Le 14 novembre dernier, fête des saints Côme et Damien, le nouveau Séminaire orthodoxe russe en France, première école russe de théologie de la période post-soviétique créée en dehors des frontières de la Russie, a été inauguré. Le cardinal André Vingt-Trois, archevêque de Paris et président de la Conférence des évêques de France, et l'archevêque Hilarion de Volokolamsk ont coprésidé la cérémonie d'inauguration.Nous vous invitons à visionner les discours prononcés à cette occasion.

Et nous vous invitons à visionner le discours d'ouverture du hiéromoine Alexandre (Siniakov).

Source: Orthodoxie.com

A la fin de la cérémonie, Mgr Innocent a remercié tous ceux qui sont venus à l'inauguration et exprimé l'espoir que "le patriarche Cyrille à qui appartient l'initiative de la création du séminaire" continuera à lui accorder son soutien.

La cérémonie fut suivie d'un buffet russe pendant lequel les hôtes du séminaire ont pu découvrir la Maison Sainte-Geneviève.

Un album de photographies de la journée est disponible à cette page.
Rédigé par l'équipe de rédaction le 17 Novembre 2009 à 10:50 | 1 commentaire | Permalien

Mgr Gabriel de Comane prendra-t-il la nationalité turque?
Le communiqué du SOP, que je cite in extenso ci-dessous, décrit bien toute l'ambigüité du statut des diocèses du patriarcat œcuménique hors de Turquie (cf. aussi commentaire 2 à la note sur "La diplomatie turque refuse au patriarcat de Constantinople le droit d'avoir une représentation à Kiev"). En fait, ces diocèses ne peuvent participer à la vie conciliaire du patriarcat (en dehors des 6 évêques qui font partie du saint synode) et en particulier, ce qui est très symbolique, ne participent pas à l'élection du patriarche. La nouvelle ouverture du gouvernement turque, qui permettra aux évêques diocésains hors de Turquie d'acquérir la nationalité turque et donc de participer aux conciles de cette Église, semble conduire à une solution pour le moins paradoxale: le titre volontairement provocateur de cette note le souligne pour attirer l'attention sur les paradoxes de curieux statut, imposé par les rédacteurs des traités bien peu au fait des questions ecclésiologiques orthodoxes.

Cela dit, il faut aussi souligner la très grande bonne volonté ont fait preuve le Premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan, dans cette affaire: la nationalité turque est l'une des plus difficiles à obtenir et je connais des Italiens dont la famille habite Istanbul depuis plusieurs siècles… et qui ne sont pas citoyens turcs!

Communiqué du SOP: 07 nov 2009 - Etats-Unis : La Turquie pourrait accorder sa nationalité aux évêques du patriarcat oecuménique résidant à l'étranger qui le souhaitent

"La Turquie pourrait accorder la nationalité turque à ceux des évêques du patriarcat œcuménique résidant à l'étranger qui en font la demande, a indiqué, dans son édition du 6 novembre 2009, le quotidien de la communauté grecque aux Etats-Unis, The National Herald, cité par le site athénien d'information religieuse Romfea. L'information a été donnée par le patriarche œcuménique Bartholomée Ier en personne, lors du dîner de gala qui était offert en son honneur, le 1er Novembre dernier, à New York, par les évêques de l'archidiocèse des Etats-Unis.
Rédigé par Vladimir Golovanow le 16 Novembre 2009 à 10:21 | 9 commentaires | Permalien

Vlasov et Staline sont des traitres comme Juda
"Le général Vlasov a suivi le même chemin que Juda" a déclaré le p. Dimitri Smirnov, président du département des relations avec l'armée du Saint Synode de l'Église russe, lors d'une table ronde à Moscou. "Le général A. Vlasov faisait partie de l'Armée Rouge comme Juda faisait partie de la communauté des apôtres", a continué le p. Dimitri, "jusqu'à ce que l'avidité prenne le dessus". Et il explique que les deux ressorts de la trahison sont la peur et l'avidité et que "ces deux racines de la trahison se retrouvent dans la biographie du général-lieutenant Vlasov". Interfax;

"Joseph Staline peut aussi être considéré comme un traître. En donnant l'ordre de fusiller tout soldat russe fait prisonnier par l'ennemi, il reniait ses propres hommes" a ajouté le prêtre.

Commentaire: voilà une analyse intéressante à double titre:

1/ Même s'il confirme la trahison de Vlasov, le p. Dimitri ne se contente pas de le condamner sans appel, comme le faisait la propagande soviétique, mais ouvre les portes à la recherche des raisons de cette trahison. Or c'est actuellement là que se situe le débat essentiel. Après les raisons traditionnelles (la peur et l'avidité), qui ne sont pas développées, le responsable des relations de l'Église avec l'armée relance le débat sur la responsabilité du système et de son chef. Et il reprend là la thèse, déjà développée par Soljenitsine dans l'Archipel, que ce ne sont pas ces soldats perdus qui ont trahis la Patrie, mais la Patrie qui avait trahi ses enfants: c'est un point important du procès qui est fait au régime qui est ainsi repris par un représentant officiel de l'Église parlant dans le cadre de ses fonctions.
Rédigé par Vladimir Golovanow le 16 Novembre 2009 à 09:40 | 0 commentaire | Permalien

Le Vatican s'est félicité de "bonnes relations bilatérales" avec la Serbie et de l'existence d'un "dialogue positif" avec l'église orthodoxe, après une rencontre samedi entre le pape Benoît XVI et le président serbe Boris Tadic, a annoncé le Vatican dans un communiqué.
Les représentants des deux Etats, lors d'entretiens dans "une ambiance très cordiale", ont discuté notamment "des principaux défis régionaux et du chemin de la Serbie vers une pleine intégration dans l'Union européenne".
Le Vatican a souligné "la contribution que l'église catholique souhaite offrir à la société serbe".
Rédigé par l'équipe rédaction le 15 Novembre 2009 à 20:07 | 0 commentaire | Permalien

En cliquant ICI vous pourrez visionnez le sujet que la première chaîne de la télévision russe consacre au séminaire orthodoxe en France:
Rédigé par l'équipe de rédaction le 15 Novembre 2009 à 19:58 | 0 commentaire | Permalien

Décès du patriarche de l'Eglise orthodoxe serbe Mgr Pavle
L'Eglise orthodoxe serbe a confirmé dimanche que son patriarche, Mgr Pavle, 95 ans, était décédé, a indiqué la chaîne publique de télévision RTS.
L'agence Beta avait annoncé un peu plus tôt que Mgr Pavle était mort dimanche dans un hôpital de Belgrade.
Le métropolite Amfilohije, qui faisait office d'adjoint de Mgr Pavle depuis des années, a déclaré qu'il venait d'apprendre que le patriarche "venait de mourir", a précisé RTS.
Le patriarche de l'Eglise orthodoxe serbe avait été admis à l'hôpital militaire de Belgrade il y a deux ans pour différents problèmes de santé, dont la nature exacte n'a jamais été révélée par les autorités religieuses.
Mgr Pavle avait pris la tête de l'Eglise orthodoxe serbe en 1990, juste avant l'effondrement sanglant de l'ancienne Fédération yougoslave. L'Eglise orthodoxe a reconquis une grande influence auprès de la population sous son autorité.
Rédigé par l'équipe de rédaction le 15 Novembre 2009 à 14:34 | 0 commentaire | Permalien

Saints Côme et Damien
Martyrs à Cyr (3ème s.)

Dès le 5ème siècle, on trouve, en Orient et à Rome, des basiliques, des oratoires, de hôpitaux qui portent leurs noms. Il est très vraisemblable qu'ils soient morts ensemble pour la foi dans la ville de Tyr en Syrie. Peut-être même étaient-ils frères, selon ce que dit la légende. Venus d'Arabie pour exercer la médecine, ils soignaient les pauvres, délivraient les énergumènes, rendaient l'espoir aux pessimistes et la joie aux mélancoliques. Le gouverneur Lysias qu'ils avaient soigné, les condamna cependant à d'horribles torures puis à être décapités. Ils étaient chrétiens.

Le 26 septembre, le martyrologe romain fait mémoire des saints Côme et Damien, martyrs. Leur martyre fit d’eux des frères et les miracles fleurirent sur leur tombe, à Cyr en Syrie du nord, au point qu’ils furent considérés comme des médecins guérissant les malades gratuitement.
Martyrologe romain
Pour nous, vous le savez, quelques jours de souffrance sauraient bien compenser le bonheur de confesser le nom de Jésus-Christ. Puisque je n’ai pas l’ombre d’un souci, pas d’ennuis, pas de découragement, je suis toujours calme, gai, content et heureux.
Rédigé par l'équipe rédaction le 14 Novembre 2009 à 17:05 | 0 commentaire | Permalien

Message du patriarche Cyrille à l'occasion de l'inauguration du séminaire
A l’occasion de l’inauguration du Séminaire orthodoxe russe en France (à Épinay-sous-Sénart) le 14 novembre 2009, le patriarche Cyrille de Moscou et de toute la Russie a adressé un message à l’archevêque Innocent de Chersonèse, au Recteur, aux enseignants, aux élèves et aux hôtes
de la cérémonie d’inauguration:


Messeigneurs,
vénérables Pères, chers Frères et Sœurs,

Je vous salue cordialement, vous tous qui participez à cette cérémonie solennelle d’inauguration du séminaire orthodoxe de Paris.

Avec une gratitude filiale envers Dieu, l’Auteur de tout bien, nous commençons la première année de formation dans cette nouvelle école de théologie, convaincu que son activité portera, à l’avenir, des fruits abondants. Aujourd’hui, plus que jamais, l’Église orthodoxe russe a besoin de spécialistes très bien formés, connaissant parfaitement la société européenne et capables d’exercer leur ministère non seulement dans le domaine scientifique, mais aussi dans celui des relations interecclésiales et diplomatiques. Elle a également besoin de prêtres pouvant servir avec dignité nos paroisses à l’étranger. En outre, les portes de cette école seront toujours ouvertes aux représentants d’autres Églises orthodoxes sœurs.
Rédigé par l'équipe rédaction le 14 Novembre 2009 à 16:41 | 0 commentaire | Permalien

Mgr Hilarion pour "une alliance stratégique" avec Rome
LE MONDE

Stéphanie Le Bars


es intéressés veulent y voir un symbole du rapprochement entre l'Eglise orthodoxe russe et l'Eglise catholique, séparées depuis près de mille ans : le premier séminaire orthodoxe ouvert hors du territoire canonique relevant du patriarcat de Moscou est installé en France dans un ancien couvent catholique d'Epinay-sous-Sénart (Essonne).
Sur le même sujet

Inauguré samedi 14 novembre par le numéro deux du patriarcat de Moscou, Mgr Hilarion, en présence du cardinal André Vingt-Trois, le président de la Conférence des évêques de France, il formera, à terme, une quarantaine de prêtres orthodoxes ouverts sur le monde universitaire et l'oecuménisme - loin du modèle fermé des séminaires-monastères existant en terres orthodoxes.

Mgr Hilarion, responsable des relations extérieures du patriarcat de Moscou, a profité de son passage en France pour rappeler l'importance qu'il accorde aux relations entre l'Eglise catholique et l'Eglise orthodoxe, en dépit des divergences théologiques profondes - les orthodoxes contestent la primauté et l'infaillibilité du pape -, qui empêchent toute avancée significative vers l'unité. "L'élection de Benoît XVI a relancé les discussions, mises à mal jusqu'au début des années 2000 par le problème des uniates (les catholiques de rite byzantin rattachés à Rome) et le prosélytisme catholique", souligne le jeune évêque de 43 ans, qui a lui même rencontré le pape en septembre. Pour autant, la rencontre historique maintes fois évoquée entre le pape et le nouveau patriarche de Moscou, Mgr Kirill, élu en janvier, ne paraît pas imminente.
Rédigé par l'équipe rédaction le 14 Novembre 2009 à 16:28 | 0 commentaire | Permalien

" LA CROIX " - Un séminaire orthodoxe russe en terre française
François-Xavier MAIGRE

Le Patriarcat de Moscou a choisi la France pour son premier séminaire en Occident, qui sera inauguré demain en région parisienne

L’odeur épaisse de l’encens, les longues litanies en slavon et l’iconostase typique des églises orthodoxes… Ce matin-là, dans la chapelle de l’ancien couvent des Sœurs auxiliatrices à Épinay-sous-Sénart (Essonne), les chants qui s’élèvent sont bien ceux de la liturgie orientale. À une demi-heure de Paris, cette majestueuse bâtisse du XVIIe siècle accueille depuis septembre le nouveau séminaire orthodoxe russe de France, qui sera officiellement inauguré samedi 14 novembre, en présence de l’évêque Hilarion (Alfeyev) de Volokolamsk, responsable des relations extérieures du Patriarcat de Moscou, et du cardinal André Vingt-Trois, archevêque de Paris.

Un événement à haute valeur symbolique, à l’heure où l’Europe commémore la chute du mur de Berlin : il s’agit en effet du premier séminaire de l’Église orthodoxe russe en dehors de l’ancien espace soviétique. Objectif affiché : permettre à de futurs prêtres de découvrir les richesses culturelles et spirituelles de l’Occident chrétien, et, réciproquement, promouvoir la tradition orthodoxe russe en Europe.
Rédigé par l'équipe de rédaction le 12 Novembre 2009 à 19:44 | 21 commentaires | Permalien

La Cour européenne ne doit pas se transformer en farce

Moscou, 12 novembre 2009 (Apic) Mgr Hilarion Alfeyev, président du département des relations extérieures du Patriarcat de Moscou, a indiqué le 11 novembre être “totalement solidaire“ avec le Vatican et le gouvernement italien après la sentence de la Cour européenne des droits de l’homme condamnant la présence de crucifix dans les salles de classe des écoles publiques de la péninsule.
Rédigé par l'équipe rédaction le 12 Novembre 2009 à 17:37 | 16 commentaires | Permalien

PELERINAGE
SERVICE DE PELERINAGE DU DIOCESE DE CHERSONESE EN FRANCE

avec la bénédiction de Son Eminence Monseigneur Innocent, Archevêque de Chersonèse (MP)

FÊTE DE L’ARCHISTRATEGE MICHEL

Notre pèlerinage aura lieu du

samedi 21 novembre 2009 au dimanche 22 novembre 2009
Dernier jour pour la réservation de places – 18/11/2009.


Nous débuterons notre pèlerinage au Mont Saint Michel. Ensuite nous irons dans la ville
d’Avranches a l’eglise Saint Gervais ou nous pourrons vénérer le crane de Saint Aubert –
fondateur du Mont Saint Michel (en 708 l’Archange Saint Michel est apparut a Saint Aubert et lui
a ordonne de construire un monastère en lui indiquant le lieu).

Puis pour terminer notre pèlerinage nous irons a Honfleur. Nous visiterons l’eglise Sainte
Catherine (Eglise en bois avec son clocher construite au 15eme siècle).

Depart 21/11/09 a 7h00 – de l’église des Trois Saints Docteurs (5, rue Petel – 75015 PARIS)


Pour toutes questions concernant les réservations contactez nous au:

tel.: +33 1 75 43 97 23 (de 15h00 a 18h00)
+33 6 29 97 16 64 – MASLOV Violette

Rédigé par l'équipe de rédaction le 12 Novembre 2009 à 15:04 | 0 commentaire | Permalien

Les Eglises orthodoxe russe et catholique ont eu des entretiens à haut niveau afin de préparer une rencontre historique entre leurs dirigeants respectifs, Kirill et Benoît XVI, après des années de tensions entre leurs confessions, a déclaré mercredi un haut responsable orthodoxe.

"Les deux parties souhaitent préparer cette rencontre", a déclaré Ilarion, chef de la diplomatie de l'Eglise orthodoxe russe, lors d'une rencontre avec des journalistes.

"Il y a eu des visites à haut niveau", a-t-il souligné. "Nous nous rapprochons du moment où il deviendra possible de préparer une rencontre entre le pape et le patriarche de Moscou", a-t-il indiqué.
Rédigé par l'équipe rédaction le 12 Novembre 2009 à 12:24 | 0 commentaire | Permalien

Sainte Parascève ( наречённая Пятницей) + 1050

Une des saintes les plus populaires en Roumanieь en Bulgarie et en Russie.


Elle s'était enfuie de la Thrace, son pays, en désaccord avec ses parents. Elle donnait aux pauvres les jolies robes que ses parents lui achetaient, les échangeant contre les haillons des mendiants. Son père courut après elle pendant dix ans. Il la retrouva enfin à Jérusalem, mais elle venait de partir la veille.
Elle retourna à Constantinople et gagna enfin Caricatia en Turquie. Son père découvrit son refuge deux ans après.
Elle venait de mourir et déjà les pèlerins accouraient sur son tombeau.
Rédigé par l'équipe rédaction le 10 Novembre 2009 à 14:23 | 0 commentaire | Permalien

CELEBRATION SOLENNELLE
FETE DE LA TRANSLATION DES RELIQUES DE SAINTE HELENE A PARIS

CELEBRATION SOLENNELLE

13 NOVEMBRE A 17H


Eglise St Leu St Gilles
92, rue St Denis

(metro Etienne Marcel)

Contactez nous pour avoir plus de renseignement: Alla Gouraud
( ou 0632494610)
Rédigé par l'équipe de rédaction le 9 Novembre 2009 à 16:27 | 0 commentaire | Permalien

Homélie du père Alexandre Men
La Prière pour autrui est la plus élevée
La guérison du serviteur du centurion (Mt 8, 5-13)

Au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit.

Aujourd’hui, nous avons entendu l’histoire du centurion, cet officier romain venu demander au Seigneur la guérison de son serviteur préféré qui était gravement malade. Le Seigneur lui répondit : « Je viendrai chez toi et je guérirai ton serviteur. »

Mais l’officier lui dit : « Mon Seigneur, je donne des ordres à mes soldats et ils les exécutent. Toi-même, dis seulement un ordre et la maladie le quittera. » Telle était sa foi dans la puissance de guérison du Sauveur. Le Christ s’en émerveilla et lui dit : « Va, qu’il en soit selon ta foi. » Et sur le chemin du retour, le centurion apprit que son serviteur était guéri.

Chaque fois que, dans l’Évangile, quelqu’un fait appel au Seigneur, il s’agit d’une prière. Car la prière est une façon de s’adresser au Seigneur. Qui s’adressait au Christ et comment? Très souvent, c’étaient des personnes souffrantes, malades, chargées d’afflictions et de maux. Souvent aussi, c’étaient des personnes qui priaient pour les autres.
Son premier miracle, le Seigneur l’a accompli à la demande de Marie à Cana, en Galilée. La Vierge Marie l’a prié d’aider des amis ou des proches qui les avaient invités à leur noce, quand le vin a manqué. On peut considérer cette demande comme la première prière d’intercession de la Mère de Dieu. Souvenez-vous du paralytique amené à Jésus, de la demande de guérison formulée par ses amis qui le descendirent à travers le toit d’une maison ; l’Évangile dit que Jésus, voyant leur foi, le guérit (Mt 9,1-12). Rappelez-vous également la femme syro-phénicienne qui suppliait le Christ de guérir sa fille (Mt 15,22-28), de ce malheureux père qui lui avait amené son fils souffrant d’épilepsie et qui disait : « Je crois, Seigneur, viens en aide à mon peu de foi » (Mt 17,14-18).


Rédigé par l'équipe de rédaction le 9 Novembre 2009 à 12:40 | 1 commentaire | Permalien

L'épouse du président russe en visite-pélérinage à Thessalonique
L'épouse du président russe, Svetlana Medvedev, a quitté samedi soir Thessalonique a bord d'un avion privé après avoir visité "incognito" le nord de la Grèce depuis mercredi.
Accompagnée des hommes de sécurité, Mme Medvedev a visité jeudi Ouranopoli (Chalcidique) ou elle a pu admirer depuis un yacht le monastère du Jardin de la Vierge et s'est rendue samedi en l'église de St Dimitri ou elle a été accueillie par le père Ioannis et assisté à une cérémonie religieuse consacrée à St Dimitri qui est fêté en Russie le 8 octobre.
Rédigé par l'équipe de rédaction le 9 Novembre 2009 à 11:40 | 0 commentaire | Permalien

Turquie: Réouverture d'une église arménienne du XIIe siècle
Une église orthodoxe arménienne de Turquie datant du XIIe siècle et considérée comme étant la première d'Anatolie, a été réouverte dimanche après un an de travaux de rénovation, ont rapporté les médias.
Une cérémonie spéciale et une messe ont été tenues pour l'occasion dans l'Eglise St Grégoire l'Illuminateur de Kayseri, dans le centre de la Turquie, célébrées par l'archevêque Aram Ateshian du Patriarcat arménien de Turquie situé à Istanbul (nord-ouest), a indiqué l'agence de presse Anatolie..

Selon une porte-parole du patriarcat , l'église a été fermée pendant près d'un an pour des travaux. Le dernier travail de maintenance sur le bâtiment datait des années 1990, a expliqué Luiz Bakar à l'AFP.
Rédigé par l'équipe de rédaction le 8 Novembre 2009 à 17:22 | 0 commentaire | Permalien


Lectures Saint Serge.
La Société Impériale des Etudes de la Palestine reprend la tradition interrompue à la suite de la révolution de 1917 des conférences destinées aux pèlerins orthodoxes russes en Terre Sainte
Rédigé par l'équipe rédaction le 7 Novembre 2009 à 20:34 | 0 commentaire | Permalien

Les Eglises ont joué un rôle dans la chute du mur, mais depuis font un aprentissage difficile de la liberté et de la démocratie

Henri Tincq

Qui pourrait contester la part prise par les croyants dans les événements qui ont provoqué la chute du mur de Berlin le 9 novembre 1989? A Berlin-Est, la contestation pacifique n'aurait pas été possible sans l'engagement des pasteurs de l'Eglise évangélique allemande qui non seulement militaient de longue date pour des réformes démocratiques, mais qui ont su accueillir dans leurs églises - Saint-Nicolas à Leipzig, Gethsemani à Berlin - les manifestants de l'automne 1989. Du côté catholique, grâce à Jean-Paul II, le pape polonais élu en 1978, l'«Eglise du silence», écrasée par la persécution communiste des années d'après-guerre, va non seulement retrouver une voix puissante, mais devenir actrice des événements qui précéderont la chute du mur et le retour à des régimes libres et démocratiques.

Les trois voyages de ce pape dans la Pologne communiste - il visite son pays natal en 1979, 1983 et 1987 - vont former la trame d'une résistance politique et spirituelle, préparer les esprits à l'alliance des intellectuels dissidents, des ouvriers et des catholiques qui, dans ce pays et, par effet de contagion, dans les «pays frères» de l'Est, va lézarder le système, avant de lui donner le coup de grâce. Leur retentissement a touché tous les pays de l'orbite soviétique.
Rédigé par l'équipe rédaction le 7 Novembre 2009 à 10:45 | 2 commentaires | Permalien

1 ... « 276 277 278 279 280 281 282 » ... 300


Recherche



Derniers commentaires


RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile