Le 10 juillet dernier le quotidien digital '"Ejednevny Journal" a mis en ligne un article de Boris Kolymaguine (Moscou), rédacteur en chef de la revue Biblioglobous. Dans ce texte intitulé « Un S.O.S. lancé de Paris » l’auteur traite de la situation actuelle de l’Archevêché des Églises Orthodoxes Russes en Europe Occidentale . Il y parle longuement de l’I.T.O.

P.O. n’est pas à même de publier la traduction de l’article dans son intégralité

En voici quelques extraits :

«L’Institut Saint Serge, joyau de la première vague de l’émigration russe lance un S.O.S.
… En mai je suis allé à l’église de l’Institut afin d’y assister aux mâtines. Seuls quatre fidèles étaient présents. Sainte Matrona de Moscou était, étrangement, commémorée par l’officiant. Alors que mère Marie (Skobtsov), une sainte russe de Paris qui avait apporté ses vœux monacaux dans cette église même était curieusement omise dans les répons. La dame qui vendait des cierges s’est plainte des temps troubles « Il nous faut nous placer sous l’omophore du patriarcat de Moscou et cela aux conditions qui avaient été proposées ».


…. La tradition russe de la première vague de l’émigration russe a presque disparu avec l’arrivée des nouveaux fidèles. Les travailleurs migrants se rendent indifféremment dans des églises russes, ou grecques. L’archevêché vit actuellement une période difficile. Constantinople souhaiterait absorber cette entité en la privant de son statut actuel et d’y nommer un évêque vicaire la privant d’un archevêque de plein droit. Nous saurons cet automne si l’archevêché aura réussi à maintenir son autonomie. Si l’absorption par Constantinople se réalisait de nombreuses paroisses russes décideraient de transiter sous l’omophore du patriarcat de Moscou.

Le père Georges Kotchetkov, recteur de l’Institut Saint Philarète à Moscou, connu pour ses activités missionnaires a récemment déclaré dans le cadre d’une interview accordée au périodique "KIFA" : « Il est essentiel, quelques soient les choix politico-ecclésiaux que l’on fait de sauvegarder le patrimoine de la renaissance religieuse russe. Dans la situation actuelle pourquoi ne pas envisager le passage de l’archevêché sous l’omophore du patriarcat de Moscou ? » .

Le père Kotchetkov n’a pas été sans doute compris comme il se doit. Le prêtre pensait de toute évidence à une union semblable à celle réalisée en 2007 par l’EORHF et le patriarcat de Moscou. L’entité autonome maintient ses traditions et garde sa liberté.

Saint Serge est aujourd’hui au bord de la faillite. Les salaires des enseignants et des collaborateurs ne sont pas versés.
…. Des failles sont apparues dans le sol de la colline sur laquelle se situe le métochion, des fissures profondes se sont formées dans l’abside et le clocher.

...............................................
"PO" "IZVESTIA" - une interview avec le père Nicolas Ozoline à propos de la destruction des fresques à Saint Serge

Appel d’urgence de l’Institut de Théologie Orthodoxe Saint-Serge!!!!

MONTGERON : grandeur et décadence… et renouveau

Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 22 Septembre 2013 à 10:00 | 24 commentaires | Permalien



Recherche





RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile