Où sont les reliques de la sainte famille impériales? La position de l'Église russe
Vladimir Golovanow

Et quand l'agneau ouvrit le cinquième sceau, je vis sous l'autel les âmes de ceux qui avaient été immolés à cause de la parole de Dieu et à cause du témoignage qu'ils avaient rendu.

Ils crièrent d'une voix forte, en disant: Jusques à quand, Maître saint et véritable, tardes-tu à juger, et à tirer vengeance de notre sang sur les habitants de la terre?…
Apocalypse 6; 9-10.


Massacrés dans la maison Ipatiev à Ekaterinbourg, dans la nuit du 16 au 17 juillet 1918, les membres de la famille impériale russe furent inclus dans le martyrologe de l’Église russe hors-frontières dès les années 1920, canonisés par son Saint-Synode en 1981 et enfin canonisés par l’Église orthodoxe russe en 2000 comme "Strastoterptsi" (saints qui ont accepté de souffrir la Passion sans se défendre). Mais les reliques de ces saints ne sont toujours pas clairement identifiées malgré des annonces présentées comme définitives depuis près d'un siècle: les recherches minutieuses du juge Sokolov sur le terrain en 1919 (« Enquête judiciaire sur l'assassinat de la famille impériale russe », Payot 1924.) n'ayant permis de retrouver aucun corps, le juge avait conclu à leur destruction complète et les études relancées depuis 35 ans n'ont pas encore vraiment abouti.

Où sont les reliques de la sainte famille impériales? La position de l'Église russe
Et quand l'agneau ouvrit le cinquième sceau, je vis sous l'autel les âmes de ceux qui avaient été immolés à cause de la parole de Dieu et à cause du témoignage qu'ils avaient rendu.

Des restes humains pouvant appartenir aux membres de la famille impériale furent en effet découverts à partir de 1979 relançant les interrogations (le "Chapitre final" du blog qu'Alexandre Bossard consacre aux "Derniers Romanov" (http://www.les-derniers-romanov.com/chapitre-final.php) résume bien les péripéties de ces années,) mais la conférence de presse des représentants de l'Église russe le 13 novembre 2015 montre que les interrogations ne sont toujours pas levées. Car c'est bien évidement l'Église qui détient la clé de la question et c'est donc sa position sur ce sujet que je me propose d'éclairer.

Où sont les reliques de la sainte famille impériales? La position de l'Église russe
L'ÉGLISE CONFIRME LES LIEUX HISTORIQUES DU MASSACRE ET DE LA "DESTRUCTION" DES CORPS.

Une église mémorielle "sur le sang" et un monastère ont été élevés sur les lieux déterminés par l'enquête du juge Sokolov en 1919.

L'église "sur le sang", consacrée à tous les saints de la terre russe, est une grandiose basilique de pèlerinage élevée en 2003 à l'emplacement de la de la maison Ipatiev. L'église basse reprend le plan de la maison, le sanctuaire se trouvant à l'emplacement de la pièce où fut perpétré le massacre.

Le monastère consacré aux "Strastoterptsi" impériaux a été fondé en 2000 autour de la mine de "Ganina Yama" dans laquelle les corps furent jetés et peut-être "détruits": l'enquête du juge Sokolov se terminait à cet endroit où furent trouvés une phalange coupée, une mâchoire et quelques menus objets ayant appartenu à la famille impériale ainsi que des traces de foyers, ce qui conduisit le juge à conclure à la destruction complète des corps des martyrs sans pouvoir toutefois en préciser le moyen car des témoignage concordants indiquent qu'il n'y avait pas assez d'acide pour les dissoudre ni d'essence et de bois sec pour les incinérer ...

Où sont les reliques de la sainte famille impériales? La position de l'Église russe
Le monastère masculin comprend sept églises en rondins – autant que de membres de la famille impériale, et un chemin de croix autour de la mine abandonnée.

L'Église "reçoit" ainsi les conclusions du juge Sokolov et organise la vénération des martyrs impériaux à l'endroit de leur martyr et là où leur reliques furent "détruites": inaugurant le monastère, le patriarche Alexis II parle de crémation et qualifie l'endroit "d'antimension"(*). Et la ferveur populaire confirme cette "réception": 700 à 1 000 pèlerins viennent chaque jour aux deux endroits, voire plus de dix mille pour les grandes commémorations, certains parcourant en procession les 21 kilomètres qui les séparent, en particulier lors de la commémoration annuelle les 16-17 juillet /50 000 pèlerins en 2015 d'après qui montre les impressionnantes photos des cérémonies/.

(*) Rappelons que "l'antimension" (littéralement « au lieu de l'autel »), est un objet consacré indispensable pour célébrer une Liturgie orthodoxe. Pièce de tissu doré de 50 - 60 cm placée sur l'autel, elle porte des représentations de la Passion, des quatre Évangélistes, etc. et contient, dans l'Église russe, des petits morceaux de reliques qui rappellent les Liturgies célébrées sur les tombes des martyrs dans l'antiquité..


Où sont les reliques de la sainte famille impériales? La position de l'Église russe
80 ANS APRES: « C'EST DE TOI, SEIGNEUR, QUE LEURS NOMS SONT CONNUS »

Le "Chapitre final" du blog d'Alexandre Bossard mentionné plus haut résume les principales questions qui se posent à propos des restes de corps "trouvés" entre 1979 et 2007à 7,5 Km de "Ganina Yama" dans le "Vallon du Porcelet". Cinq d'entre eux ont été attribués dans l'urgence à la famille impériale et inhumés le 17 juillet 1998 dans la basilique des saints Pierre et Paul de Saint-Pétersbourg, où reposent tous les empereurs de Russie depuis Pierre le Grand (cf. http://www.les-derniers-romanov.com/inhumation.php). Le président de l'époque, B. Eltsine, participa à la cérémonie en personne et dit dans son discours d'ouverture: "En mettant en terre ces restes, nous voulons expier les péchés de nos ancêtres. Ceux qui ont commis cet acte barbare et ceux qui l’ont approuvé pendant des décennies sont coupables. Nous devons terminer ce siècle qui a été celui du sang et de l’illégalité."

Où sont les reliques de la sainte famille impériales? La position de l'Église russe
Mais le patriarche de Moscou refusa de s'y associer du fait des polémiques que suscitaient la façon dont les authentifications avaient été effectuées: "Qu'une partie des croyants vénère ces ossements comme de saintes reliques, alors qu'une autre les considère comme faux, est impensable pour l’Église," avait-il décidé et le clergé qui célébra les obsèques a utilisé la formule appliquée aux morts anonymes : « C'est de Toi, Seigneur, que leurs noms sont connus » au lieu de nommer les défunts…


Où sont les reliques de la sainte famille impériales? La position de l'Église russe
Les réticences de l'Église sont reçues par les croyants: il n'y a pratiquement pas de pèlerinages au "Vallon du Porcelet" ni à la chapelle de la basilique Pierre-et-Paul où reposent les restes attribués à la famille impériale en 1998. Il faut dire aussi que les lieux ne sont pas adaptés: le "Mémorial des Romanov" du "Vallon du Porcelet" est difficile d'accès et quasiment à l'abandon et la chapelle funéraire dans la basilique Pierre-et-Paule fait partie du musée envahi de touristes et dont l'entrée est payante…

Soulignons toutefois que le diocèse de Ekaterinbourg avait obtenu en 2009 un bail à construction sur un terrain de 15 ha dans le "Vallon du Porcelet" pour y établir un complexe de pèlerinage annexe du monastère de "Ganina Yama", ce qui laissait penser que l'Église prévoyait la possible reconnaissance des restes qui y avaient été exhumés. Mais ce projet a été bloqué par décision du tribunal administratif régional qui a décidé que la zone du "Vallon du Porcelet" devait être totalement préservée pour permettre de futures recherches archéologiques, contrairement à "Ganina Yama" dont le territoire a été irrémédiablement bouleversé par l'édification du monastère… cf.

Où sont les reliques de la sainte famille impériales? La position de l'Église russe

"NOUS NE SOMMES PAS DES OBSCURANTISTES ET DES CAPRICIEUX QUI VONT A L'ENCONTRE DU SENS COMMUN EVIDENT."

La conférence de presse donnée par les représentants de l'Église russe le 13 novembre 2015 a expliqué de façon exhaustive les réserves de l'Église sur l'authentification des "restes de Ekaterinbourg":

- Les analyses ADN ne sont pas terminées et surtout elles doivent être complétées par une expertise historique qui n'a jamais été faite.
- Les exhumations de 1998 avaient été menées dans des conditions tellement déplorables que les restes recueillis demandent une réattribution scientifique.
- Un très grand nombre de documents essentiels n'ont pas été retrouvés. Certains sont toujours classifiés et inaccessibles, ce qui laisse circuler de nombreuses thèses concernant les circonstances du massacre et de l'ensevelissement des dépouilles, voire l'éventuel survie de certains membres de la famille impériales
- L'exhumation du corps de l'empereur Alexandre III n'a pas encore été menée à terme car les travaux préliminaires semblent indiquer que le tombeau avait été violé contrairement aux documents officiels disponibles …
Etc.

Bref, les études ne sont pas terminées et prendront encore du temps et l'Église se refuse à fixer aucune durée ou date limite pour prendre une décision.

"Nous sommes présentés comme des obscurantistes et des capricieux qui vont à l'encontre du sens commun évident. Il faut arrêter! Si nous faisons quelque chose, c'est que nous avons des arguments très, très sérieux pour cela..." a dit l'évêque Tikhon de Yegoryevsk, en charge du dossier auprès du patriarche de Moscou. "L'Église va certainement revenir à la question de la reconnaissance des reliques. Mais c'est le Concile qui décidera si elle les reconnait, " a-t-il conclu. PRAVMIR
Où sont les reliques de la sainte famille impériales? La position de l'Église russe

Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 22 Novembre 2015 à 21:18 | 9 commentaires | Permalien



Recherche



Derniers commentaires


RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile