut. Sans Pierre et Paul nous n’aurions pas la foi, nous ne serions pas chrétiens. Dieu a fait que les hommes apprennent les uns des autres recevant ainsi tout ce qui est essentiel au croyant.

Souvent notre foi demeure dans notre subconscient mais elle remonte à la surface et se manifeste avec une force particulière à la suite d’une rencontre avec quelqu’un qui est apte à nous enseigner et à nous indiquer le chemin de la Vérité. Ces rencontres sont rigoureusement individuelles pour chacun d’entre nous mais à chaque fois nous sentons d’emblée que nous avons affaire à une personnalité à la spiritualité forte.

Nous sommes dans l’attente, nous sommes dans une sorte de quête mais souvent nous ne savons pas comment appréhender la vraie foi ni même comment franchir le seuil d’une église.

Rencontrer un guide spirituel capable de nous montrer la Vérité, d’éveiller en nous ce que nous avons de meilleur, de rendre manifeste et de révéler notre foi est tellement important. Ne l’oublions jamais et prions pour que de telles rencontres nous soient données.
La nature apostolique de l’Eglise est immanente. Nous chantons : « je crois en l’Église, une, sainte, catholique et apostolique ». Cela ne signifie pas seulement que l’Eglise a été fondée par l’enseignement des apôtres et que les apôtres sont à la source de l’Eglise. Le Symbole de la foi nous dit que l’Eglise reste jusqu’à nos jours apostolique de par sa nature. L’Eglise nous a été en vérité donnée par Dieu. Nous tous, chacun d’entre nous, sommes également les émissaires de Dieu. Il nous faut annoncer les uns aux autres et au monde la nouvelle de notre Seigneur Jésus Christ qui a souffert pour le monde et qui a ressuscité.

Les apôtres Pierre et Paul étaient des personnes très différentes.
Tout les distinguait l’un de l’autre, leur instruction, leur situation dans la société, la manière qu’ils ont eu par la suite d’enseigner. Ce ne sont pas eux, et c’est très important, qui ont choisi le Seigneur, c’est le Christ qui les a élu. Nous avons tout à l’heure entendu l’Evangile qui raconte comment le Seigneur a chassé les démons des possédés Gadaréniens. Les forces démoniaques peuvent s’affubler des noms de tous les péchés commis par l’homme. (Nous nous soumettons à l’esclavage du péché et l’apôtre Paul l’explique d’une manière circonstanciée.) Lorsque les démons sortirent des possédés ils s’en allèrent dans un troupeau de porcs et voila que tout le troupeau se précipita de l’escarpement et périt dans les eaux. Les habitants de la ville sortirent au devant de Jésus et le prièrent de quitter leur territoire.
Cela est similaire à ce que le Christ a dit à l’apôtre Pierre lors de la pêche : « Avancez en eau profonde et lâchez vos filets pour la pêche ». Ils capturèrent une grande multitude poissons. Pierre était saisi de frayeur car il se rendit compte que Dieu lui avait parlé. Il s’adresse à Jésus : « Eloigne toi de moi, Seigneur, car je suis un homme pêcheur ».

Ne nous imaginons pas, chers frères, chères sœurs, qu’une rencontre avec Dieu peut être anodine.
C’est toujours un grand choc car cet évènement nous conduit vers des choix d’une importance vitale. Nous voilà à la croisée des chemins, nous comprenons, nous sentons que nous ne pouvons plus continuer à vivre comme nous le faisions auparavant. Il nous faut choisir, renoncer à bien des choses. Voila pourquoi les Gadaréniens prient Jésus de quitter leur territoire. Ils expriment ainsi leur perception païenne de la divinité: "Nous sommes disposés à t’apporter en sacrifice tout ce que nous avons de meilleur pourvu que tu t’éloigne et nous laisse vivre comme auparavant". Les Gadaréniens avaient été témoins de l’exorcisme des démons et ils se rendirent compte qu’ils ne pourraient plus, après ce miracle, continuer à exister comme auparavant. Le Christ avait guéri les démoniaques en envoyant les mauvais esprits qui les habitaient dans un troupeau de porcs qui alla se noyer dans la mer. Témoins de ce miracle les Gadaréniens furent saisis de peur car ils comprirent qu’il leur incombait d’abjurer leurs divinités païennes. Ils demandent de plus assister à des miracles car ces miracles leur coûteraient trop cher : il leur faudra renoncer à la quiétude et à leurs biens matériels!

Ce sont d’autres sentiments qui font dire à l’apôtre Pierre : « Eloigne toi de moi, Seigneur, car je suis un homme pêcheur ». Pierre est rempli d’espoir, il est dans l’attente d’être appelé par le Seigneur. Jésus lui répond « Sois sans crainte, désormais ce sont des hommes que tu prendras ». Malgré toutes les faiblesses inhérentes à l’homme, les chutes, les écarts, voire les trahisons (tout ceci est présent dans la vie des saints apôtres)les liens entre le Seigneur et les apôtres, liens d’amour entre Dieu et l’homme, se sont maintenus. Pierre suivit le Christ pendant toute sa vie, jusqu’à sa mort. Souvenons nous de la dernière rencontre entre Pierre et Jésus Christ lorsque les habitants de Rome annoncèrent à l’apôtre que les chrétiens allaient bientôt être persécutés et lui conseillèrent de quitter la ville. Il les écouta et s’en alla de Rome. Subitement, il vit le Christ venir à sa rencontre. Stupéfié, Pierre interroge : « Où vas-tu, Seigneur ? ». Le Christ lui répond : « Je vais à Rome pour y souffrir » et disparaît. Pierre comprend que le Seigneur l’invite à apporter un dernier témoignage, à souffrir pour Lui et à accepter la mort.

A l’exception de saint Jean le Théologien tous les apôtres ont payé de leurs vies le choix qu’ils avaient fait de suivre le Christ.
Il en est de même de l’apôtre Paul, sa vie est extraordinaire en tout.
Il a rencontré le Christ après Sa résurrection. L’Eglise primitive existait déjà et Paul persécutait les chrétiens, c’était un Juif orthodoxe zélé. Lorsqu’il se rendait à Damas où il allait pour en chasser les chrétiens il vit subitement le Christ auréolé d’une intense lumière. Le Christ lui dit : « Saoul, Saoul, pourquoi me persécutes-tu ? »Subitement Paul perd la vue et devient aveugle. Il demande « Qui es-tu, Seigneur ? ». La réponse fut : « Je suis Jésus que tu persécute ». L’apôtre Paul devient un prédicateur infatigable qui parcourt tous les pays. Il enseigne, il explique, il prêche, étant souffrant et exténué il se fait violence et persévère dans sa vocation apostolique.

Les saints apôtres nous exhortent à juguler nos peurs.
Nous devons vivre de sorte à pouvoir suivre le Christ qui nous conduit vers la vie éternelle en toute confiance. Cette voie passe par les épreuves les plus difficiles que le Seigneur peut nous envoyer, les souffrances corporelles, la mort. C’est la voie étroite, la voie unique, celle de la vérité que nous sommes invités à suivre aidés en cela par les prières des apôtres Pierre et Paul, par celles de tous les saints. Amen.

Traduction "Parlons d'orthodoxie"


Homélie prononcée par Mgr Nestor, évêque de Chersonèse,  le jour de la commémoration des saints apôtres Pierre et Paul

Rédigé par Parlons d'orthodoxie le 12 Juillet 2017 à 07:17 | 0 commentaire | Permalien



Recherche



Derniers commentaires


RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile